‘Les médias nous haïssent mais le peuple nous adore’, s’accordent Sara Netanyahu et Melanie Trump
Rechercher

‘Les médias nous haïssent mais le peuple nous adore’, s’accordent Sara Netanyahu et Melanie Trump

Discutant avec franchise sur le tarmac de l'aéroport Ben-Gourion, l'épouse du Premier ministre a dit à la première dame que les 'premiers couples' ont un ennemi commun

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le président américain Donald Trump, deuxième à droite, et son épouse Melania Trump ,à droite, aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, 2ème à gauche, et de son épouse  Sara Netanyahu à l'aéroport Ben Gourion, le 22 mai 2017 (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
Le président américain Donald Trump, deuxième à droite, et son épouse Melania Trump ,à droite, aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, 2ème à gauche, et de son épouse Sara Netanyahu à l'aéroport Ben Gourion, le 22 mai 2017 (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Après que leurs époux ont salué les « liens indestructibles » entre Israël et les Etats-Unis lors d’une cérémonie de bienvenue organisée pour accueillir le président américain Donald Trump, Sara Netanyahu, l’épouse du Premier ministre a déclaré à la ‘first lady’ Melania Trump que les deux couples partageaient en commun autre chose que de purs intérêts géostratégiques.

Discutant avec franchise sur le tarmac de l’aéroport Ben-Gourion, Sara Netanyahu a indiqué que, comme le couple Trump, le ‘premier couple’ israélien était injustement traité par les médias mais adoré par la population.

« Vous savez, en Israël tout le monde nous adore, les médias nous haïssent mais la population nous adore », a-t-elle dit au couple Trump. « Comme vous ».

“Nous avons beaucoup de choses en commun », a répondu Trump. Sara Netanyahu, un large sourire sur le visage, a promis de continuer cette discussion « pendant le dîner ».

La 'first lady' Melania Trump, à gauche, avec l'épouse du Premier ministre israélien Sara Netanyahu à l'aéroport Ben-Gourion, le 22 mai 2017 (Crédit :Avi Ohayon/GPO)
La ‘first lady’ Melania Trump, à gauche, avec l’épouse du Premier ministre israélien Sara Netanyahu à l’aéroport Ben-Gourion, le 22 mai 2017 (Crédit :Avi Ohayon/GPO)

Quelques minutes plus tôt, Donald Trump était arrivé en Israël pour sa première visite au sein de l’état juif, affirmant que ce voyage marquait l’occasion d’une « opportunité rare » pour apporter la paix dans la région.

« Nous avons devant nous une rare opportunité d’apporter la sécurité, la stabilité et la paix dans cette région et à ses peuples, en battant le terrorisme et en créant un futur d’harmonie, de prospérité et de paix », a déclaré Trump.

« Mais nous ne pouvons y arriver qu’en travaillant ensemble. Il n’y a pas d’autre moyen, M. le président, M. le Premier ministre, j’attends avec impatience de travailler avec vous deux pendant mon séjour », a-t-il ajouté.

Netanyahu, dans son propre discours, a souligné que la visite de Trump en Israël était la première d’un président américain au sein de l’Etat juif au cours de son premier voyage à l’étranger, parlant d’une « expression puissante de l’amitié [de Trump] envers Israël », et le signe des relations fortes entre les deux pays.

« Je suis confiant pour que, sous votre direction, la remarquable alliance entre Israël et les Etats-Unis devienne encore plus grande, encore plus forte », a ajouté le Premier ministre.

Benjamin Netanyahu comme Donald Trump entretiennent des relations acerbes avec les médias, décrivant les comptes-rendus d’action critiques de ‘chasses aux sorcières’ et accusant certains journalistes de se montrer partiaux envers eux.

Trump s’en est régulièrement pris aux médias, déclarant encore la semaine dernière qu' »aucun politicien dans l’histoire » n’avait été traité « plus injustement » que lui, faisant allusion aux rumeurs de collusion entre la Russie et son équipe de campagne et aux critiques continues de la gestion par son administration de plusieurs importants scandales.

« Voyez la manière dont j’ai été traité ces derniers temps. En particulier par les médias. Aucun politicien dans l’histoire – et je le dis avec une grande certitude – n’a été traité aussi mal ou aussi injustement. Vous ne pouvez pas les laisser vous descendre si bas », avait-il déclaré lors d’une cérémonie organisée à la Maison Blanche.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube/White House)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube/White House)

Il tweete régulièrement au sujet du « New York Post défaillant » et des « Fake news sur CNN » et a, dans un tweet, qualifié les médias « d’ennemis du peuple ».

Netanyahu a également de manière répétée tenté de contrôler un grand nombre de ses détracteurs dans les médias, qu’il considère comme faisant preuve de partialité à son encontre et dont les enquêtes nombreuses ont jusqu’à présent échoué à le placer dans une situation de péril juridique ou politique significative.

Il a renoncé à des conférences de presse et à des interviews et a essayé de redessiner le paysage médiatique en Israël. Comme Trump, il se sert des médias sociaux pour dénoncer la presse.

Il s’était récemment engagé en faveur de la fermeture de l’Autorité de radiodiffusion israélienne d’état, qu’il a fait remplacer par une nouvelle corporation – avant d’effectuer une volte-face lorsqu’il s’est avéré que le personnel de la nouvelle chaîne ne lui semblait pas suffisamment favorable.

Netanyahu, comme Trump, s’en est également pris à des journalistes spécifiques. Il a envoyé un journaliste au tribunal parce qu’il avait rapporté que Sara Netanyahu avait fait sortir son époux de la voiture sur une autoroute très fréquentée dans un accès de colère.

L’année dernière, après que la journaliste d’investigation reconnue à la télévision Ilana Dayan a fait état de mauvais traitement exercés sur les employés du Premier ministre, la reporter a dû lire une réprimande longue de six minutes écrite par Netanyahu en direct dans laquelle il la qualifiait « d’extrémiste de gauche » et critiquait ses qualifications.

Lundi soir, après une visite qui sera effectuée par le couple Trump dans la Vieille ville de Jérusalem, le couple Netanyahu recevra la famille Trump à la résidence du Premier ministre pour un dîner privé et fermé à la presse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...