Les juifs libéraux minimisent le rôle de la délégation de rabbins pro-Netanyahu
Rechercher

Les juifs libéraux minimisent le rôle de la délégation de rabbins pro-Netanyahu

Le Premier ministre aurait fait venir une délégation de rabbins avant l'Assemblée générale des fédérations juives pour faire face aux critiques des juifs libéraux

Le rabbin Rick Jacobs, président de l'Union pour le judaïsme réformé, répondant aux questions des rabbins lors d'une conférence lors de la biennale de la Réforme à San Diego, le 13 décembre 2013. (Crédit : URJ via JTA)
Le rabbin Rick Jacobs, président de l'Union pour le judaïsme réformé, répondant aux questions des rabbins lors d'une conférence lors de la biennale de la Réforme à San Diego, le 13 décembre 2013. (Crédit : URJ via JTA)

JTA – Les dirigeants des mouvements libéral et massorti aux Etats-Unis ont déclaré qu’ils n’étaient pas préoccupés par la délégation de vingt rabbins qui ont été invités en Israël pour rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le gouvernement israélien a fait venir par avion une délégation de rabbins orthodoxes, massortis et libéraux la semaine dernière pour rencontrer Netanyahu. Ron Dermer, ambassadeur d’Israël aux États-Unis, a organisé la rencontre, selon Haaretz, par mécontentement face aux critiques formulées à l’endroit d’Israël par les dirigeants des mouvements libéral et massorti.

Mais les dirigeants des deux mouvements ont déclaré qu’ils étaient au courant de la réunion avant qu’elle n’ait lieu.

« La plupart des collègues massortis qui ont participé à cette mission étaient en contact » avec les dirigeants massortis en Israël, a déclaré le rabbin Steve Wernick, le président de United Synagogue of Conservative Judaism, un organisme cadre. « Ils n’avaient pas l’impression d’être utilisés pour faire le tour de la question et créer un fossé entre les dirigeants du mouvement et les rabbins sur le terrain. Mes collègues étaient tous bien renseignés et informés. »

Le rabbin Steven Wernick, directeur général de la United Synagogue of Conservative Judaism. (Crédit : Mike Diamond Photography)

Le rabbin Rick Jacobs, président de l’Union for Reform Judaism, a déclaré qu’il soutenait les rabbins de son mouvement qui coopéraient avec Netanyahu.

« Je ne sais pas quel était le plan du gouvernement », a-t-il dit. « Nos collègues qui étaient là sont parmi les meilleurs. Nous leur avons parlé avant la mission. Nous pensons que c’est une chose très positive qu’ils y soient allés, qu’ils aient appris autant que possible, qu’ils aient discuté de toutes les choses qui sont importantes. Je ne suis pas sûr que le programme était très équilibré, mais ce sont des collègues intelligents. »

Dans un communiqué à la suite de leur rencontre avec Netanyahu, le groupe de rabbins a déclaré qu’il était engagé envers Israël, mais qu’il n’était pas disposé à offrir un « soutien inconditionnel ».

« Lors de notre rencontre avec le Premier ministre, nous avons fait savoir que notre engagement en faveur de la sécurité de l’État d’Israël et de la préservation de l’identité juive dans la Diaspora et dans l’État d’Israël est constant et indéfectible », dit le communiqué. « Avec un amour inconditionnel, mais pas un soutien sans réserve, nous sommes convaincus qu’en travaillant ensemble, nous pouvons relever tous les défis. Divisés, nous sommes affaiblis et diminués. »

Le rabbin Stuart Weinblatt. (Crédit : autorisation)

Dans son intervention devant le Premier ministre, le rabbin Stuart Weinblatt, de la Conservative Congregation B’nai Tzedek à Potomac, Maryland, a reconnu les défis politiques et sécuritaires qu’Israël avait à relever. Mais il a critiqué le Grand Rabbinat orthodoxe Haredi pour son contrôle sur les affaires religieuses du pays.

« Nous manquerions à notre devoir si nous ne soulevions pas avec vous la question du rôle des Juifs non orthodoxes en Israël et dans la Diaspora », a-t-il dit, d’après une transcription de ses propos.

« Cette question a de nombreuses facettes, car elle touche aux questions de la conversion, du monopole et de la position de force des Haredis, du pouvoir du Rabbinat et de leur approche byzantine qui détourne les gens du judaïsme et fait obstacle au sens de l’unité, ainsi que des progrès dans le développement de l’espace égalitaire au Kotel. Nous savons que nos réalités sont différentes – et le système politique d’Israël est différent du nôtre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...