Les parcs et les forêts, « essentiels pour la santé publique », selon les experts
Rechercher

Les parcs et les forêts, « essentiels pour la santé publique », selon les experts

L'Association des responsables de la santé publique et la Société pour la protection de la nature lancent un appel commun : profiter des espaces verts est nécessaire en ce moment

Des Israéliens promènent leur chien et font du sport au parc HaYarkon de Tel Aviv, le 22 mars 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens promènent leur chien et font du sport au parc HaYarkon de Tel Aviv, le 22 mars 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les médecins de la santé publique et les défenseurs de l’environnement ont lancé jeudi un appel commun pour que les restrictions sur les sorties dans la nature et les espaces ouverts soient levées dès que possible, déclarant que cela est « essentiel pour la santé de l’esprit et du corps et constitue une partie inséparable de la construction de notre force nationale ».

Dans une lettre adressée au Premier ministre et aux ministres de la Santé et de l’Éducation, l’Association israélienne des responsables de la santé publique (IAPHO) et la Société pour la protection de la nature en Israël (SPNI) ont souligné que les avantages pour la santé de passer du temps à l’extérieur dans la nature ou dans des parcs étaient prouvés et prenaient une importance supplémentaire après la longue période pendant laquelle les Israéliens ont été enfermés chez eux en raison du coronavirus.

« La recherche prouve que passer du temps dans des espaces verts contribue à réduire la dépression, à faire baisser la pression sanguine et à accélérer le rétablissement après une maladie », ajoute la lettre.

À condition que la distance sociale soit maintenue, le risque d’infection par le coronavirus est négligeable alors que les bénéfices pour la santé sont considérables, a affirmé le professeur Hagai Levin, président de l’IAPHO.

Le vieux chêne dans l’aire de pique-nique Beit Keshet, en Basse Galilée. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Iris Hahn, directrice de la SPNI, a indiqué : « Lorsque l’on commence à parler d’assouplir les restrictions, l’une des mesures essentielles à prendre est de permettre l’activité dans les espaces ouverts. »

D’autres pays qui ont imposé des mesures de confinement ont permis aux gens de sortir, a-t-elle écrit, et il existe des moyens de contrôler le nombre de personnes et la distance qu’elles maintiennent entre elles, a-t-elle ajouté.

Le gouvernement s’apprête à annoncer une réduction limitée des restrictions dans les jours à venir.

Un véhicule de police traverse le parc HaYarkon en demandant aux passants de rentrer chez eux. (Crédit : capture d’écran Twitter)

Les parcs nationaux et les réserves naturelles sont fermés depuis environ un mois et, à l’heure actuelle, les déplacements de tous les Israéliens, à l’exception de ceux qui sont considérés comme des travailleurs essentiels, sont limités à 100 mètres de leur domicile et ne sont autorisés à sortir faire des achats que pour des articles essentiels tels que la nourriture et les médicaments.

Entre mardi soir et jeudi matin, la nation a été fermée à l’occasion de la fin de la fête de Pessah et la Mimouna. Les déplacements en ville ont été interdits et les boulangeries ont été fermées jusqu’à jeudi matin, afin d’endiguer la propagation de la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...