Les caisses médicales ouvrent les inscriptions pour la vaccination
Rechercher

Les caisses médicales ouvrent les inscriptions pour la vaccination

Seules les personnes de 60 ans et plus et les populations à risque peuvent obtenir la précieuse injection, ainsi que les employés de santé sur le front de la crise virale

Une infirmière, à droite, pendant une séance de vaccination simulée contre le coronavirus au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 17 décembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une infirmière, à droite, pendant une séance de vaccination simulée contre le coronavirus au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 17 décembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les Israéliens du troisième âge et les populations à risque peuvent dorénavant prendre rendez-vous pour être vaccinés contre le coronavirus, dix mois après l’apparition de la pandémie au sein de l’Etat juif.

Les caisses médicales (HMO) ont commencé, jeudi après-midi, à avertir les Israéliens de plus 60 ans et ceux appartenant à des populations à risque qu’ils pouvaient commencer à prendre rendez-vous pour bénéficier d’une première injection dès lundi, vingt-quatre heures après le lancement des premières vaccinations réalisées sur les employés du secteur médical qui travaillent sur le front de la pandémie.

La prise de rendez-vous a commencé jeudi pour les membres des caisses médicales Maccabi et Meuhedet. Clalit ouvrira ses réservations vendredi et Leumit dimanche.

Tous les malades auront deux rendez-vous à 21 jours de distance. Ils ne seront considérés comme vaccinés qu’après avoir reçu la deuxième dose.

Maccabi, Meuhedet et Clalit commenceront leur campagne de vaccination lundi, deux jours avant la date qui avait été initialement fixée. Leumit, pour sa part, la lancera mercredi, comme prévu.

Le site internet de Maccabi a planté dans la journée de jeudi, peu après l’ouverture des réservations au public, ce qui souligne la forte mobilisation des Israéliens considérés comme les plus à risque face au virus.

Selon le site d’information Ynet, les partenaires des personnes à risque peuvent aussi être vaccinés même s’ils ne répondent pour leur part à aucun critère leur accordant une priorité.

Le premier Israélien à recevoir le vaccin sera le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dont le bureau a confirmé jeudi qu’il recevrait la précieuse injection samedi, aux côtés du ministre de la Santé Yuli Edelstein. L’injection se déroulera au centre médical Sheba, près de Tel Aviv, dans la soirée de samedi. Netanyahu est âgé de 71 ans et Edelstein de 62 ans.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le ministre de la Santé Yuli Edelstein visitent le centre logistique de la firme pharmaceutique Teva à Shoham, où les vaccins contre le coronavirus seront stockés dans des congélateurs avant d’être distribués, le 26 novembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

L’événement, qui sera diffusé en direct, vise à « encourager le public israélien à se faire vacciner », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué, ajoutant que Netanyahu deviendrait l’un des premiers leaders mondiaux à être immunisé contre la maladie.

Le ministère de la Santé a diffusé mercredi une liste détaillée des publics qui se feront vacciner en premier lorsque la campagne commencera dimanche.

En tête de liste, les employés des hôpitaux, qui se feront vacciner dès dimanche. Viendront ensuite les employés des caisses médicales, des cliniques privées et des cabinets dentaires ; les étudiants en médecine ou en soins infirmiers qui interviennent dans les hôpitaux, les membres du Magen David Adom et autres services d’urgence, et les résidents et les soignants des maisons de retraite.

Certains membres de la population pourront commencer à se faire vacciner lundi ou mercredi – et notamment ceux appartenant aux groupes à risque et les personnes âgées de 60 ans et plus.

Viendront ensuite les Israéliens qui occupent des emplois avec un risque élevé d’être exposés à la maladie – enseignants, personnels de secours et personnels du système carcéral (les prisonniers, eux aussi, seront prioritaires), ainsi que les soldats de l’armée israélienne et les employés du secteur de la sécurité.

Le reste de la population viendra après – avec un calendrier qui dépendra du nombre de doses disponibles au sein de l’Etat juif et du niveau de demande émanant des groupes prioritaires. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que s’il devait y avoir un surplus de doses, alors les Israéliens issus de tous les secteurs de la population pourront se faire vacciner plus tôt.

Le gouvernement a fixé un objectif de 60 000 vaccinations par jour dès le lancement de la campagne, ce qui signifie que deux millions d’Israéliens pourraient être vaccinés d’ici la fin du mois de janvier.

Alors qu’environ quatre millions de doses du laboratoire Pfizer devraient être livrées d’ici la fin du mois, la Douzième chaîne a expliqué mercredi que quatre millions de doses supplémentaires devraient arriver d’ici la fin du mois de mars, ce qui ferait un total de huit millions de doses – ce qui serait suffisant pour vacciner quatre millions de personnes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein assistent à l’arrivée d’un avion cargo de DHL transportant le premier lot de vaccins Pfizer à l’aéroport Ben Gurion, le 9 décembre 2020. (Marc Israel Sellem/Pool)

La chaîne a expliqué que le vaccin de Moderna, qui pourrait être approuvé en urgence par les régulateurs américains dans quelques jours, ainsi que celui produit par AstraZeneca, ne devraient pas être livrés au sein de l’Etat juif avant le mois d’avril.

Cette campagne de vaccination survient alors que le gouvernement réfléchirait à imposer de nouvelles restrictions sur le public au vu du nombre d’infections à la hausse.

Israël connaît actuellement une augmentation marquée des nouveaux cas de COVID-19. Il y a eu presque 3 000 nouveaux cas mardi et mercredi – un chiffre record depuis plus de deux mois.

Le seuil de réimposition des sanctions qui a été défini par le gouvernement est une moyenne de 2 500 cas quotidiens sur une semaine toute entière, ou un taux de reproduction de base dépassant les 1,32. Ce chiffre était de 1,27 la semaine dernière, selon le ministère de la Santé. Toute valeur dépassant le chiffre 1 signifie que le taux d’infection au coronavirus est en essor.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...