Les députés arabes condamnent la visite de Netanyahu en Arabie Saoudite
Rechercher

Les députés arabes condamnent la visite de Netanyahu en Arabie Saoudite

La Liste arabe unie, opposée à la normalisation avec les EAU et le Bahreïn, dit que le Premier ministre et Trump n'ont "rien à perdre" ; le Hamas demande des explications à Ryad

Les Palestiniens s'apprêtent à incendier un drapeau israélien et des portraits du président américain Donald Trump et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane lors d'une manifestation contre la barrière frontalière avec Israël, à l'est de Khan Younès, au sud de Gaza, le 13 avril 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Thomas COEX)
Les Palestiniens s'apprêtent à incendier un drapeau israélien et des portraits du président américain Donald Trump et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane lors d'une manifestation contre la barrière frontalière avec Israël, à l'est de Khan Younès, au sud de Gaza, le 13 avril 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Thomas COEX)

Les députés arabes israéliens ont condamné lundi le voyage présumé du Premier ministre Benjamin Netanyahu en Arabie Saoudite, où il aurait rencontré le prince héritier de ce pays, en alléguant que cela pourrait déclencher une guerre régionale dans les derniers jours de l’administration Trump.

La visite rapportée de Netanyahu et du chef du Mossad Yossi Cohen dans la ville de Néom, sur la mer Rouge, pour un sommet auquel aurait également participé le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, a aussi été dénoncée par le groupe terroriste Hamas, tandis que l’Autorité palestinienne n’a jusqu’ici pas fait de commentaires.

« Netanyahu et ses partenaires de l’administration Trump sortante, ainsi que les dirigeants des États du Golfe, comprennent qu’ils vivent en sursis et essaient de profiter des mois qui restent avant le départ de Trump pour déclencher une guerre », a déclaré la députée Aida Touma-Sliman.

« Netanyahu, l’administration Trump et ben Salmane essaient apparemment de mettre le feu à la région et de mettre des bâtons dans les roues… [du] retour à l’accord nucléaire [iranien] et sont susceptibles de faire basculer la région dans une escalade [des hostilités] et la guerre », a-t-elle ajouté.

La députée Aida Touma-Sliman de la Liste arabe unie lors du lancement de la campagne en hébreu de l’alliance à Tel Aviv, le 20 août 2019. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

« Les explosions que nous avons vues il y a quelques jours ne sont que le début des deux prochains mois dangereux », a déclaré la députée, faisant apparemment référence aux frappes aériennes israéliennes contre des cibles iraniennes en Syrie.

Le député Ofer Cassif, également de la Liste arabe unie, a également déclaré que les prochains mois s’avéreraient « très dangereux » pour la région, jusqu’à ce que le président américain désigné par les médias Joe Biden prenne ses fonctions.

« Trump et Netanyahu n’ont rien à perdre et tous deux ont toujours fait peu de cas de la vie humaine », a-t-il affirmé. « Ils continueront à essayer de mettre sur le terrain des faits odieux, comme le renforcement de l’occupation et la provocation de l’Iran, et tout cela uniquement à leur profit et à nos dépens, c’est-à-dire dans le sang. »

Les députés arabes israéliens se sont également farouchement opposés aux accords de normalisation conclus par Israël avec les Émirats arabes unis et le Bahreïn et ont voté contre ces accords au Parlement, arguant que la création d’un État palestinien doit précéder le rapprochement entre Israël et les États arabes.

Un haut responsable du groupe terroriste islamiste du Hamas, Sami Abu Zuhri, a demandé lundi une explication à l’Arabie Saoudite, qualifiant la prétendue visite « d’insulte à la nation et d’invitation à bafouer les droits des Palestiniens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...