Les ministres approuvent une enveloppe budgétaire provisoire
Rechercher

Les ministres approuvent une enveloppe budgétaire provisoire

La Knesset et le cabinet se sont réunis, probablement pour la dernière fois, alors que le coup d'envoi pour un scrutin a été lancé pour la quatrième fois en moins de deux ans

Des membres de la Knesset se disputent après la défaite d'un projet de loi qui aurait pu éviter des élections, le 21 décembre 2020. (Capture d'écran de la chaîne Knesset)
Des membres de la Knesset se disputent après la défaite d'un projet de loi qui aurait pu éviter des élections, le 21 décembre 2020. (Capture d'écran de la chaîne Knesset)

Les ministres ont voté mardi soir en faveur d’une enveloppe financière provisoire destinée à couvrir les frais de la campagne électorale des prochains mois, dont le coup d’envoi a été lancé pour la quatrième fois en moins de deux ans.

Le plénum de la Knesset s’est réuni mardi après-midi pour ce qui fut sans doute la dernière fois avant que le Parlement ne soit automatiquement dissous à minuit en raison de l’échec de l’adoption du budget de l’Etat.

Alors que les députés se réunissaient en séance plénière, le gouvernement a tenu une réunion virtuelle du cabinet, au cours de laquelle les ministres ont donné leur feu vert à un ensemble de mesures relatives au « budget continu ».

L’approbation de cette enveloppe n’empêche pas l’effondrement de la Knesset, car un budget de l’État complet pour 2020 doit être approuvé avant la date limite de minuit. Au contraire, il donnera au gouvernement de transition une plus grande flexibilité financière dans les trois mois précédant le jour probable des élections, le 23 mars 2021.

Des Israéliens portant les masques du Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et du ministre de la Défense Benny Gantz lors d’une manifestation à Tel Aviv, le 2 décembre 2020. (Jack Guez/AFP)

Les ministères ont fonctionné avec un budget continu basé sur le budget de 2019, qui a été approuvé en 2018. Aucun budget n’a été adopté depuis, en raison des trois campagnes électorales consécutives. Après la formation du gouvernement en mai, le budget a été bloqué en raison des luttes intestines entre le Likud et Kakhol lavan.

Les ministres du parti Kakhol lavan, dirigé par le ministre de la Défense Benny Gantz ont voté pour approuver la résolution sur le budget intérimaire, qui, selon la Douzième chaîne, a été encouragée par le Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Après le vote, Gantz a déclaré que le parti Kakhol lavan soutenait la mesure « par responsabilité » pour les Israéliens et « pour permettre au gouvernement de fonctionner de façon minimale » pendant la période de transition qui va probablement suivre. Il a également dénoncé l’absence de budget de l’Etat auprès de Netanyahu et du ministre des Finances du Likud, Israel Katz.

« Le Premier ministre et le ministre des Finances ont fait preuve d’un abandon criminel en ne présentant pas de budget de l’Etat pendant 6 mois, en violation flagrante de l’accord [de coalition] et par intérêt étroit, personnel et juridique », a écrit Gantz sur Facebook, faisant référence au procès de Netanyahu pour corruption.

Malgré ce cynisme, je ne permettrai pas qu’il soit porté préjudice aux citoyens israéliens. Ce n’est pas ma façon de faire, ce n’est pas la façon Kakhol lavan », a-t-il ajouté.

Gantz a également déclaré que son parti travaillerait pour s’assurer que les fonds supplémentaires ne soient destinés qu’aux ministères et aux « besoins essentiels », et non aux « copains et aux besoins politiques ».

Avant la date limite de mardi soir, le Likud a également soulevé un certain nombre d’objections à la législation sur le financement des partis de campagne qui, si elle était approuvée, refuserait des fonds au parti Tikva Hadasha de Gideon Saar.

Gideon Saar en visite à l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem, le 16 décembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Saar a quitté le Likud au début du mois pour former Tikva Hadasha et défier Netanyahu au poste de Premier ministre. La tentative de le priver de financement a apparemment été également soutenue par Kakhol lavan, selon les médias israéliens.

« La tentative brutale de miner de façon anti-démocratique le financement des élections de Tikva Hadasha entraînera le résultat inverse. Le peuple d’Israël choisira un nouvel espoir plutôt que la peur », a écrit Saar sur Twitter en réponse.

Un représentant du ministère de la Justice a indiqué que les objections du Likud se heurteraient à des obstacles juridiques, affirmant qu’elles « changent les règles du jeu » pour Tikva Hadasha et pourraient nuire à la capacité du parti à rivaliser à armes égales avec d’autres factions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...