Les Palestiniens fustigent le Guatemala pour le transfert de l’ambassade
Rechercher

Les Palestiniens fustigent le Guatemala pour le transfert de l’ambassade

Saeb Erekat accusé le pays d'Amérique centrale de violer le droit international et d'instrumentaliser le christianisme pour justifier sa démarche

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa femme Sara, le président du Guatemala Jimmy Morales et la ministre des Affaires étrangères Sandra Jovel à l'inauguration de l'ambassade du Guatemala à Jérusalem, le 16 mai 2018. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa femme Sara, le président du Guatemala Jimmy Morales et la ministre des Affaires étrangères Sandra Jovel à l'inauguration de l'ambassade du Guatemala à Jérusalem, le 16 mai 2018. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Les Palestiniens ont fustigé le Guatemala après l’ouverture de son ambassade à Jérusalem mercredi, accusant la nation d’Amérique centrale de violer le droit international et d’instrumentaliser le christianisme pour justifier le transfert.

« Le gouvernement du Guatemala a choisi de se positionner du mauvais côté de l’histoire, de se positionner du côté des violations du droit international et des droits de l’Homme et d’effectuer une démarche hostile au peuple palestinien et au monde arabe », a dit le haut-négociateur palestinien Saeb Erekat.

Le Guatemala est le second pays à ouvrir une ambassade à Jérusalem, après les États-Unis, qui ont inauguré la leur lundi.

« Une telle insulte contre la population palestinienne reflète l’insulte lancée à des millions de natifs de l’Amérique centrale qui combattent en faveur des valeurs de la justice et de la paix », a-t-il ajouté, menaçant en affirmant que « des mesures appropriées seront prises ».

Erekat a accusé le Guatemala de se servir de la chrétienté « fondamentaliste » pour justifier ce qu’il a qualifié de violation des résolutions internes.

Le négociateur palestinien Saeb Erekat prend la parole lors de la conférence du Haaretz et du New Israel Fund à New York le 13 décembre 2015 (Crédit : Amir Levy / Flash90)

« Le narratif présenté par le gouvernement guatémaltèque pour justifier le transfert reflète également son alliance avec l’occupation israélienne et les fondamentalistes de droite. LE fait qu’ils aient utilisé la Bible et le christianisme comme excuse pour transférer l’ambassade à Jérusalem, en contradiction avec la position du Saint Siège, de 13 églises à Jérusalem et de plusieurs dirigeants chrétiens du monde entier, met en exergue la nature fondamentaliste du régime israélien et de ses alliés tels que le gouvernement du Guatemala », a poursuivi Erekat.

Il a ajouté que les Palestiniens se concerteraient avec la Ligue arabe et l’Organisation de Coopération islamique pour que « des mesures justes soient prises ».

Hanan Ashrawi, membre de l’OLP, a également critiqué le transfert du Guatemala, indiquant que cela permettra à Israël de poursuivre « l’annexion et l’isolation totale de la Jérusalem palestinienne ».

« Le gouvernement du Guatemala s’est positionné du côté d’Israël et de ses crimes de guerre, au mépris du droit international et soutient l’occupation militaire et l’annexion illégale de Jérusalem en y installant son ambassade », a-t-elle dit selon l’agence Wafa.

Les transferts d’ambassade suscitent la critique des Palestiniens et d’une bonne partie de la communauté internationale. Les Palestiniens perçoivent Jérusalem Est comme la capitale de l’état auquel ils aspirent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...