Les cyberattaques en forte recrudescence pendant la pandémie
Rechercher

Les cyberattaques en forte recrudescence pendant la pandémie

Selon un groupe de veille, les attaques informatiques rapportées en Israël ont augmenté de 50% en 2020 ; les start-ups de cybersécurité ont attiré 31 % des investissements globaux

Image d’illustration d'un hacker informatique. (stevanovicigor, iStock par Getty Images)
Image d’illustration d'un hacker informatique. (stevanovicigor, iStock par Getty Images)

Les Israéliens ont rapporté une hausse de 50 % des attaques informatiques l’année dernière et l’administration en charge du problème a aidé à résoudre plus de 9 000 dossiers de ce type, a noté le groupe de veille de la cybersécurité dimanche dans son rapport annuel pour l’année 2020 – qui signale une forte recrudescence des piratages informatiques survenue pendant la pandémie de coronavirus, une période durant laquelle entreprises et citoyens ont eu recours de manière importante à internet dans un contexte de mesures de distanciation sociale.

« La cyberdéfense est un jeu d’équipe basé sur le partage d’information et les connaissances mutuelles… une combinaison qui est nécessaire pour créer une réalité qui permettra d’empêcher l’attaque suivante », explique Yigal Unna, directeur-général de la cybersécurité en Israël, dans la préface du rapport.

Sur les 9 100 attaques qui ont été rapportées, la majorité a été signalée via le 119, la ligne d’urgence en matière de cybersécurité mise en place par l’administration. 60 % des appels ont concerné des piratages sur les réseaux sociaux et 14 % ont porté, entre autres, sur des tentatives de phishing ou sur des vols de données.

Il y a eu, l’année dernière, une augmentation de l’envergure et du type de cyberattaques, notamment par le biais d’attaques par le biais de rançongiciels en Israël et ailleurs, alors que la propagation du virus a affecté les modèles de télétravail, transférant en ligne un nombre beaucoup plus élevé d’activités professionnelles.

Cette hausse du nombre d’attaques a entraîné également une augmentation des investissements dans l’industrie – déjà florissante – de la cybersécurité israélienne. L’année dernière, le secteur est parvenu à attirer 31% des investissements mondiaux dans la cybersécurité, a noté le rapport.

L’administration de la cybersécurité est chargée de fournir des subventions, des réseaux et des infrastructures qui permettront à toutes les start-ups israéliennes qui travaillent dans ce domaine d’expérimenter leurs technologies.

Ces start-ups tout particulièrement ont collecté un total de 2,9 milliards d’euros en 2020 dans le cadre de plus de cent accords – ce qui représente une hausse de 70 % par rapport à la même période en 2019, indique le rapport. L’industrie a connu 20 accords d’acquisition l’année dernière pour une valeur totale d’environ 4,7 milliards de dollars. Cinq start-ups ont obtenu par ailleurs le statut de « licorne », a ajouté le rapport (les « licornes » sont des entreprises privées évaluées à plus d’un million de dollars). 33% des « licornes », dans le secteur de la cybersécurité, sont des entreprises israéliennes, a continué le rapport. Par ailleurs, les exportations de logiciels de cybersécurité ont totalisé environ 6,85 milliards de dollars en 2020.

L’une des cyberattaques les plus importantes ayant été rapportée pendant la pandémie a été celle menée contre le développeur logiciel américain SolarWinds, qui avait fait savoir que l’un de ses produits, Orion, avait été au centre d’une attaque à grande échelle qui avait été finalement révélée au mois de décembre. Jusqu’à 18 000 clients – notamment des agences gouvernementales et des entreprises classées au Fortune 500 – avaient téléchargé des mises à jour compromises, permettant aux pirates d’espionner les échanges par courriel, avait raconté la compagnie à ce moment-là. L’attaque avait principalement touché les Etats-Unis, précise l’administration israélienne de cybersécurité dans son rapport.

En Israël, encore au mois de décembre, des pirates étaient parvenus à entrer dans le système informatique de la compagnie d’assurance Shirbit, affirmant qu’ils avaient ainsi eu accès à de nombreuses données personnelles de la firme. Des hackers avaient aussi tenté de nuire au secteur national de l’eau, tentant de s’infiltrer dans les systèmes de contrôle et de gestion des stations de pompage et s’occupant des eaux usées dans des zones rurales de l’État juif – des tentatives, dit le rapport, qui avaient été identifiées et déjouées à temps par l’administration et par l’Autorité de l’eau, sans nuisances faites à l’approvisionnement des habitants du pays.

Parmi les autres attaques réalisées en Israël, l’attaque d’une chaîne logistique, des attaques aux rançongiciels et la dégradation de sites internet, continue le rapport.

L’administration a aussi renforcé la sécurité du système de santé national qui a été touché par un nombre accru d’attaques pendant la pandémie, a poursuivi le rapport.

Parmi les secteurs les plus fréquemment pris pour cible par les pirates informatiques, la technologie, l’énergie, les finances, l’université et la santé, ainsi que les chaînes logistiques, a souligné l’administration.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...