Les avocats de Sara Netanyahu chercheraient un accord pour éviter l’inculpation
Rechercher

Les avocats de Sara Netanyahu chercheraient un accord pour éviter l’inculpation

Le procureur général aurait été informé que l'épouse du Premier ministre rembourserait l'Etat si une enquête concernant l'utilisation abusive de fonds publics était abandonnée

Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 22 janvier 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)
Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 22 janvier 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)

Les avocats de Sara Netanyahu se sont entretenus mercredi avec le procureur général Avichai Mandelblit dans une ultime tentative pour conclure un accord et éviter d’éventuelles poursuites pour détournement de fonds à la résidence officielle du Premier ministre.

Les avocats de Netanyahu auraient proposé que Sara Netanyahu admettent les accusations et remboursent l’Etat. En retour, l’enquête serait close sans acte d’accusation. Cependant, les avocats qui ont également été cités dans des rapports pensent que la somme demandée par les enquêteurs est trop élevée et devrait être réévaluée.

Les avocats de Netanyahu ont déclaré lors de la réunion que l’épouse du Premier ministre ignorait à l’époque qu’elle commettait une infraction illégale et qu’elle n’a donc pas sciemment commis un délit. Au lieu de cela, elle a fait confiance aux équipes financières et administratives de la résidence du Premier ministre et du cabinet du Premier ministre sans regarder les détails des dépenses.

Les avocats de Sara Netanyahu ont déclaré plus tard que tous les reportages des médias sur le contenu de la réunion étaient faux.

En septembre, Mandelblit a informé l’épouse du Premier ministre qu’il avait l’intention de l’inculper de fraude pour avoir prétendument détourné quelque 360 ​​000 shekels (104 000 dollars) de fonds publics pour son propre usage, avec l’intention spécifique d’éviter de payer pour ses dépenses personnelles.

Les accusations sont liées au paiement avec des fonds provenant des caisses de l’État de repas privés commandés à la résidence du Premier ministre.

Selon la déclaration de Mandelblit à l’époque, Sara Netanyahu et Ezra Saidoff, ancien directeur général adjoint du cabinet du Premier ministre, ont délibérément fait croire qu’il n’y avait pas de chef cuisinier officiel travaillant à la résidence alors qu’en réalité, il y avait un employé à plein temps à ce poste. Leur but aurait été de « contourner les lignes directrices » qui n’autorisent la facturation à l’État de nourriture commandée à la résidence pour le Premier ministre et sa famille uniquement en l’absence d’un chef employé.

« De cette manière, ils se sont fait livrer illégalement des centaines de repas par des restaurants et des chefs extérieurs pour un montant de 359 000 shekels (102 000 dollars) », indique le communiqué, ajoutant que les accusations spécifiques envisagées étaient pour « fraude aggravée et abus de confiance ».

Outre l’affaire de fraude, Sara et Benjamin Netanyahu ont été interrogés en mars dans le cadre de l’enquête pour corruption du géant des télécommunications Bezeq. L’affaire porte sur des soupçons liés à la réglementation avancée de Benjamin Netanyahu au profit du propriétaire de Bezeq, Shaul Elovitch, en échange d’une couverture positive du site d’information Walla de Bezeq.

La police a recommandé que le Premier ministre soit poursuivi pour corruption, fraude et abus de confiance dans deux autres affaires. Le procureur général n’a pas encore décidé d’engager des poursuites contre le Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...