Rechercher

Les républicains au Congrès lancent un nouveau caucus pro-Israël

L’objectif du caucus pour la victoire d'Israël au Congrès est de faire reconnaitre leur défaite aux Palestiniens

Les représentants républicains  Ron DeSantis de Floride, Keith Rothfus de Pennsylvanie, DOug Lamborn du Colorado et Alex Mooney, de Virigne Occidentale, au lancement du Caucus pour la victoire d'Israël au Congrès, au Capitole, le 27 avril 2017. (Crédit : Midde East Forum)
Les représentants républicains Ron DeSantis de Floride, Keith Rothfus de Pennsylvanie, DOug Lamborn du Colorado et Alex Mooney, de Virigne Occidentale, au lancement du Caucus pour la victoire d'Israël au Congrès, au Capitole, le 27 avril 2017. (Crédit : Midde East Forum)

WASHINGTON – Plusieurs membres républicains au Congrès ont lancé un caucus pro-Israël basé sur la reconnaissance de la défaite palestinienne.

Les co-présidents du nouveau caucus pour la victoire d’Israël au Congrès (Israel Victory Caucus), les représentants Bill Johnson de l’Ohio et Ron DeSantis de Floride, font partie de ce qui sont derrière ce lancement jeudi. D’autres républicains ont manifesté leur soutien, mais aucun démocrate ne s’est exprimé.

« Nous pensons qu’Israël a remporté la guerre et que c’est une réalité qui doit être admise pour parvenir à la paix entre Israël et ses voisins », explique Johnson.

Un panel de groupes conservateurs pro-Israël ont été représentés, notamment le Middle-East Forum, l’Organisation sioniste d’Amérique, Emet, Christians United for Israel et Americans for a Safe Israel.

Daniel Pipes, le président du le Middle-East Forum, qui a récemment établi la théorie qu’imposer la défaite des Palestiniens était la voie qui mènerait le plus probablement à la paix. Des décennies à arguer qu’aucune des parties n’avaient gagné, n’ont résulté qu’en un « processus de guerre » au lieu d’un processus de paix.

« Gagner signifie imposer sa volonté sur les ennemis », explique Pipes.

Code Pink, un groupe de gauche a brièvement perturbé l’évènement.

Le document de Pipes, publié en janvier dans Commentary, reconnaît qu’Israël aurait préféré une solution négociée, mais qu’il s’agirait d’un consensus « myope ».

Au lieu de cela, il préconise de « contraindre » les Palestiniens à changer de vision, notamment en réoccupant des terres palestiniennes utilisées pour lancer des attaques contre Israël, et de couper l’eau et l’électricité pour répondre à l’intensification de la violence.

Il existe un caucus des Alliés d’Israël au Congrès (Congressional Israel Allies Caucus) qui adhère aux politiques pro-Israël, affiliées aux partisans d’Israël plus conservateurs.

Ils préconisent la reconnaissance de Jérusalem entière comme capitale d’Israël et d’y implanter l’ambassade américaine. Cependant, comme la majorité de la communauté pro-Israël, il s’associe aux positions du gouvernement israélien en ce qui concerne le processus de paix.

Les groupes libéraux ont critiqué l’Israel Victory Caucus. Le Southern Poverty Law Central a indiqué que ses recommandations étaient extrêmes et J Steet, le lobby libéral pro-Israël conseille aux membres de Congrès de « s’éloigner d’idées aussi sauvages et dangereuses ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...