Les Juifs raffolent des cours en ligne pendant la pandémie
Rechercher

Les Juifs raffolent des cours en ligne pendant la pandémie

Les cours virtuels sont un point positif dans une période difficile et, à mesure que des communautés mondiales se forment, les enseignants réalisent qu'ils ont un pouvoir durable

La poétesse israélienne Rachel Korazim a été surprise par la popularité de ses cours en ligne pendant la pandémie. (Capture écran / via JTA)
La poétesse israélienne Rachel Korazim a été surprise par la popularité de ses cours en ligne pendant la pandémie. (Capture écran / via JTA)

JTA – La poétesse israélienne Rachel Korazim pensait à réduire ses voyages lorsque la pandémie de coronavirus a pris la décision pour elle.

« J’ai dit que je voulais vraiment passer à l’enseignement à distance parce que, vous savez, je ne rajeunis pas. Les voyages sont fatigants », dit-elle avoir indiqué à son mari.

Mais Mme Korazim a vite compris que ses rendez-vous réguliers dans deux destinations de premier plan pour la formation des adultes, l’Institut Pardes pour les études juives et l’Institut Shalom Hartman, n’auraient pas lieu et s’est sentie déçue.

Puis, un matin de mars, une vidéo virale est apparue sur son téléphone, montrant des Italiens – alors souffrant d’un lourd bilan mortel – chantant depuis leur balcon. la poétesse s’est sentie inspirée.

Jouant sur le fait que le mot hébreu pour chanson est le même que pour poème, elle a publié sur Facebook, « Je ne peux pas chanter comme les Italiens le font, mais je peux enseigner la poésie ». Elle a invité ses abonnés à rejoindre sa session Zoom ce soir-là, couvrant les voix des femmes juives dans la littérature.

En quelques jours, plus de 200 personnes ont suivi les cours de poésie nocturnes de Rachel Korazim. Son expérience a donné un premier indice de ce qui a été jusqu’à présent un phénomène durable pendant la pandémie : en quête de connexion et avec du temps à leur disposition, les Juifs ont suivi des cours en ligne avec une intense dévotion. Et plutôt que de connaître un regain d’intérêt au début de la pandémie, puis de s’estomper à mesure que les gens s’adaptent à la nouvelle norme, l’apprentissage en ligne se développe au sein de la communauté juive.

L’exemple le plus marquant est peut-être le programme d’été de l’Institut Hartman, où Rachel Korazim enseigne habituellement à Jérusalem à environ 150 personnes qui travaillent dans des synagogues et autres institutions juives. Elle s’attendait à ne rien avoir de prévu cette année, mais au lieu de cela, un symposium en ligne a attiré des milliers de personnes du monde entier, dont beaucoup n’ont aucune affiliation professionnelle juive mais un intérêt profond et constant pour l’apprentissage.

« Notre mission est de développer les meilleures idées du passé », a déclaré Dan Friedman, directeur du contenu et de la communication de l’Institut Hartman. « Malheureusement, le peuple juif a eu pendant des milliers d’années de nombreuses occasions de réfléchir à la crise et à la manière dont nous la gérons. Comment pouvons-nous obtenir les meilleures idées que nous avons et réfléchir à leur pertinence par rapport à notre situation actuelle ? Et comment pouvons-nous faire passer ces idées là où elles feront une différence ? ».

La réponse, ont conclu Dan Friedman et son équipe, est un programme en ligne d’un mois intitulé « Tous ensemble maintenant : idées juives pour ce moment ». Réalisé en moins de six semaines et gratuit pour les participants, le programme a attiré plus de 1 000 inscrits le premier jour de son annonce en juin. À la fin de la première semaine, plus de 6 000 personnes, dont quelque 1 100 rabbins et 600 professionnels de la communauté juive, s’étaient inscrites aux conférences et aux ateliers de penseurs, de chefs religieux et d’artistes de renom comme Rachel Korazim.

Cette semaine, la dernière de la série, l’institut ajoute des occasions pour les participants d’échanger entre eux aussi.

« L’idée est que nous ne pouvons pas amener les gens au ‘mechon‘ », a déclaré Friedman, en utilisant le mot hébreu pour désigner un établissement d’enseignement, « alors amenons le mechon aux gens ».

Bien que le programme de Dan Hartman soit gratuit, même les programmes payants suscitent un intérêt important et soutenu. L’institut Pardes, également situé à Jérusalem, a mis en ligne son programme d’apprentissage d’été et a fixé les frais d’inscription à 175 $ pour une session de dix jours et à 145 $ pour une session de huit jours.

« Nous étions très nerveux à l’idée de mettre en place un programme d’été en ligne et de le faire payer », a confié Alex Israel, le directeur de la programmation de l’institut. Nous nous sommes dit : ‘Les gens vont-ils payer ?’ Parce qu’il y a tellement de choses qui se passent gratuitement en ligne ».

