Les pompiers luttent contre un incendie causé par une roquette à Ashdod
Rechercher

Les pompiers luttent contre un incendie causé par une roquette à Ashdod

Le sud d'Israël, gravement touché pendant le week-end, s'organise face à l'urgence de la situation. Le Hamas menace à nouveau l'Etat juif et Erdan réclame des assassinats ciblés

Un jardin d'enfants de Sdérot, dans le sud du pays, frappé par un éclat de roquette lancé depuis la bande de Gaza qui a touché sa cour, le 5 mai 2019 (Crédit : Municipalité de Sdérot)
Un jardin d'enfants de Sdérot, dans le sud du pays, frappé par un éclat de roquette lancé depuis la bande de Gaza qui a touché sa cour, le 5 mai 2019 (Crédit : Municipalité de Sdérot)

Des soldats du feu et des civils combattent actuellement un incendie qui s’est déclenché dans le sud de la ville d’Ashkelon, causé par l’une des roquettes lancées depuis la bande de Gaza vers le sud d’Israël, a fait savoir l’Autorité des incendies et des secours.

Le sinistre s’est déclaré la nuit dernière et les équipes de sapeurs-pompiers ont immédiatement commencé leur intervention. Ils ont été finalement obligés de renoncer, la localisation du foyer empêchant l’arrivée des équipements nécessaires pour lutter contre les flammes.

« Le travail des sapeurs-pompiers a été arrêté la nuit dernière en raison des risques qu’ils couraient dans la zone concernée. Ils ont recommencé aujourd’hui à combattre les flammes à l’aide d’équipements plus lourds », a noté le département des incendies du district du sud dans un communiqué.

Pour sa part, le ministère de la Santé a ouvert une cellule d’aide psychologique – dite « centre médical de résilience » dans la ville d’Ashdod, pour fournir une aide psychologique aux résidents après que le secteur a essuyé de multiples séries d’attaques à la roquette pendant la nuit.

Le centre a été ouvert au sein du bureau de la santé mentale dirigée par le prestataire de soins Leumit au 22, rue Ahad Haam à Ashdod – et il accueillera les malades de toutes les compagnies d’assurances de 8 heures du matin à 20h jusqu’à nouvel ordre, a fait savoir le ministère.

De plus, les responsables ont découvert qu’un jardin d’enfants de la ville de Sdérot, dans le sud du pays, a été frappé par des éclats d’une roquette lancée pendant la nuit depuis la bande de Gaza, endommageant gravement le bâtiment.

Le projectile s’est abattu aux abords directs de l’établissement et ses fragments ont endommagé les murs, les fenêtres et les meubles qui se trouvaient à l’intérieur, selon un porte-parole de Sdérot.

Les dégâts n’ont été découverts que ce matin, l’école étant fermée pendant le week-end et sa clôture ayant été ordonnée par l’armée aujourd’hui par mesure de prudence.

Le jardin d’enfants restera fermé et les enfants seront envoyés dans une autre école jusqu’à ce que le bâtiment soit réparé, a ajouté le porte-parole de Sdérot.

Par ailleurs, l’aile militaire du groupe terroriste du Hamas a pour sa part publié un message en hébreu sur son site internet disant que « nous n’avons encore rien commencé ».

Dans ce contexte de violences et citant des inquiétudes sécuritaires, les autorités ont demandé à la population de ne pas se rendre en masse aux funérailles de l’Israélien qui a été victime d’une roquette.

Le ministre des Sciences Ofir Akunis assistera à l’inhumation de Moshe Agadi, tué par une roquette qui a touché son habitation d’Ashkelon, au nom du gouvernement.

Alors que l’armée israélienne a donné pour instruction aux habitants du secteur d’éviter des rassemblements de plus de 300 personnes, la municipalité d’Ashkelon a demandé au public de ne pas se rendre massivement à ces funérailles – prévues à 16 heures au cimetière Givat Tzion de la ville.

Pour sa part, le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a appelé le cabinet à renforcer la portée de ses frappes à Gaza et à prendre pour cibles les hauts commandants militaires des groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique.

S’exprimant lors d’un événement organisé par la police à l’occasion de Yom HaAtsmaout, à Jérusalem, Erdan a indiqué que même si les braises des barbecues traditionnels devaient se mélanger, lors de l’anniversaire d’Israël, aux flammes venant de Gaza, « nous avons le devoir d’accomplir la volonté de ceux qui sont morts ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...