Les amendes seront annulées pour les personnes souffrant financièrement du COVID
Rechercher

Les amendes seront annulées pour les personnes souffrant financièrement du COVID

La mesure de grâce concerne certaines sanctions pécuniaires, mais pas les contraventions infligées pour infraction aux règles sur le coronavirus

Le président Reuven Rivlin lors d'une réunion avec des hôteliers, des hommes d'affaires et des résidents à Eilat le 6 juin 2020 (Mark Neyman/GPO)
Le président Reuven Rivlin lors d'une réunion avec des hôteliers, des hommes d'affaires et des résidents à Eilat le 6 juin 2020 (Mark Neyman/GPO)

Le président Reuven Rivlin et le ministre de la Justice Avi Nissenkorn ont annoncé mardi une mesure spéciale de clémence pour les amendes, afin d’aider ceux qui connaissent des difficultés financières en raison de la pandémie de coronavirus.

Le nouveau mécanisme, élaboré dans un effort conjoint du bureau du président et du ministère de la Justice, s’appliquera à ceux qui sont endettés en raison des restrictions gouvernementales destinées à lutter contre la propagation du coronavirus et qui comptent des dettes antérieures non remboursées.

La situation financière spécifique de chaque demandeur, sa capacité à payer les amendes en question, le montant des efforts qu’il a investis pour tenter de payer les amendes et la somme totale due seront examinés.

La déclaration ne précisait pas quelles amendes étaient envisagées, mais excluait spécifiquement les amendes liées aux violations des règlements visant à prévenir la propagation du virus et les infractions au code de la route.

Israël a imposé un nouveau confinement national, le deuxième cette année, qui est entré en vigueur vendredi dernier à 14 heures.

De nombreux propriétaires d’entreprises ont dénoncé cette fermeture de trois semaines comme un coup fatal à leurs revenus, déjà très affectés par le premier confinement en mars.

Le ministre de la Justice Avi Nissenkorn s’exprime lors d’une cérémonie au ministère de la Justice le 18 mai 2020. (Shlomi Amsalem/GPO)

Dans une déclaration soulignant la responsabilité mutuelle dans la lutte contre le coronavirus et la prise en charge des personnes les plus touchées, le président a indiqué : « Trop d’Israéliens se sont retrouvés, du jour au lendemain, à se battre financièrement pour leur vie. Dans un moment comme celui-ci, l’État d’Israël doit prêter main forte à son peuple et aider ceux qui en ont besoin ».

Avi Nissenkorn a ajouté : « Il est de notre devoir de faire tout notre possible pour aider les personnes endettées à garder la tête hors de l’eau. Le mécanisme spécial que nous annonçons aujourd’hui permettra d’alléger davantage les nombreuses personnes endettées en raison d’amendes et de résoudre les difficultés financières qu’elles connaissent en utilisant le droit de grâce ».

Tard lundi soir, le gouvernement a approuvé une aide de 10,5 milliards de shekels afin d’aider les personnes touchées par le second blocus, notamment par des réductions de salaire pour les députés et les hauts fonctionnaires.

Alors que le gouvernement a été félicité pour sa gestion initiale de la pandémie, mettant en place un strict confinement en mars, de nombreux Israéliens ont exprimé leur frustration face à la mauvaise gestion de la crise sanitaire par le gouvernement au cours des derniers mois.

Israël enregistrait un total de 193 374 cas mardi, dont 51 338 actifs. Parmi les malades, 668 se trouvent dans un état grave (dont 159 sous respirateur) et 263 dans un état modéré. Les autres présentaient des symptômes légers ou n’en présentaient pas du tout. Le nombre de décès s’élève à 1 285.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...