Les Israéliens ne recevront pas d’allocations chômage et d’aides avant Pessah
Rechercher

Les Israéliens ne recevront pas d’allocations chômage et d’aides avant Pessah

Le chef de l'Institut national d'assurance a déclaré que son organisme était débordé et en retard à cause de la crise de COVID-19

Le directeur général de l'Institut national d'assurance Meir Spiegler lors d'une conférence à la Chaîne de télévision d'information israélienne au Centre de convention international de Jérusalem, le 3 septembre 2018. (Photo par Yonatan Sindel/Flash90)
Le directeur général de l'Institut national d'assurance Meir Spiegler lors d'une conférence à la Chaîne de télévision d'information israélienne au Centre de convention international de Jérusalem, le 3 septembre 2018. (Photo par Yonatan Sindel/Flash90)

L’Institut national d’assurance d’Israël est débordé par l’afflux massif de demandes entraîné par la pandémie du COVID-19. L’Institut ne sera pas en mesure de verser les allocations chômage et les aides d’urgence avant la prochaine fête de Pessah, a fait savoir son directeur général au cours du weekend.

« Malheureusement et malgré nos efforts, nous ne serons pas en mesure de planifier et de verser les allocations chômage, a déclaré Meir Spiegler au quotidien Maariv. Il a ajouté qu’il espérait que les aides d’urgence pour les enfants pourraient être traitées avant la fête mais que celles pour les seniors ne pourraient clairement pas être versées dans ce délai.

« Habituellement, nous devons traiter 17 000 demandes d’allocation chômage chaque mois, mais nous en avons maintenant plus d’un million. Ce mois, nous allons payer 700 000 à 800 000 avances des 1 000 à 2 000 shekels pour les employés qui ont été mis au chômage technique. Les systèmes ne sont pas conçus pour cela », a-t-il souligné.

Plus tôt ce mois, Israël a franchi le cap du million de chômeurs pour la première fois de son histoire, alors que la pandémie de coronavirus met à l’arrêt de plus en plus d’entreprises.

Un homme israélien est reçu à l’Institut national d’assurance. (Photo d’illustration: Flash90)

Près d’un quart de la population active d’Israël, 24,9 %, est sans emploi, dont environ 160 000 personnes qui étaient déjà au chômage avant la crise. Vendredi, l’agence de l’emploi a déclaré que le nombre de chômeurs se situait maintenant à 1 039 791.

« L’allocation complète de chômage sera versée le 12 avril », a déclaré Spiegler à Maariv.

La semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annoncé que les familles recevraient un versement en une seule fois de 500 shekels par enfant (environ 127 euros) jusqu’au quatrième enfant, avant la fête. Il y aura aussi une aide pour les seniors, avait-il déclaré. Il avait précisé que ces versements seraient approuvés par une loi d’urgence, et que les paiement seraient directement versés sur les comptes en banque, sans devoir remplir de la paperasse.

Avant la fête, environ 2,75 millions d’Israéliens âgés de moins de 18 ans recevront leurs allocations familiales pour un montant total tournant autour d’un milliard de shekels (254 millions d’euros). Les vétérans et leurs bénéficiaires d’aides sociales recevront leurs paiement avant la fête.

Interrogé pour savoir ce qui se passerait si la situation ne s’améliorait pas, Spiegler a déclaré à Maariv qu’en mai l’Institut national d’assurance aurait à débourser 6 milliards de shekels (1,52 milliard d’euros) en allocations chômage. Le gouvernement pourra payer les employés en congé sans solde sur une période allant de deux à six mois, en fonction de leur âge et de leur statut.

Un homme dans la rue Jaffa de Jérusalem le 25 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Jeudi dernier, le cabinet avait approuvé des aides d’urgences pour les auto-entrepreneurs israéliens dont les activités ont été affectées par la pandémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...