Illustration : une enseignante de Talmud Dr Meesh Hammer-Kossoy avec des étudiantes de l’Institut d’études juives Pardes (avec la permission de Pardes Institut d’études juives)

La réponse a été oui. Plus de 250 personnes ont payé pour des cours pendant deux sessions d’été, soit plus du double du nombre d’inscrits à des cours en personne l’année dernière. Parmi elles, des seniors qui n’auraient peut-être pas assisté aux cours physiquement, mais qui ont déclaré que les cours en ligne offrent une bouée de sauvetage en période d’isolement, commente Alex Israël.

« Notre activité consiste à enseigner aux gens des textes et des compétences d’enseignement, et nous avons dit que nous pensons avoir un nom suffisamment bon pour l’étude des textes, que nous sommes les experts de l’enseignement de la Torah, sérieux mais pertinent, et que nous pensons que les gens paieront si nous mettons en place un programme suffisamment solide », a-t-il déclaré. « Et il a été prouvé que nous avions raison ».

Hartman et Pardes sont parmi les plus grands noms de l’enseignement juif. Mais d’autres organisations rencontrent également un intérêt surprenant pour leurs services éducatifs en ligne.

Une conférence pour pédagogues, appelée NEW-CAJE, a attiré plus de 900 participants, soit le double du nombre habituel en personne, pour un mois de sessions sur l’innovation dans l’éducation juive.

Une enseignante du Technion dispense un cours à distance avant l’ouverture du semestre de printemps en ligne. (Bureau du porte-parole du Technion)

My Jewish Learning, le site web éducatif non confessionnel, a lancé pour la première fois des cours en direct, proposant des dizaines de classes virtuelles sur des sujets allant des fêtes à la théologie en passant par l’hébreu de base. (My Jewish Learning, tout comme la JTA, fait partie de 70 Faces Media). Des milliers de personnes ont suivi ces cours.

Et la Fraternité juive sépharade d’Amérique, qui offre généralement des ressources sur l’apprentissage des Juifs sépharades, ainsi que des bourses et des célébrations communautaires, dispose d’une « académie numérique » inspirée par la pandémie, qui présente des cours comme Ladino 101 et l’étude de textes à travers le prisme sépharade.

Cela n’aurait pas été possible avec des événements en direct, commente Ethan Marcus, le directeur de la communication du groupe.

« Il s’agit d’une expérience inédite à plus d’un titre, car elle a permis de relier des personnes réparties dans le monde entier », souligne-t-il. « Nous avons des participants en Turquie, en France, en Argentine – nous avons même eu un participant au Japon. Cela nous a permis de nous faire connaître davantage.

« Mais plus important encore, cela nous a vraiment fait repenser ce que signifie être une communauté nationale, comment nous jouons un rôle dans la vie quotidienne des gens aujourd’hui ».

Cela nous a vraiment fait repenser ce que signifie être une communauté nationale, comment nous jouons un rôle dans la vie quotidienne des gens aujourd’hui

Avec la pandémie qui se prolonge et les attentes concernant les contacts en personne qui ne sont plus qu’un souvenir, il est probable que le passage à l’apprentissage en ligne perdurera même une fois que les voyages et les rassemblements soient redevenus sûrs.

« Je pense que la communauté juive suivra probablement la même direction que nous », prédit M. Friedman. « Il y aura beaucoup plus d’institutions, d’organisations et de mouvements hybrides en personne et en ligne. Je pense que nous avons vu les vastes effets économiques que [la pandémie] aura, et cela conduira probablement un certain nombre d’organisations différentes à travailler ensemble d’une manière qui a été sans précédent jusqu’à présent. Je pense qu’il y aura une accélération du changement ».

En effet, plus de 90 % des personnes interrogées dans le cadre des enquêtes sur les cours en ligne de My Jewish Learning ont déclaré qu’elles continueraient à les suivre après la fin de la pandémie, et les trois quarts ont indiqué qu’elles avaient le sentiment d’avoir obtenu autant de résultats dans ces cours que dans ceux en personne.

Pour Mme Korazim, l’expérience de cet été a résolu une de ses préoccupations concernant l’enseignement en ligne : ses étudiants pourraient-ils faire l’expérience du même esprit de corps qu’elle a vu s’installer lorsqu’ils sont dans la même pièce ?

« J’ai maintenant une communauté », se réjouit Mme Korazim. « J’arrive en classe 20 minutes avant, et les gens parlent de leur sous-sol inondé, ou de leur pont qui s’effondre et qui doit être fermé, parce qu’ils souffrent. … Mon cours est l’endroit où ils peuvent parler aux adultes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...