Rechercher

Les ministres décident de maintenir les exigences du Passe vert

Le cabinet Corona a débattu des incitations possibles à l'injection de rappel ; la vague épidémique est en déclin avec 575 cas graves - le chiffre le plus bas depuis août

Une femme montre son "passeport vert" à son arrivée dans un théâtre à Jérusalem, le 23 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une femme montre son "passeport vert" à son arrivée dans un théâtre à Jérusalem, le 23 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le cabinet Corona de haut-rang a décidé, dimanche, de maintenir les restrictions interdisant à l’accès à certains événements et lieux aux Israéliens non-vaccinés suite à sa rencontre – c’était la première depuis plus d’un mois.

Le panel a décidé de maintenir les exigences du nouveau Passe vert même si les responsables du ministère de la Santé auraient voulu, selon des informations, renoncer aux directives encadrant les rassemblements extérieurs. Ils auraient voulu revenir aux règles du « Badge pourpre » qui prévoit des mesures strictes d’hygiène et de distanciation sociale pour les restaurants en plein air, les clubs de gym, les attractions en extérieur, les piscines, les musées et les bibliothèques – une proposition qui a été finalement rejetée.

Cette réunion a eu lieu alors que presque deux millions d’Israéliens ont perdu leur droit au Passe vert – qui ouvre l’accès aux espaces publics pour les personnes vaccinées contre le coronavirus, en rémission de la COVID-19 ou qui ont été récemment dépistées négatives à la maladie – en raison des changements survenus dans l’obtention du précieux sésame. Le gouvernement a néanmoins reporté la mise en œuvre des nouvelles directives après une panne du site internet du ministère de la Santé consacré à la délivrance des nouveaux documents, empêchant les Israéliens d’obtenir leurs autorisations.

Le cabinet Corona, qui réunit des ministres, a décidé qu’à partir de mardi, les Israéliens devraient scanner le QR code figurant sur leur Passe à l’entrée des lieux publics où ce dernier est obligatoire – jusqu’à présent, ils ne faisaient que montrer leur document et il n’était pas nécessaire de vérifier le QR Code de manière informatique.

Et dès jeudi, la police commencera à faire respecter les nouvelles règles, avec notamment des contrôles dans les entreprises ou lors des événements pour s’assurer que les Passes verts font bien l’objet d’un scan.

Les ministres ont aussi décidé que les écoliers, collégiens et lycéens visitant des musées dans le cadre d’un voyage organisé n’auront pas besoin de fournir un résultat négatif de test au coronavirus distinct pour se rendre dans l’institution dans la mesure où ils en auront déjà présenté un dans leurs établissements scolaires. Il ne sera pas non plus nécessaire de scanner le Passe vert des personnes venues dans les bibliothèques seulement pour y emprunter un livre.

Pendant la rencontre, les responsables du ministère de la Santé ont présenté des données sur la situation épidémique dans le pays, en soulignant la morbidité et le taux de vaccination actuels au sein de la communauté arabe israélienne. Un plan d’action à ce sujet a été dévoilé, a noté un communiqué émis par le cabinet Corona.

Les ministres ont précisé dans le communiqué que la stratégie gouvernementale « qui permet de maintenir l’économie ouverte et qui prévient les confinements fonctionne », alors même que l’État juif semble sortir petit à petit de la quatrième vague de la pandémie.

« Il faut souligner en même temps qu’il est nécessaire de maintenir en place les directives et qu’il faut nous montrer encore plus vigilants de manière à pouvoir conserver la situation telle qu’elle est aujourd’hui », a continué le communiqué.

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 12 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Mes amis, les nouvelles sont bonnes. Nous commençons à avoir le dessus sur le variant Delta », a dit le Premier ministre Naftali Bennett lors de sa réunion de dimanche.

« Mais il serait dangereux de ne plus se montrer vigilant – en particulier maintenant. Et en particulier parce que le virus semble battre en retraite, nous ne pouvons pas nous permettre de le laisser revenir. Nous devons continuer à surveiller de très près la situation et ne pas laisser penser au public qu’il est temps de retirer les masques – au contraire », a-t-il affirmé.

