Rechercher

Les jeunes musulmans sont déterminés à venger la mort de Soleimani – général iranien

Près de 3 ans après l'assassinat du général des Gardiens de la Révolution par Washington, le ministre des Affaires étrangères promet de traduire les coupables en justice

Le chef d'Etat-major iranien, le général Mohammad Hossein Bagheri, pendant une parade militaire à Téhéran, le 21 septembre 2016. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Le chef d'Etat-major iranien, le général Mohammad Hossein Bagheri, pendant une parade militaire à Téhéran, le 21 septembre 2016. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)

Le plus haut commandant militaire iranien a déclaré que les jeunes musulmans du monde entier ne cesseront jamais de chercher à se venger de la mort du général Qassem Soleimani, qui a été assassiné par les États-Unis en 2019, a rapporté dimanche la chaîne Press TV, contrôlée par l’État.

Le président des chefs d’état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Bagheri, a formulé ces remarques à l’approche du troisième anniversaire de la mort de Soleimani.

« La vengeance contre les cerveaux et les auteurs de l’assassinat du général Soleimani ne quittera jamais les préoccupations des jeunes du monde musulman et de ses fidèles à travers le monde », a déclaré Bagheri, selon le reportage.

Soleimani, 62 ans, chef de la Force Quds du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, a été tué le 3 janvier 2020 dans une frappe aérienne effectuée par un drone américain MQ-9 Reaper. Il a été ciblé alors qu’il se rendait à l’aéroport international de Bagdad.

Décrivant Soleimani comme « notre héros national », Bagheri a déclaré que ceux qui ont perpétré cet assassinat se sont trompés en pensant qu’ils avaient éliminé le « plus grand obstacle sur la voie de leurs objectifs arrogants et expansionnistes dans la géographie du monde musulman. »

Lundi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré que son pays utiliserait tous les moyens juridiques, politiques et diplomatiques à sa disposition, sans ménager ses efforts, pour traduire en justice les personnes impliquées dans l’assassinat de Soleimani.

« En plus de suivre toutes les voies légales, nous avons déclaré et enregistré la responsabilité de l’administration américaine dans cet assassinat par le biais d’un mémo officiel, et nous donnerons suite à notre action en justice par voie naturelle », a déclaré Amir-Abdollahian dans une interview.

Il a accusé les États-Unis et d’autres pays occidentaux de tenter de « faire obstruction au processus de poursuite judiciaire de l’affaire ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, écoute la question d’un journaliste lors d’une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 31 août 2022. (Crédit : Maxim Shemetov/Pool Photo via AP)

Amir-Abdollahian a déclaré que l’Iran « n’a pas les mains liées » et que, parallèlement à ses efforts juridiques, la République islamique cherche d’autres moyens de punir ceux qu’elle tient pour responsables. Cela inclut l’inscription de 60 responsables américains sur une liste noire, a-t-il déclaré, selon le reportage de Press TV. Washington a exigé que cette liste soit supprimée, a-t-il affirmé.

La partie américaine a, par des voies indirectes, expliqué à la République islamique que l’inscription sur la liste noire a incité Washington à investir des « dépenses exorbitantes » pour assurer la sécurité de ces fonctionnaires tant aux États-Unis que lors de leurs voyages à l’étranger », a déclaré Amir-Abdollahian.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani, a tweeté que l’ancien président américain Donald Trump, qui était en fonction à l’époque et qui a approuvé l’assassinat, devait rendre des comptes pour « un acte honteux. »

« Un procès équitable sur le crime de l’ancien président américain serait un service rendu à l’humanité », a-t-il écrit et décrit Trump comme « le parrain du terrorisme international ».

L’Iran a depuis longtemps juré de se venger de l’assassinat de Soleimani.

Un livre des journalistes Peter Baker et Susan Glasser, qui examine le mandat turbulent de Trump à la Maison-Blanche, affirme que pendant ses derniers jours de mandat, le président a exprimé des inquiétudes à ses amis concernant la vengeance iranienne pour l’assassinat de Soleimani.

Le commandant principal des Gardiens de la révolution, le général Qassem Soleimani, (au centre), assiste à une réunion avec le Guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei (hors cadre) et les commandants des Gardiens de la révolution à Téhéran, Iran, le 18 septembre 2016. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

Confirmant la mort du général iranien à l’époque, le ministère américain de la Défense a déclaré : « Soleimani élaborait activement des plans pour attaquer les diplomates et les membres des services américains en Irak et dans toute la région. » Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique est une organisation terroriste désignée par les États-Unis.

L’attentat est survenu quelques heures après que Mark Esper, alors secrétaire américain à la Défense, eut déclaré que Washington était prêt à intensifier ses activités pour repousser les forces soutenues par l’Iran hors d’Irak, y compris par des frappes préventives.

Cet assassinat a marqué une escalade majeure dans le conflit qui couve entre les États-Unis et l’Iran. Plusieurs jours après la mort du général, l’Iran a répondu en tirant des missiles balistiques sur deux bases américaines en Irak. Le Pentagone a déclaré que des dizaines de soldats ont subi des lésions cérébrales traumatiques à la suite de ces tirs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.