Israël en guerre - Jour 293

Rechercher

Les demandeurs d’asile soudanais s’inquiètent de leur avenir en Israël

Les partisans de la réforme affirment que les migrants africains sont la principale raison pour laquelle elle doit être adoptée, la citant comme un exemple d'abus judiciaire

Omer Easa, originaire du Soudan, posant pour un portrait dans les bureaux de la Hotline pour les travailleurs migrants, un groupe de défense des droits, à Tel Aviv, en Israël, le 30 avril 2023. (Crédit : AP/Maya Alleruzzo)
Omer Easa, originaire du Soudan, posant pour un portrait dans les bureaux de la Hotline pour les travailleurs migrants, un groupe de défense des droits, à Tel Aviv, en Israël, le 30 avril 2023. (Crédit : AP/Maya Alleruzzo)

Omer Easa observe la violence qui secoue son pays natal, le Soudan, avec une grande inquiétude. Il craint que plus le Soudan s’enfonce dans le chaos et la violence, plus il risque de rester longtemps un demandeur d’asile non reconnu en Israël, où il bénéficie de peu de protections.

Les défenseurs des migrants comme Easa affirment que leurs droits seront probablement encore plus menacés si le gouvernement israélien, le plus à droite de tous les temps, va de l’avant avec un plan controversé visant à réformer le système judiciaire.

Ce projet, s’il est adopté dans sa forme initiale, pourrait déboucher sur des mesures juridiques qui envenimeraient la vie quotidienne des migrants et, selon les critiques, rendraient leur séjour en Israël intolérable.

« Mon cœur est là-bas. Ma tête est là-bas. C’est juste que mon corps est ici », a déclaré Easa, 31 ans, qui dit avoir fui la région du Darfour déchirée par la guerre en 2012 parce qu’il craignait pour sa vie. « Nous vivons ici, souvent grâce à la bonté de la Cour suprême. »

Les partisans de la réforme affirment que les migrants sont la principale raison pour laquelle le projet doit aller de l’avant.

Les migrants africains, principalement originaires du Soudan et de l’Érythrée, ont commencé à arriver en Israël en 2005 par la frontière poreuse avec l’Égypte.

Cette image extraite d’une séquence vidéo de l’AFPTV du 28 avril 2023 montre une vue aérienne de la fumée noire s’élevant au-dessus de Khartoum. (Crédit : AFPTV/AFP)

Dans un premier temps, Israël a fermé les yeux sur leur afflux et nombre d’entre eux ont occupé des emplois subalternes dans des hôtels et des restaurants. Mais au fur et à mesure que leur nombre augmentait pour atteindre environ 60 000, une réaction brutale s’est produite, avec des appels de plus en plus nombreux à expulser les nouveaux arrivants. Après des années de tentatives d’expulsion, ils sont aujourd’hui environ 25 000, selon le ministère de l’Intérieur.

Easa est l’un des milliers de migrants soudanais en Israël qui mènent une existence précaire. Israël ne reconnaît que très peu d’entre eux comme demandeurs d’asile, les considérant essentiellement comme des migrants économiques, et affirme qu’il n’a aucune obligation légale de les garder. La possibilité de les rapatrier a été évoquée lorsqu’Israël et le Soudan ont signé un accord de normalisation en 2020, mais l’agitation qui règne dans le pays a ralenti la mise en œuvre de l’accord.

Des violences au Soudan entre les forces loyales à deux généraux belligérants ont éclaté le mois dernier, poussant le pays au bord de l’effondrement. Les combats, qui ont débuté alors que le Soudan devait passer du coup d’État militaire de l’année dernière à un régime civil, ont déjà tué des centaines de personnes et laissé des millions de personnes piégées dans les zones urbaines, à l’abri des tirs, des explosions et des pillards.

Le réseau de téléphonie mobile du Soudan étant pratiquement mort, Easa et d’autres personnes en Israël luttent pour rester en contact avec leurs proches.

Les migrants africains d’Israël disent qu’ils sont des demandeurs d’asile qui ont fui pour sauver leur vie et qu’ils sont en danger s’ils reviennent. Ceux qui viennent du Soudan considèrent que la reprise du conflit dans leur pays leur rappelle une fois de plus qu’ils ne peuvent pas rentrer et que leur statut doit être réglé, en particulier en cette période d’incertitude quant à l’avenir du système judiciaire israélien.

