Les étapes clés de la croissance économique d’Israël
Rechercher

Les étapes clés de la croissance économique d’Israël

L'absorption des immigrants, un plan de stabilisation économique, une scène technologique dynamique et des restrictions financières ont permis au pays de prospérer

Les tours Azrieli à Tel Aviv (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Les tours Azrieli à Tel Aviv (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

La création de l’État en 1948 et l’absorption des immigrants : Israël a déclaré son indépendance en mai 1948. Depuis sa fondation, la population du pays est passée de 806 000 habitants à 8,84 millions aujourd’hui, et l’État a absorbé quelque 3,2 millions d’immigrants au fil des ans.

Institutions financières et restrictions budgétaires : les dirigeants israéliens ont mis en place des institutions économiques, notamment la banque centrale, les banques commerciales, l’Autorité des titres israélienne (ATI), et le ministère des Finances, afin de protéger l’économie et de la mettre à l’abri des crises.

Au cours des vingt dernières années, les gouvernements israéliens ont adhéré à une politique de restrictions budgétaires qui donne à la nation une crédibilité auprès des investisseurs étrangers et réduit les coûts financiers.

Le plan de stabilisation de 1985 qui a freiné l’inflation et réduit les dépenses : l’hyperinflation a frappé l’économie israélienne au début des années 80 et, en 1984, elle a atteint 445 %. Cela a perturbé le fonctionnement de l’économie.

En 1985, un plan de stabilisation a été mis en place, dirigé par le ministre des Finances Shimon Peres, le secrétaire d’État américain George Shultz et l’économiste du FMI Stanley Fischer, qui visait à réduire la dette publique, à limiter les dépenses publiques et à privatiser les entreprises publiques.

Ce processus, ainsi que d’autres mesures de libéralisation d’entreprises par la nation dans les années 1990, ont fait d’Israël un membre de l’économie mondiale.

La croissance de l’industrie technologique israélienne : Dans les années 1990, le gouvernement a mis en place un programme appelé Yozma, qui a aidé à créer un fonds de capital-risque local qui a investi dans les technologies israéliennes en plein essor.

L’essor d’Internet, combiné à l’afflux d’immigrants hautement diplômés de l’ex-Union soviétique et à la volonté de résoudre des problèmes qui semblent insolubles, ont donné naissance à une scène technologique locale florissante.

Aujourd’hui, Israël est une puissance technologique avec des produits qui ont un impact sur le monde.

L’industrie technologique en chiffres : En 20 ans, de 1997 à 2017, 16 000 entreprises de haute technologie ont été créées, dont 8 000 sont actuellement actives. Le pays compte 505 entreprises de cybersécurité, qui ont levé quelque 5,6 milliards de dollars ; il y a 1 487 entreprises des sciences de la vie qui ont levé 13,5 milliards de dollars.

Israël a connu des cessions d’une valeur de 143 milliards de dollars, dont 132 milliards de dollars de fusions et acquisitions et 11 milliards de dollars de premier appel public à l’épargne. Les fonds israéliens de capital-risque ont levé quelque 20 milliards de dollars en 1997-2017 ; l’industrie compte quelque 1 800 femmes entrepreneurs de haute technologie, dont 490 sont des PDG et des entrepreneurs actifs ; il y a actuellement 365 centres de R&D étrangers actifs en Israël ; et il y a actuellement 356 incubateurs et accélérateurs israéliens actifs. Les données ont été publiées par IVC Research Center mardi, avant Yom HaAtsmaout.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Barack Obama et le vétéran handicapé de l’armée israélienne, Radi Kaiuf, lors de la démonstration du systèmie d’exosquelette ReWalk. Kaiuf, qui était auparavant presque complètement paralysé, a terminé le Marathon d’Israël en 2012 en utilisant le système (Kobi Gideon / GPO / FLASH90)

La découverte de réserves de gaz naturel offshore : La découverte de ressources en gaz naturel au large des côtes israéliennes a changé la donne pour l’économie, conduisant Israël vers l’indépendance énergétique puisqu’elles sont suffisantes pour alimenter le pays en carburant pendant plus de 50 ans.

Le champ de gaz naturel de Tamar, avec quelque 280 milliards de mètres cubes de gaz naturel, a commencé à produire en 2013 et répond actuellement à 95 % de la demande du pays. Le champ géant de Leviathan, découvert en 2010, devrait contenir 63 milliards de mètres cubes de gaz naturel, et sa mise en production est prévue pour 2019.

Le champ a également un potentiel d’environ un demi-milliard de barils de pétrole, selon les estimations publiées par les parties prenantes, dont Noble (Texas), Delek Group et Ratio Oil Exploration (1992) LLP. Israël espère que le développement du Léviathan lui permettra d’exporter du gaz, ce qui, selon lui, pourrait contribuer à graisser les rouages de la diplomatie régionale.

Vue aérienne d’une plate-forme gazière offshore israélienne. (Crédit : Albatross Aerial photography/Noble Energy/Flash90)

La vente de Mobileye à Intel Corp. pour un montant faramineux de 15,3 milliards de dollars en 2017 : l’accord est le plus important accord technologique d’Israël à ce jour et souligne la haute estime dans laquelle la technologie israélienne est tenue par les multinationales étrangères qui affluent sur ses rives, installent des centres de R&D locaux et achètent des startups pour exploiter les développements les plus prometteurs.

Mobileye fournit une technologie qui permet le développement des voitures autonomes. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

L’économie aujourd’hui, en chiffres : Israël avait un produit intérieur brut (PIB) par habitant d’environ 5 000 dollars lorsque l’État a été créé en mai 1948. Le PIB par habitant est aujourd’hui de l’ordre de 40 000 dollars, proche de la médiane des autres pays développés de l’OCDE, selon les données compilées par la Banque d’Israël. Le PIB par habitant est une mesure qui divise le produit intérieur brut du pays par sa population totale et qui est une mesure de son niveau de vie.

L’économie d’Israël en 2017 a connu une croissance de 3,4 % en 2017 et s’est établie en moyenne à 3,3 % depuis 2000, ce qui est plus élevé que dans de nombreux pays de l’OCDE, en partie sous l’effet d’une forte croissance démographique.

Les pays de l’OCDE ont connu une croissance moyenne de 2,4 % en 2017, tandis qu’aux États-Unis, la croissance a été de 2,3 % pour la période.

Les sociétés de technologie israéliennes ont levé un montant record de 5,2 milliards de dollars en 2017 et il y a eu 23 milliards de dollars de cessions d’entreprises, définies comme des opérations de fusion et d’acquisition et un premier appel public à l’épargne.

Quelque 94 sociétés israéliennes étaient cotées à la bourse NASDAQ, selon un rapport Doing Business in Israel 2018.

L’espérance de vie des hommes juifs est passée de 64,9 en 1949 à 80,7 en 2016, et celle des femmes de 67,6 en 1949 à 84,2 en 2016, selon le Bureau central des statistiques.

La population de la nation a doublé au cours des quatre années qui ont suivi sa fondation, quelque 700 000 immigrants juifs des pays arabes affluant sur ses côtes après avoir été expulsés de leur pays d’origine ou avoir dû quitter leur pays d’origine, et des survivants de l’Holocauste venus d’Europe en quête de sécurité dans leur patrie ancestrale. Une autre vague géante d’immigration dans les années 90 a entraîné avec elle plus de 900 000 nouveaux immigrants, dont beaucoup d’ingénieurs, de professeurs et de scientifiques de l’ex-Union soviétique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...