Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Les Palestiniens armés montrent peu de résistance à Jénine ; 10 cibles restantes

Selon l'AP, 10 personnes ont été tuées ; Herzi Halevi a tenu une évaluation dans une ville cisjordanienne alors que les forces entament la 2e journée d'opération

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Au deuxième jour de l'opération militaire israélienne, des passants dans une rue de Jénine, en Cisjordanie, le 4 juillet 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)
Au deuxième jour de l'opération militaire israélienne, des passants dans une rue de Jénine, en Cisjordanie, le 4 juillet 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

L’opération de l’armée israélienne dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, devait se poursuivre mardi après une nuit sans incident majeur au cours de laquelle des hommes armés palestiniens ont choisi de ne pas combattre les forces israéliennes, signalant potentiellement la proche fin de l’opération, qui en est maintenant à sa deuxième journée.

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée a l’intention de fouiller une dizaine de sites dans le camp de réfugiés de la ville sous tension dans les prochaines heures.

Il a déclaré que Tsahal disposait d’informations selon lesquelles les sites étaient utilisés pour fabriquer des explosifs, entre autres armes.

Israël a lancé une opération de grande envergure lundi matin pour réprimer le foyer de terrorisme dans la ville. Un certain nombre d’attaques contre des Israéliens ces dernières années ont été menées par des Palestiniens de la région, et les observateurs disent que l’Autorité palestinienne (AP) a peu de contrôle sur le terrain.

A LIRE – Meïr Ben-Shabbat: « Pourquoi Israël va à Jénine ? Parce que l’AP ne fait pas son travail. »

Plus de 1 000 soldats de Tsahal ont participé à l’opération, qui semblait être la plus importante en Cisjordanie depuis une vingtaine d’années.

Des responsables palestiniens de la santé ont déclaré mardi matin que dix personnes avaient été tuées et au moins 100 autres blessées, dont 20 répertoriées dans un état grave, lors de frappes aériennes israéliennes et lors d’affrontements avec les forces israéliennes la veille.

Des hommes armés palestiniens prenant position lors d’un affrontement avec l’armée israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

L’approvisionnement en eau et en électricité du camp de réfugiés de Jénine a été interrompu pendant l’opération. Hagari a déclaré que la liaison de l’armée avec les Palestiniens s’efforçait de le réparer en coordination avec l’AP. « Cela s’est produit principalement à cause de l’endroit où nous avons endommagé les routes, où il y avait des explosifs cachés », a-t-il déclaré.

Il n’y a eu d’affrontements majeurs ni dans la nuit de lundi ni mardi matin, même lorsque le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, est entré dans la ville de Cisjordanie pour procéder à une évaluation avec les forces.

« La résistance des hommes armés ce soir a été faible. Ils ont fui les cibles que nous avons atteintes », a déclaré Hagari lors d’un appel avec des journalistes, notant que l’opération était susceptible de se terminer en quelques jours, plutôt qu’en quelques semaines.

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, au centre, face à la caméra, tenant une évaluation avec des responsables militaires dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, début juillet 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Hagari a précisé que tous les Palestiniens tués étaient impliqués dans les combats, mais qu’il y avait des non-combattants parmi les blessés.

Tsahal a déclaré que depuis les premières heures de lundi, les troupes avaient interrogé plus de 120 suspects palestiniens. Plusieurs d’entre eux ont été libérés, tandis que d’autres ont été emmenés pour un interrogatoire supplémentaire.

Hagari a déclaré que Tsahal pensait qu’il y avait quelque 300 hommes armés palestiniens dans le camp de réfugiés de Jénine. Il a dit que l’armée avait des renseignements sur l’identité d’au moins 160 Palestiniens armés.

Environ 3 000 Palestiniens ont fui le camp de réfugiés de Jénine lundi soir pour échapper aux combats.

« Quiconque veut quitter le camp de réfugiés est autorisé », a déclaré Hagari, précisant que Tsahal n’avait pas ordonné d’évacuation et qu’il n’y avait pas de bouclage sur Jénine.

Les résidents du camp de réfugiés de Jénine évacuant leurs maisons alors que l’armée israélienne poursuit une opération dans la région, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : AP/Majdi Mohammed)

L’opération militaire a commencé peu après 1h du matin lundi avec une série de frappes aériennes contre plusieurs cibles dans la ville, dont une salle de guerre commune partagée par divers groupes armés de la ville.

Tout au long de l’opération, a déclaré Tsahal, les troupes ont localisé et démoli des sites de stockage d’armes, des laboratoires d’explosifs avec des centaines d’engins amorcés, des salles de guerre utilisées par des hommes armés palestiniens pour observer les forces israéliennes et d’autres « infrastructures terroristes ».

Les troupes ont également affronté des Palestiniens armés et effectué une vingtaine de frappes de drones contre diverses cibles dans le camp de réfugiés.

Hagari a déclaré qu’il « n’y avait nulle part dans le camp où nous n’étions pas allés ».

Le centre de commandement et de contrôle du groupe terroriste palestinien découvert par Tsahal, à Jénine, le 4 juillet 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Dans la nuit, des Palestiniens ont été vus en train de vandaliser le site religieux du Tombeau de Joseph, à la périphérie de la ville cisjordanienne de Naplouse. Hagari a déclaré que l’AP n’était pas en mesure d’empêcher les émeutes, mais que les liens de sécurité subsistaient.

