Les pays du Golfe font bloc derrière le pouvoir jordanien
Rechercher

Les pays du Golfe font bloc derrière le pouvoir jordanien

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Qatar et autres pays arabes du Golfe soutiennent les mesures prises par le roi Abdallah II pour préserver "la sécurité du royaume"

Le roi de Jordanie Abdallah II prononce le discours d'inauguration de la 19è session extraordinaire du parlement, à Amman, Jordanie, le 10 décembre 2020. (Yousef Allan / The Royal Hashemite Court via AP)
Le roi de Jordanie Abdallah II prononce le discours d'inauguration de la 19è session extraordinaire du parlement, à Amman, Jordanie, le 10 décembre 2020. (Yousef Allan / The Royal Hashemite Court via AP)

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Qatar et autres pays arabes du Golfe ont apporté leur soutien unanime à la  Jordanie, secouée depuis samedi par une lutte de pouvoir au sein de la famille royale.

Le demi-frère du roi Abdallah II de Jordanie, le prince Hamza, a annoncé avoir été « assigné à résidence » à Amman, après avoir été accusé par l’armée d’activités contre « la sécurité du royaume », sur fond d’arrestations notamment de proches de la famille royale.

Les Emirats arabes unis ont affirmé dimanche « leur solidarité totale » avec la Jordanie, selon l’agence officielle WAM. Abou Dhabi a également exprimé son « plein appui à toutes les mesures et décisions du roi Abdallah II pour maintenir la sécurité et la stabilité » de son pays.

L’Arabie saoudite, poids lourd du Golfe et du monde arabe, avait réagi plus tôt dans les mêmes termes. Le palais royal a fait part dans un tweet de « son appui total au royaume hachémite de Jordanie (…) et aux décisions et mesures prises par le roi Abdallah II et le prince héritier Hussein pour sauvegarder la sécurité et la stabilité ».

Le Qatar, le Koweït, Bahreïn et Oman, autres membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont apporté leur soutien dans des termes très similaires.

Les riches pays du Golfe sont d’importants partenaires de la Jordanie qui dépend grandement de l’aide internationale.

Par ailleurs, l’Egypte a exprimé sa « solidarité totale et son soutien au royaume jordanien hachémite représenté par sa majesté Abdallah II », selon le porte-parole de la présidence, Bassem Rady.

Le Secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit s’exprime lors d’une réunion d’urgence convoquée par la Ligue arabe afin de discuter du plan de paix proposé par les Etats-Unis, au quartier général de la ligue dans la capitale égyptienne du Caire. (Photo par Khaled DESOUKI / AFP)

« Le roi Abdallah II jouit d’un grand prestige auprès du peuple jordanien comme auprès des Arabes en général », a déclaré pour sa part le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, dans une déclaration de soutien au royaume jordanien.

Selon l’agence de presse officielle jordanienne Petra, les autorités ont arrêté un ancien conseiller du roi, Bassem Awadallah, et un nombre indéterminé d’autres personnes pour « des raisons de sécurité ».

Le journal américain Washington Post a évoqué pour sa part un complot visant à renverser le roi.

Hamza avait été nommé prince héritier lorsque son demi-frère Abdallah était devenu roi en 1999. Mais en 2004, Abdallah II l’avait dépouillé du titre pour l’attribuer à son fils aîné Hussein.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...