Israël en guerre - Jour 226

Rechercher
Les otages du 7 octobre

Les jumeaux Ziv et Gali Berman, une capture synonyme d’espoir

Après l'assaut du Hamas, ces deux frères du kibboutz Kfar Aza étaient introuvables ; la famille a été informée de leur enlèvement le 17 octobre 2023

Ziv et Gali Berman ont été capturés par des terroristes du Hamas dans leur maison du kibboutz Kfar Aza le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Ziv et Gali Berman ont été capturés par des terroristes du Hamas dans leur maison du kibboutz Kfar Aza le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Les frères jumeaux Ziv et Gali Berman, 26 ans, sont retenus en captivité à Gaza, après avoir été enlevés par des terroristes palestiniens du Hamas qui ont pris d’assaut le kibboutz Kfar Aza le 7 octobre.

Leur frère aîné, Liran Berman, 36 ans, n’a pas passé le Shabbat de Simhat Torah avec le reste de sa famille, parce que son épouse avait été testée positive au Covid, a-t-il déclaré au Guardian.

Liran était chez lui, à Zichron Yaakov, lorsque les sirènes ont commencé à retentir ce samedi matin. Il a appelé sa mère, Talia, 60 ans, Ziv et Gali, ainsi qu’un troisième frère, Idan, 32 ans, alors qu’ils se cachaient dans leurs mamadim – pièces sécurisées.

Liran a envoyé des SMS à ses jeunes frères jumeaux pendant des heures, leur demandant comment ils allaient et s’ils étaient en sécurité. Dans la soirée, ils ont cessé de répondre.

Quelques heures plus tard, Talia et le père des garçons, Doron, 64 ans, atteint de la maladie de Parkinson et de démence, ont été libérés. Idan a été libéré l’après-midi suivant.

Il aura fallu plusieurs jours pour reprendre le contrôle de Kfar Aza, où plus de 60 des 400 habitants ont été assassinés et 18 enlevés. Pendant tout ce temps, les Berman ne savaient pas si Ziv et Gali étaient morts ou enlevés.

Après dix jours passés à assister à d’innombrables funérailles – parfois plusieurs le même jour – les Berman ont appris par des officiers israéliens que les jumeaux avaient été enlevés par le Hamas.

« Quand on nous a dit qu’ils avaient été enlevés, nous étions heureux », a déclaré Liran au Guardian.

« C’est une chose tellement étrange. C’était une lueur d’espoir. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.