Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Les liens sécuritaires entre la ville de Nice et Israël

Les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot consacrent un chapitre de leur nouveau livre à ce thème, s'inquiétant des "dérives" que ces relations pourraient engendrer

Le maire de Nice Christian Estrosi rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu en Israël en décembre 2016. (Crédit : Christian Estrosi/Twitter)
Le maire de Nice Christian Estrosi rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu en Israël en décembre 2016. (Crédit : Christian Estrosi/Twitter)

La municipalité de Nice et Israël sont de très proches alliés en matière de sécurité et de cyber-surveillance, rappellent les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot.

Dans leur nouvel ouvrage, Le déclassement français. Elysée, quai d’Orsay, DGSE : Les secrets d’une guerre d’influence stratégique (Michel Lafon), le journaliste au service international de Radio France et le grand reporter au Figaro consacrent tout un chapitre à ce thème.

Ils évoquent ainsi la « fascination du maire de Nice », Christian Estrosi, pour les technologies de cybersécurité israéliennes.

Selon eux, cette fascination pourrait s’expliquer en partie par les attentats de Nice.

« Il y a eu l’application Reporty, développée par la start-up de l’ancien Premier ministre Ehoud Barak testée en 2018 à Nice. L’objectif était pour les utilisateurs témoins d’incivilités de filmer la scène, et d’envoyer les images au centre de supervision urbain », a expliqué Christian Chesnot au micro de France bleu.

Après avoir été épinglée par la Commission informatique et liberté (CNIL), la municipalité s’est ensuite tournée vers « l’expérimentation de la reconnaissance faciale lors du Carnaval 2019, avec la technologie israélienne Anyvision », a indiqué le journaliste.

Ils rappellent également les liens entre la ville et le groupe de pression pro-israélien Elnet, chargé notamment de faire du lobbying auprès de députés. « Le conseil municipal de Nice a subventionné pour près de 100 000 euros ce groupe de pression », ont-ils expliqué sur France bleu.

Face à ces liens, tout à fait légaux, les deux journalistes s’inquiètent du fait que les images de Nice prises par caméras pourraient tomber entre les mains du gouvernement israélien, et des « dérives » que cela pourrait engendrer.

« Le service de renseignement israélien disposerait en direct s’il le souhaite des images de ce qui se passe à Nice comme il a pu accéder aux écoutes du logiciel espion israélien Pegasus », expliquent-ils.

La municipalité de Nice répond qu’elle travaille également avec des sociétés françaises comme Thalès pour la sécurité des Niçois.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.