Les écoles ne rouvriront « probablement pas la semaine prochaine » – Responsable
Rechercher

Les écoles ne rouvriront « probablement pas la semaine prochaine » – Responsable

Sharon Alroy-Preis a détaillé le plan du ministère de la Santé pour la levée du confinement, affirmant qu'il y avait des "signes initiaux de contrôle de l'épidémie"

La classe d'une école élémentaire vide après le début du confinement national visant à lutter contre l'épidémie de coronavirus à Tel Aviv, en Israël, le 17 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)
La classe d'une école élémentaire vide après le début du confinement national visant à lutter contre l'épidémie de coronavirus à Tel Aviv, en Israël, le 17 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Une haute responsable du ministère de la Santé a présenté, dimanche, les détails du plan gouvernemental consacré à la levée graduelle du confinement actuel contre l’épidémie de coronavirus, le qualifiant de « stratégie pour éviter un nouveau bouclage ». Elle a précisé que les écoles ne rouvriraient probablement pas la semaine prochaine.

Sharon Alroy-Preis, responsable intérimaire de la division des services de santé au sein du ministère, a noté que les derniers chiffres témoignant d’un ralentissement des contaminations étaient « encourageants », soulignant qu’ils étaient néanmoins représentatifs du week-end – lorsque le nombre de dépistages est habituellement bas.

« Nous ne pensons toujours pas avoir atteint notre objectif. Nous verrons les chiffres d’aujourd’hui et de demain, et ils seront plus représentatifs. Il y a eu une hausse continue du nombre de formes graves du coronavirus et cette hausse se stabilise désormais. Il y a des signes initiaux de contrôle de l’épidémie », a déclaré Alroy-Preis.

« Nous espérons qu’avec le contrôle du taux de morbidité, le nombre de décès et de personnes gravement malades baissera », a-t-elle expliqué.

Elle a indiqué que les écoles ne rouvriraient probablement pas leurs portes, dimanche prochain, lorsque les restrictions devraient commencer à s’assouplir.

« Nous sommes conscients que les lieux de travail ne peuvent rouvrir sans l’ouverture préalable des crèches et des écoles primaires », a-t-elle dit. « Nous allons procéder à cette reprise de manière mesurée, prudente, pour ne pas devoir revenir ensuite en arrière. »

Elle a déclaré que le plan de levée du confinement – qui se divise en neuf phases – sera graduel et que chaque phase durera au moins deux semaines. Elles devront nécessairement s’accompagner d’une baisse des taux d’infection.

Sharon Alroy-Preis. (Autorisation)

La première phase sera mise en œuvre lorsque le bilan quotidien national des nouvelles contaminations passera au-dessous de 2 000 cas. Le ministère, selon ses évaluations, aurait pour le moment envisagé la date du 18 octobre.

Dans un premier temps, la restriction de déplacement imposée aux Israéliens pour leurs besoins non-essentiels – ils sont actuellement dans l’obligation de ne pas s’éloigner de plus d’un kilomètre de leurs habitations – sera levée. Les citoyens pourront ainsi à nouveau aller manifester et rencontrer des membres de leur famille hors du foyer nucléaire. Les plages seront ouvertes.

Dans un second temps, lorsque le nombre d’infections quotidiennes passera à 1 000, les écoles primaires rouvriront leurs portes, ainsi que les synagogues – elles seront soumises à certaines restrictions –, et l’industrie des médecines alternatives pourra reprendre ses activités.

Lors de la troisième phase – avec 500 nouvelles contaminations quotidiennes – les lieux de travail recevant des clients pourront rouvrir leurs portes, ainsi que les magasins, les centres commerciaux, les marchés et les clubs de gym. La quatrième phase prévoit la reprise de certaines activités de loisir, notamment la réouverture des restaurants et des cafés.

Pendant la cinquième phase (aucun nombre d’infections quotidiennes n’a été précisé la concernant), les hôtels, les chambres d’hôtes et les piscines rouvriront. Au cours de la sixième, l’industrie de la culture, les musées et les groupes sportifs pourront reprendre leurs activités. La septième phase prévoit le retour dans les classes des élèves des collèges et des lycées et l’ouverture des parcs d’attraction et des salles événementielles.

Enfin, la dernière phase – prévue à la fin du mois de janvier – concerne la réouverture des boîtes de nuit et des bars, ainsi que la présence de spectateurs dans les stades pour assister à des événements sportifs.

« Nous attendrons au moins deux semaines entre chaque phase. Nous avons vu ce qui est arrivé au cours du confinement précédent, quand nous avons rouvert simultanément de nombreux secteurs, et nous ne voulons pas répéter cette erreur », a déclaré Alroy-Preis.

Elle a également vivement recommandé la mise en vigueur de restrictions localisées dans les secteurs présentant de forts taux d’infection, des limitations qui ont été décriées par un grand nombre au sein de la communauté ultra-orthodoxe, où le taux de morbidité est significativement plus élevé que dans le reste du territoire israélien.

Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Marc Israel Sellem/POOL)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré dimanche soir que son parti, Kakhol lavan, allait insister pour que les petites entreprises qui ne reçoivent pas de clients soient autorisées à rouvrir dès cette semaine. Il a ajouté qu’il n’approuverait pas la prolongation des pouvoirs d’urgence accordés au gouvernement lorsqu’ils arriveront à expiration, mercredi prochain, ce qui permettrait la reprise des manifestations massives contre le Premier ministre Netanyahu.

« Tout cela se fera à la condition, bien sûr, que le taux de morbidité continue à décliner », a-t-il dit dans une déclaration filmée.

Tout en se réjouissant de la baisse du nombre de nouveaux cas de coronavirus, Gantz a reconnu le « prix élevé » payé par les Israéliens pendant le confinement.

Peu après les propos de Gantz, Netanyahu aurait fait savoir qu’il ne réclamerait pas non plus la prolongation des mesures d’urgence, selon la Douzième chaîne.

Netanyahu avait précédemment indiqué que, même si certains signes laissaient penser que les restrictions aidaient à abaisser le taux d’infection, « nous avons besoin de quelques jours de plus pour réfléchir » à l’assouplissement des limitations.

Prenant la défense du confinement, Netanyahu a estimé que « cela nous a sauvés d’une hausse exponentielle de la morbidité, de la mortalité et du nombre de personnes gravement malades », avertissant qu’il était prématuré de penser que le combat contre l’épidémie était terminé.

Concernant la levée des restrictions, a dit Netanyahu, « nous ouvrirons les entreprises employant jusqu’à dix salariés qui ne reçoivent pas de clients en face à face et nous ouvrirons les écoles primaires ». Il a néanmoins souligné que « nous allons le faire petit à petit, en plusieurs phases, avec prudence et avec des mesures claires qui permettront de passer d’une phase à l’autre ».

Il a appelé les Israéliens à continuer à adhérer aux restrictions induites par l’épidémie de coronavirus.

« Si nous faisons les choses correctement, alors nous vaincrons la maladie », a-t-il dit.

Le confinement actuel – c’est le deuxième en Israël depuis le début de la pandémie – a commencé à la veille de Rosh HaShana, le 18 septembre, et a été encore durci une semaine plus tard.

Il a été marqué par des affrontements entre la police, chargée de faire appliquer les mesures de limitation, et des manifestants ultra-orthodoxes, et par des échauffourées entre la police et les Israéliens prenant part au mouvement de protestation anti-gouvernemental qui réclame la démission de Netanyahu en raison de son procès pour corruption en cours et qui s’oppose à la mauvaise prise en charge présumée des autorités de la pandémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...