Les opérations de recherche des meurtriers du rabbin Shevach unanimement saluées
Rechercher

Les opérations de recherche des meurtriers du rabbin Shevach unanimement saluées

Netanyahu avertit que les forces de sécurité "trouveront tous ceux qui tentent de nuire aux citoyens d'Israël" ; pour la veuve de Shevach, "la vengeance n'est pas une consolation"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Les forces israéliennes de sécurité lors d'un raid dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, à la poursuite des meurtriers palestiniens du rabbin israélien Raziel Shevach, le 18 janvier 2018 (Crédit : Police israélienne)
Les forces israéliennes de sécurité lors d'un raid dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, à la poursuite des meurtriers palestiniens du rabbin israélien Raziel Shevach, le 18 janvier 2018 (Crédit : Police israélienne)

Les leaders israéliens ont salué le travail des forces de sécurité lors d’une opération menée jeudi avant l’aube à Jénine après la mort d’un terroriste palestinien qui serait responsable de la fusillade qui a tué, la semaine dernière, le rabbin Raziel Shevach.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui se trouve actuellement en visite en Inde, a félicité les troupes et averti les aspirants terroristes qu’Israël les traquera sans relâche.

« Nous trouverons tous ceux qui tentent de nuire aux citoyens et à l’Etat d’Israël et nous les traduirons en justice », a déclaré le Premier ministre.

Lors des échanges de tirs de Jénine, les forces israéliennes ont tué un terroriste palestinien, en ont capturé un autre et sont encore à la poursuite d’un troisième, a fait savoir un porte-parole de la police des frontières au Times of Israel.

Quelques heures plus tard, le porte-parole a fait savoir que les forces opéraient toujours dans la zone pour retrouver le troisième terroriste.

La police a fait savoir que le Palestinien qui a été tué était un suspect dans l’attentat terroriste du 9 janvier qui a coûté la vie à Shevach.

« Je suis fier, j’apprécie pleinement le travail formidable de nos fils qui travaillent sans relâche à la poursuite des assassins du rabbin Raziel Shevach », a fait savoir le président Reuven Rivlin dans un communiqué.

« Je les remercie et je remercie toutes les forces de sécurité pour leur participation courageuse et héroïque dans cette importante opération. Nous prions pour les soldats blessés et nous leur envoyons de la force et de l’amour », a ajouté le président.

Les forces israéliennes de sécurité lors d’un raid dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, à la poursuite des meurtriers palestiniens du rabbin israélien Raziel Shevach, le 18 janvier 2018 (Crédit : Police israélienne)

Le ministère palestinien de la Santé a fait savoir que l’homme s’appelait Ahmed Jarrar et qu’il était âgé de 22 ans. Il était le fils d’un haut-membre de l’aile militaire du Hamas, Nasser Jarrar, qui avait été tué par les forces israéliennes il y a 16 ans pendant la Seconde Intifada.

Le rabbin Raziel Shevach avec sa famille, photo non-datée (Autorisation de la famille)

Le Palestinien qui a été arrêté appartiendrait à la cellule terroriste qui a tué Shevach, le 9 janvier, lors d’une fusillade perpétrée aux abords de Havat Gilad, un avant-poste de Cisjordanie.

Faisant écho aux propos de Netanyahu et de Rivlin, l’opération a été saluée par les politiciens de l’ensemble de l’échiquier politique.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a évoqué un raid « complexe et réussi ».

« Je félicite les soldats de combat pour leur courage et je souhaite [aux blessés] un prompt rétablissement. Les terroristes ne trouveront pas de refuge où se cacher. Nous aurons les terroristes, peu importe où ils se trouvent », a ajouté le ministre de la Défense.

En fin de journée jeudi, Avigdor Liberman a déclaré au site d’information Walla que la cellule terroriste démantelée à Jénine avait déjà tenté de mener une autre attaque terroriste.

Le ministre n’a pas fourni de détails sur la précédente tentative d’attaque.

« Que chaque terroriste sache bien qu’il ne trouvera pas d’asile où se cacher. L’Etat d’Israël les poursuivra jusqu’à ce qu’il les capture ou qu’il les élimine », a ajouté le ministre de l’Education Naftali Bennett jeudi dans un tweet.

Le président Reuven Rivlin, deuxième à gauche, lors d’une visite de condoléances à la famille de Raziel Shevach dans l’avant-poste de Havat Gilad le 18 janvier 2018 (Crédit : Mark Nyman)

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, qui supervise la police, a écrit sur Twitter que « la nation entière d’Israël salue » l’unité d’élite de la police des frontières qui a mené l’opération en collaboration avec l’armée israélienne et les services de sécurité du Shin Bet.

Il a également transmis ses vœux de rétablissement aux policiers blessés.

Dans l’opposition, le président de l’Union sioniste Avi Gabbay a salué les « forces de sécurité déterminées qui ne cessent de prouver qu’elles retrouvent tous les terroristes ».

« Que tous les terroristes et les attaquants sachent que l’armée israélienne et les services de sécurité les retrouveront et continueront à défendre avec courage les citoyens d’Israël », a ajouté le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, dans un tweet.

La scène de l’attaque terroriste près de la jonction de Havat Gilad en Cisjordanie le 9 janvier 2018. (Magen David Adom)

Shevach a été tué par des tireurs embarqués dans un véhicule alors qu’il circulait à bord de sa voiture sur l’autoroute, à proximité de son domicile, peu avant 20 heures.

Il a été blessé à la nuque, mais il est parvenu à téléphoner à son épouse, lui demandant d’appeler une ambulance.

Des personnels médicaux civils et militaires se sont rendus sur les lieux, tentant de stopper l’hémorragie alors qu’il était emmené vers l’hôpital de Kfar Saba où il a été déclaré mort.

Les médecins ont déclaré qu’il était mort d’une blessure par balle dans la partie supérieure du corps et que son état s’était dégradé durant son transfert vers l’établissement hospitalier.

Sa veuve, Yael Shevach, a remercié jeudi les forces de sécurité pour leur « action déterminée pour capturer les terroristes » et elle a souhaité un prompt rétablissement aux policiers blessé qui ont agi « de manière héroïque ».

« Au-delà de cela, cet événement n’a pas de signification pour moi », a-t-elle ajouté selon la Dixième chaîne.

« Notre consolation n’est pas la vengeance, mais la construction de notre terre. J’en appelle au Premier ministre : sortez de votre silence et adoptez la proposition du ministre de la Défense d’approuver Havat Gilad et placez-la à l’ordre du jour de la réunion du cabinet de dimanche. C’est notre réconfort. C’est notre requête. C’est la vraie réponse à apporter au meurtre de mon époux bien-aimé, du père de mes enfants ».

Dimanche, Liberman a soumis une proposition au cabinet qui amorcerait le processus de légalisation de l’avant-poste de Havat Gilad en Cisjordanie, où vivait Shevach.

Sa famille a demandé au gouvernement de légaliser cette communauté située au sud-est de Naplouse et d’en faire une implantation reconnue après l’attentat terroriste.

Si elle est adoptée par le cabinet, la proposition autoriserait le ministre de la Défense à donner pour instruction aux organismes gouvernementaux concernés d’examiner les aspects légaux de la reconnaissance de Havat Gilad en tant qu’implantation officielle, a fait savoir un communiqué annonçant cette proposition.

L’avant-poste établi en 2002 pourrait toutefois être plus difficile à légaliser que prévu.

En effet, la majorité des terres où se trouve Havat Gilad sont des propriétés palestiniennes privées, selon le registre des terres en Cisjordanie tenu par l’armée israélienne, a fait savoir mercredi le quotidien Haaretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...