Vendredi, le nombre d’Israéliens hospitalisés dans un état grave suite à des complications de la COVID-19 est tombé à moins de 600 pour la première fois depuis le 17 août, selon des chiffres du ministère de la Santé. Dimanche, ce nombre est passé à 575. Parmi eux, 420 n’étaient pas vaccinés, 105 n’avaient reçu que deux sur trois doses de vaccins et 35 avaient bénéficié des trois injections.

Selon les données du ministère de la Santé, plus de six millions d’Israéliens ont bénéficié d’au-moins une dose de vaccin, 5.6 millions en ont reçu deux et presque 3,5 ont déjà reçu une injection de rappel.

Israël – le premier pays à avoir offert une troisième dose officiellement – a lancé cette campagne de rappel en date du 1er août en direction, tout d’abord, de tous les citoyens âgés de 60 ans et plus. L’âge d’éligibilité a ensuite été petit à petit abaissé et aujourd’hui, la troisième dose est désormais proposée à tous les Israéliens âgés de 12 ans et plus ayant reçu une troisième dose il y a au moins cinq mois.

Il y a seulement environ 800 000 Israéliens éligibles à la vaccination contre la COVID-19 qui n’ont pas été vaccinés du tout, selon les données du ministère.

Sur presque 65 000 prélèvements effectués samedi dans le cadre d’un dépistage, 2,76 % (ou 1 179) sont revenus positifs. Le nombre de cas actifs était de 38 842, et le bilan des décès enregistrés suite à des complications du coronavirus a grimpé de cinq personnes dimanche, à 7 811.

Une femme israélienne a reçu une injection de rappel du vaccin COVID-19 dans une clinique Clalit à Tel Aviv, le 10 août 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90 )

La réunion du cabinet de dimanche a eu lieu dimanche à l’issue d’une querelle ouverte survenue entre le Premier ministre Naftali Bennett et les responsables de la santé concernant l’imposition de nouvelles limitations, une idée à laquelle le chef du gouvernement s’oppose. Lors d’un point-presse avec les journalistes israéliens à New York, Bennett avait accusé les experts qui conseillent le gouvernement de ne pas parvenir « à appréhender l’image d’ensemble », soulignant qu’ils n’étaient pas les ultimes décisionnaires – contrairement au gouvernement.

« J’ai le sentiment que ces derniers jours, les Israéliens ont commencé à comprendre la politique poursuivie par ce gouvernement », a déclaré Bennett pendant la rencontre de dimanche, selon Ynet.

« Constamment, depuis l’apparition du variant Delta. Israël reste ouvert autant que possible, l’économie reste ouverte autant que possible. Il y a une masse de tests, de vaccins, de rappels », a-t-il ajouté.

Dès jeudi, le Passe vert ne sera valide que pendant six mois après l’administration d’une dernière dose, un changement de politique qui concerne entre 1,7 et 1,9 million de citoyens, selon la presse israélienne. En même temps, la police renforcera les contrôles du document prouvant la vaccination lors des rassemblements et dans les espaces clos dans les villes qui se distinguent par un taux élevé d’infection.

Le ministère de la Santé a fait savoir que 1 030 000 nouveaux Passes verts avaient été émis dimanche – journée où les anciens documents expiraient. Mais en raison de la panne informatique qui a neutralisé le site et l’application du ministère de la Défense, alors même que les citoyens se hâtaient de prendre possession de leur nouveau Passe, il a été décidé que les certificats existants de vaccination ou de rémission ouvriraient encore la porte aux espaces publics jusqu’à jeudi prochain.

Un Passe vert temporaire peut aussi être obtenu grâce à un résultat négatif de test de dépistage au coronavirus qui est payé de la poche des citoyens à moins que ces derniers ne soient pas éligibles à la vaccination.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...