Des réfugiés du Sud-Soudan manifestant contre la politique d’immigration israélienne, à Tel Aviv, le 10 juin 2012. (Crédit : Roni Schutzer/Flash90)

En vertu du droit international, Israël ne peut pas renvoyer de force des migrants dans un pays où leur vie ou leur liberté pourrait être menacée. Les critiques accusent le gouvernement d’essayer au contraire de les contraindre à partir.

Israël a utilisé diverses tactiques qui ont rendu leur vie plus difficile, allant de la détention dans des prisons isolées dans le désert à la rétention d’une partie de leur salaire, l’argent n’étant mis à leur disposition qu’une fois qu’ils ont accepté de quitter le pays. Israël a laissé des milliers de demandes d’asile en suspens et a offert des paiements en espèces à ceux qui acceptaient de s’installer dans un pays tiers, quelque part en Afrique.

Israël a également construit une barrière le long de la frontière avec l’Égypte pour stopper l’afflux et a convenu avec les Nations unies de réinstaller des milliers de migrants dans des pays occidentaux tout en permettant à des milliers d’autres de rester en Israël. Cet accord a toutefois été rapidement abandonné sous la pression de militants anti-migrants et de députés intransigeants.

La Cour suprême a également bloqué certains de ces efforts, en annulant des lois anti-migrants jugées inconstitutionnelles, notamment celles concernant leur détention et leurs salaires. Ces décisions ont fait de la question des migrants un cri de ralliement pour les partisans de la réforme judiciaire, qui affirment que la Cour a outrepassé ses décisions.

Des demandeurs d’asile et leurs enfants participant à une marche de protestation devant l’ambassade des États-Unis, à Tel Aviv, le 15 janvier 2014. (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)

En mars, avant de suspendre la réforme sous une forte pression, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a cité la question des migrants comme un exemple dans lequel « la Cour est intervenue injustement ».

Le projet de réforme affaiblirait la Cour suprême et limiterait le contrôle judiciaire sur les décisions du gouvernement.

S’il est mis en œuvre sous la forme proposée, le gouvernement pourrait légiférer à nouveau sur des lois invalidées par la Cour ou en adopter de nouvelles, et passer outre à toute décision future de la Cour à leur sujet.

Les migrants seront confrontés à « un risque beaucoup plus grand » si le plan est adopté, a déclaré Sigal Rozen, directrice de la politique publique pour la Hotline for Migrant Workers, un groupe de défense des droits.

Sigal Rozen, directrice de la politique publique de la Hotline for Migrant Workers, posant pour un portrait, à Tel Aviv, en Israël, le 30 avril 2023. (Crédit : AP/Maya Alleruzzo)

« Une Cour suprême affaiblie ne serait pas en mesure de s’opposer à une proposition de loi élaborée par un membre de la coalition ultra-nationaliste qui cherche à incarcérer les migrants indéfiniment, à retenir une partie de leur salaire et à restreindre leurs déplacements en Israël », a-t-elle déclaré.

La présence des migrants divise depuis longtemps le pays. Leurs partisans affirment qu’Israël, pays fondé sur les cendres de la Shoah et construit par des réfugiés juifs, devrait accueillir les demandeurs d’asile.

Les opposants affirment que les migrants ont apporté la criminalité dans les quartiers défavorisés du sud de Tel Aviv où ils se sont installés.

Certains hommes politiques israéliens les ont qualifiés d’infiltrés, l’actuelle ministre des Transports Miri Regev les qualifiant de « cancer » menaçant le caractère juif du pays.

Des réfugiés africains dans un centre de détention situé dans le sud d’Israël, en août 2012. (Crédit : Moshe Shaï/Flash90)

Les partisans des changements judiciaires affirment que la Cour suprême n’est pas consciente des problèmes posés par la présence des migrants.

« Ce n’est pas le rôle de la Cour de décider de nos politiques d’immigration », a déclaré Sheffi Paz, une importante militante anti-migrants. « C’est à nous d’élire nos députés pour qu’ils le fassent. »

« Les combats au Soudan n’ont pas atténué notre opposition », a-t-elle affirmé.

Depuis qu’il a fui le Soudan, Easa a connu une existence difficile en Israël. Les forces égyptiennes lui ont tiré dessus alors qu’il tentait de passer en Israël, il a été détenu dans une prison israélienne et gagne aujourd’hui difficilement sa vie en tant que livreur.

Pendant tout ce temps, il a espéré qu’Israël le reconnaisse un jour comme un demandeur d’asile disposant de droits propres et de la garantie qu’il ne sera pas expulsé.

« J’espère qu’ils laisseront les gens vivre dans la dignité », a-t-il déclaré dans un hébreu courant. « Et nous espérons qu’il y aura la paix. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.