Les avions israéliens invités à l’exercice aérien britannique Cobra Warrior
Rechercher

Les avions israéliens invités à l’exercice aérien britannique Cobra Warrior

Des chasseurs et des avions-cargos de l'armée israélienne ont rejoint la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et les États-Unis pour des simulations de combat en Angleterre

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un avion-chasseur israélien au décollage dans le cadre de l'exercice Cobra Warrior avec la Royal Air Force au Royaume-Uni, au mois de septembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
Un avion-chasseur israélien au décollage dans le cadre de l'exercice Cobra Warrior avec la Royal Air Force au Royaume-Uni, au mois de septembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)

L’aviation militaire israélienne a pris part à son tout premier exercice aérien au Royaume-Uni ce mois-ci, envoyant des avions de chasse et de transport pour simuler des combats, des frappes aériennes et des approvisionnements en carburant sur le territoire ennemi, a fait savoir Tsahal.

En plus d’Israël et du Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Allemagne et l’Italie étaient également parties prenantes de cet exercice de presque trois semaines connu sous le nom de Cobra Warrior, selon la Royal Air Force (RAF).

C’est la première participation de l’État juif à un exercice aérien conjoint avec le Royaume-Uni, ce qui marque un glissement vers une relation plus ouverte entre les aviations militaires des deux nations. La RAF et l’armée de l’Air de Tsahal ont beaucoup travaillé ensemble au fil des ans, mais taisent habituellement cette coopération.

Les appareils israéliens se sont rendus au Royaume-Uni à la fin du mois dernier, pour un exercice qui s’est achevé jeudi.

« C’est le premier déploiement de l’armée de l’Air israélienne en Grande-Bretagne et le premier exercice de cette taille auquel les forces aériennes israéliennes et britanniques ont tous deux pris part », a noté Tsahal dans un communiqué.

Le chef de la formation de l’armée de l’Air, le général de brigade Amnon Ein-Dar, a souligné les liens historiques entre les deux armées, et notamment le fait que l’armée israélienne avait été largement créée avec des appareils britanniques, et spécifiquement des Spitfires de la Seconde Guerre mondiale.

« C’est un exercice très spécial et important pour nous – avant tout sur le plan historique. L’armée israélienne a été formée à partir du savoir-faire britannique, alors ça a été une occasion unique de boucler la boucle », estime Amnon Ein-Dar.

Les pilotes israéliens et britanniques se serrent la main pendant l’exercice Cobra Warrior au Royaume-Uni, au mois de septembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)

Israël a envoyé plusieurs avions de chasse F15 ainsi que des avions de réapprovisionnement de type Boeing 707 et des avions-cargos C-130J.

Des avions furtifs F-35 britanniques étaient également présents, selon l’armée israélienne.

L’exercice, qui a eu lieu dans le ciel du Lincolnshire, avait été imaginé pour reconstituer des scénarios ancrés dans la réalité pour les pilotes.

L’armée israélienne a expliqué que, concernant les F-15, les exercices avaient inclus des combats aériens, des frappes aériennes et autres types d’affrontements en territoire ennemi.

Les avions-cargos ont « simulé différents scénarios de réapprovisionnement aérien en carburant sous les tirs », a noté Tsahal.

« Cela nous a donné l’opportunité de mener des vols tactiques contre un ennemi avancé dans un terrain nouveau et inconnu », a relevé l’armée.

Un Boeing 707 réapprovisionne un avion-chasseur en carburant dans le cadre d’un exercice Cobra warrior de l’aviation britannique au Royaume-Uni, au mois de septembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)

Cobra Warrior, connu également sous le nom d’exercice Combined Qualified Weapons Instructor, sert de point d’orgue aux pilotes et navigateurs souhaitant obtenir la certification d’instructeur en armement qualifié – soit d’experts dans le domaine.

Les pilotes de la Royal Air Force avaient participé à l’exercice international israélien Blue Flag en 2017, mais en tant que spectateurs et sans leurs avions propres. Ils devraient prendre pleinement part à l’édition 2020, ce qui marquerait la première fois que des pilotes de la RAF navigueront dans l’espace aérien israélien en toute liberté – à l’exception des pilotes militaires amenant les dignitaires britanniques en visite dans l’État juif.

L’armée israélienne et l’aviation militaire en particulier sont considérés comme un outil utile pour développer les liens d’Israël avec des pays étrangers.

Les militaires y font souvent référence sous le nom de « diplomatie aérienne ».

Dans le cadre des entraînements de l’armée, les pilotes israéliens peuvent réaliser ce que les politiciens et diplomates ne peuvent pas faire. L’armée de l’Air israélienne, par exemple, a participé à des exercices avec les Émirats arabes unis et le Pakistan, deux pays qui n’entretiennent pas de relations diplomatiques avec l’État juif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...