Les collaborateurs de Netanyahu sanctionnés pour avoir enfreint le confinement
Rechercher

Les collaborateurs de Netanyahu sanctionnés pour avoir enfreint le confinement

Topaz Luk, conseiller aux réseaux sociaux et Reuven Azar, conseiller aux Affaires étrangères, ont écopé d'une amende de 5000 shekels chacun

Topaz Luk, le conseiller en réseaux sociaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive à la Knesset, le 15 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Topaz Luk, le conseiller en réseaux sociaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive à la Knesset, le 15 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Deux conseillers du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont été condamnés à payer une amende, mardi, pour avoir rompu la quatorzaine qui leur était imposée après leur séjour aux Etats-Unis aux côtés du Premier ministre, la semaine dernière.

Le conseiller aux réseaux sociaux du chef du gouvernement, Topaz Luk, et Reuven Azar, conseiller en politique étrangère et vice-président du Conseil national de sécurité, ont reçu l’ordre de s’acquitter d’une amende de 5 000 shekels après avoir été filmés hors de chez eux, en violation de leur mise à l’isolement obligatoire.

Pour leur part, Luk et le porte-parole de la famille de Netanyahu, Ofer Golan ont porté plainte contre l’ancien Premier ministre Ehud Barak et contre les journalistes Uri Misgav et Ravit Naor, qui ont tous les trois affirmé que les conseillers avaient procédé à une mise en scène dans le cadre des manifestations contre le Premier ministre, filmant des manifestants qu’ils avaient eux-mêmes fait venir au rassemblement pour créer une provocation.

Golan et Luk réclament 420 000 shekels de dommages et intérêts. Les deux hommes avaient été filmés lors du mouvement de protestation qui a eu lieu samedi soir, en possession de caméras, Luk contrevenant, à ce moment-là, à sa quarantaine obligatoire.

Lundi, Netanyahu a résisté aux appels à limoger ou à sanctionner ses deux proches conseillers, affirmant que l’attention dont ils bénéficiaient était purement politique.

Le haut-conseiller au Premier ministre et président-adjoint du Conseil national de sécurité Reuven Azar. (Capture d’écran: YouTube)

S’exprimant lors d’une réunion du cabinet à Jérusalem, Netanyahu aurait rejeté les critiques contre Luk et Azar, qui avait été aperçu dans un supermarché du quartier Mevasseret Zion de Jérusalem dans la journée de vendredi.

« Et voilà maintenant que tout le monde se réveille à cause d’un seul homme », a-t-il déclaré, selon la Douzième chaîne.

« Tous ceux qui rompent leur quatorzaine doivent payer une amende mais il ne doit pas y avoir d’application sélective de la loi. Les Juifs, les Arabes, la gauche, la droite – je pense que tout le monde doit suivre les instructions données par le ministère de la Santé et que ces dernières doivent être mises en oeuvre et respectées de manière égalitaire », aurait-il ajouté.

Luk et Azar avaient fait partie d’une délégation israélienne qui s’était rendue, la semaine dernière, à Washington pour la signature des accords de normalisation conclus entre Israël et les Emirats arabes unis d’une part et Bahreïn d’autre part. Les voyageurs en provenance des Etats-Unis et d’autres pays se distinguant par des taux d’infection élevés à la COVID-19 sont tenus de se mettre en quatorzaine – mais les membres de la délégation avaient bénéficié d’une période d’isolement plus courte – et ce même si, selon des informations, ils avaient contrevenu aux mesures sanitaires auxquelles ils avaient souscrits pendant leur séjour.

La délégation était revenue au sein de l’Etat juif mercredi, et elle devait rester en quarantaine jusqu’à lundi, après avoir effectué dimanche soir des tests de dépistage au coronavirus.

Topaz Luk, le conseiller en réseaux sociaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive à la Knesset, le 15 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des photos diffusées sur les réseaux sociaux avaient montré Luk en train de filmer des manifestants masqués, lors du rassemblement organisé aux abords de la résidence du Premier ministre. Une vidéo tournée par une personne présente avait montré Luk et Golan s’éloigner ensuite du lieu du regroupement, dimanche soir.

Ce mouvement de protestation hebdomadaire, qui est habituellement organisé le samedi soir, avait attiré 5 000 personnes dimanche, malgré le confinement national qui a commencé vendredi.

L’un des groupes à la tête des manifestations anti-Netanyahu avait accusé Luk et Ofer Golan, porte-parole de la famille de Netanyahu, de s’être rendus au rassemblement pour y filmer un groupe de personnes niant la réalité du coronavirus pour discréditer le mouvement.

Selon la Douzième chaîne, Luk aurait déclaré à des « proches associés » que « les instructions que j’ai reçues ont changé plusieurs fois mais j’aurais dû montrer davantage de prudence. Je suis désolé d’être devenu un instrument permettant des attaques contre le Premier ministre et il est évident, quel que soit le cas, que je m’acquitterai de l’amende. »

Netanyahu et ses partisans ont affirmé que les manifestations étaient un vecteur majeur de contamination, même si les responsables de la Santé déclarent, pour leur part, avoir été dans l’incapacité de prouver que d’éventuelles contaminations avaient pu survenir dans ce contexte.r.

« Topaz Luz est venu faire un test de dépistage à la COVID-19 à Jérusalem, conformément aux instructions qu’il a reçues du ministère de la Santé, lors du retour de sa délégation à Washington et après son retour à son domicile », a fait savoir le parti du Likud de Netanyahu dans un communiqué.

Le communiqué a ajouté que Golan n’avait pas eu l’obligation de se placer à l’isolement, mais il n’a pas expliqué la raison pour laquelle il se trouvait avec Luk, n’évoquant pas non plus les images tournées pendant le mouvement de protestation.

Malgré l’affirmation du Likud selon laquelle Topaz Luk allait passer un test COVID-19, la chaîne Kan a déclaré qu’il avait été testé à 21h30, une heure avant d’être vu avec une caméra lors de la manifestation. Les médias ont également indiqué que le site où sont effectués les tests de dépistage se trouve au bureau du Premier ministre, à environ 1,6 km de la place de Paris.

Suite aux informations sur la violation de sa quarantaine par Azar, le bureau de Netanyahu a indiqué qu’une « clarification » avait eu lieu avec Azar. Ce dernier a affirmé ne pas avoir été au courant de la décision prise par le ministère de la Santé déterminant que le chef du gouvernement et ses conseillers étaient dans l’obligation de se placer à l’isolement, après que le bureau du Premier ministre a précisé qu’à la place, ils se contenteraient d’adhérer aux règles de confinement avant leur mise en vigueur, vendredi.

« Azar a été rappelé à l’ordre par ses supérieurs de manière à ce qu’aucun incident similaire ne puisse se répéter », a expliqué le bureau de Netanyahu dans une déclaration faite aux médias en hébreu.

Alors qu’il se trouvait à Washington, Azar avait contrevenu aux régulations émises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus par le bureau du Premier ministre en quittant l’hôtel où séjournait la délégation israélienne. Les membres de la délégation avaient été sommés de suivre des règles strictes qui avaient compris la mise en place de petits groupes – appelés des « capsules » – et il avait été interdit à ses membres de partir de l’hôtel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...