Le dirigeant de l’AP, Mahmoud Abbas, avait pourtant déclaré lundi soir que la coordination de la sécurité avec Israël resterait suspendue et que d’autres liens seraient également coupés, en signe de protestation contre l’opération de Jénine.

Abbas a déjà menacé de suspendre la coordination de la sécurité avec Israël à plusieurs reprises par le passé et avait déclaré un gel total en janvier, mais dans la pratique, de nombreux éléments de la coordination sont restés en place.

Malgré la fin imminente de l’opération, le chef du Commandement du Centre de Tsahal, le général de division Yehuda Fox, a déclaré lundi qu’il ne s’agirait pas d’un raid ponctuel.

« Cette opération n’est pas une fin en soi. Ce jour ne se suffit pas à lui-même. Il y a une série d’opérations ici – nous étions ici il y a une semaine et il y a deux semaines. Nous terminerons cette opération, et nous reviendrons dans quelques jours ou dans une semaine, et nous ne tolérerons pas que Jénine soit une ville refuge pour le terrorisme », a déclaré Fox.

Le chef du Commandement du Centre de Tsahal, le général de division Yehuda Fox, s’adressant aux journalistes au poste de contrôle de Salem, dans le nord de la Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les dirigeants des groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien ont exhorté les Palestiniens à se joindre aux combats contre Tsahal, certains combattants basés à Gaza menaçant de s’impliquer.

Se préparant à d’éventuels tirs de roquettes depuis la Bande de Gaza, les autorités ont annulé un grand concert dans la ville méridionale de Sderot, mais n’ont émis aucune autre mise en garde. Au cours de l’année écoulée, le Jihad islamique palestinien a lancé des roquettes sur Israël depuis Gaza en réponse à des membres tués ou arrêtés en Cisjordanie.

Un soldat israélien a été légèrement blessé pendant les combats, après avoir été touché par des éclats d’une grenade lancée par d’autres forces israéliennes. Tsahal a déclaré que le sergent « Ayin », de l’unité d’élite Douvdevan – qui ne peut être identifié que par son grade et l’initiale de son prénom en hébreu – « a insisté » pour retourner dans son unité après avoir été soigné.

Les troupes israéliennes opérant à Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Armée israélienne)

En interne, l’armée a fait référence à l’opération par son nom, l’appelant « Bayit Végan », littéralement « Maison et jardin », une référence au nom biblique de Jénine, terme également utilisé par Netanyahu. Mais l’unité du porte-parole de Tsahal a insisté sur le fait que l’opération n’a pas de nom officiel.

L’armée semblait minimiser l’ampleur de l’opération en ne lui donnant pas de nom. Hagari l’a qualifié de « raid au niveau de la brigade ».

Depuis plusieurs semaines, il y a eu de nombreuses spéculations sur une possible opération militaire israélienne majeure en Cisjordanie, à la suite d’une série d’attaques par balles et d’une résistance intense aux raids de Tsahal dans les villes palestiniennes.

Le mois dernier, un drone israélien a frappé une voiture transportant trois terroristes palestiniens qui venaient d’ouvrir le feu à un poste de contrôle dans le nord de la Cisjordanie, près de Jénine, marquant les premiers assassinats ciblés en Cisjordanie depuis 2006.

Cet événement est survenu quelques jours après l’utilisation d’hélicoptères d’attaque lors d’un raid militaire à Jénine, au cours duquel sept Palestiniens ont été tués, dont deux adolescents, et huit soldats ont été blessés par une grosse bombe placée en bord de route et lors d’affrontements avec des Palestiniens armés.

La semaine dernière, des Palestiniens de la région de Jénine ont tenté de lancer deux roquettes artisanales sur des villes israéliennes, comme l’ont montré des images. Les roquettes ont atterri dans le territoire contrôlé par les Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie et n’ont pas franchi la frontière israélienne. Une roquette de fortune a été localisée lors de l’opération de lundi à Jénine.

Des explosifs découverts par l’armée israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le nord de la Cisjordanie, et en particulier la ville de Jénine et ses environs, est depuis longtemps considéré par Tsahal comme un foyer du terrorisme, mis en évidence par une série d’attentats au début de 2022, dont beaucoup ont été perpétrés par des habitants provenant de la région.

Selon Tsahal, quelque 50 fusillades ont été menées par des habitants de la région depuis l’année dernière, et 19 Palestiniens recherchés se sont enfuis à Jénine pour se cacher des forces israéliennes.

Les tensions entre Israéliens et Palestiniens sont vives dans toute la Cisjordanie depuis un an et demi, l’armée israélienne menant des opérations antiterroristes quasi-quotidiennes en Cisjordanie suite à plusieurs attentats terroristes palestiniens particulièrement meurtriers.

Depuis le début de l’année, les attentats terroristes en Israël et en Cisjordanie ont fait 24 morts et plusieurs blessés graves.

Selon le Times of Israel, 144 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période – la plupart lors d’affrontements avec des soldats, mais certains dans des circonstances plus douteuses qui font l’objet d’une enquête par Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.