Les rabbins à nouveau autorisés à officier dans l’armée allemande
Rechercher

Les rabbins à nouveau autorisés à officier dans l’armée allemande

Aucun rabbin n'avait servi au sein des forces armées allemandes depuis un siècle

Des soldats assistent à une cérémonie de prestation de serment de l'armée allemande au ministère de la Défense à Berlin, en Allemagne, le 20 juillet 2019. (Crédit : AP / Michael Sohn)
Des soldats assistent à une cérémonie de prestation de serment de l'armée allemande au ministère de la Défense à Berlin, en Allemagne, le 20 juillet 2019. (Crédit : AP / Michael Sohn)

Le 12 décembre dernier, le gouvernement allemand a approuvé un projet de loi qui permettra aux rabbins d’officier à nouveau au sein de l’armée allemande – un signe que la vie juive fait partie intégrante du pays, selon la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer.

« Aujourd’hui, lors de la réunion du cabinet, nous avons envoyé un signal important à nos soldats juifs, avait-elle tweeté. Après environ 100 ans, un rabbin militaire rejoindra la Bundeswehr. Un engagement clair que la vie juive est évidente dans notre pays. »

Le projet doit encore être validé par le Parlement en début d’année.

Environ 300 soldats juifs servent dans l’armée allemande. Les 94 000 militaires chrétiens bénéficient déjà du service de prêtres et de pasteurs.

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, a affirmé que la Bundeswehr était « le reflet de notre société ».

« Pourquoi ne devrait-on pas allumer une menorah dans une caserne à côté d’un arbre de Noël ? », a-t-il ajouté.

Il est également prévu qu’un responsable musulman assiste les 3 000 soldats musulmans d’Allemagne.

Ces dernières années, l’armée allemande s’est retrouvée à plusieurs reprises sous le feu des critiques après que des soldats eurent été accusés d’être proches de l’extrême droite.

L’an dernier, la ministre de la Défense avait ordonné aux militaires de se débarrasser de tout équipement de la Wehrmacht, l’armée nazie, après avoir appris que des casques et des objets de l’époque étaient exposés dans une caserne. Plus récemment, elle a promis de prendre des mesures contre la radicalisation au sein de l’armée, après avoir appris qu’un membre des forces d’élite était soupçonné de liens avec l’extrême droite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...