Les restrictions de liberté assouplies dans le sud après la trêve
Rechercher

Les restrictions de liberté assouplies dans le sud après la trêve

Les Israéliens dans la zone adjacente à Gaza restent néanmoins en état d'alerte, les activités ayant été ordonnées dans des pièces protégées et les travaux agricoles interdits

Des hommes israéliens se tiennent à côté d'une voiture qui a été endommagée après qu'une roquette tirée par des terroristes de la bande de Gaza soit tombée dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 9 août 2018. (AFP PHOTO / JACK GUEZ)
Des hommes israéliens se tiennent à côté d'une voiture qui a été endommagée après qu'une roquette tirée par des terroristes de la bande de Gaza soit tombée dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 9 août 2018. (AFP PHOTO / JACK GUEZ)

La plupart des Israéliens du sud du pays sont retournés à leur routine quotidienne vendredi après que la violence dans la bande de Gaza s’est apaisée. Un calme s’est installé, après deux jours de combats avec le plus grand nombre de tirs de roquettes et de représailles israéliennes depuis la guerre de Gaza en 2014.

L’armée israélienne a levé certaines restrictions de sécurité vendredi, le Commandement de la Défense passive a annoncé que tous les ordres de précautions précédemment ordonnées dans la ville de Netivot et dans les communautés de la région centrale du Néguev avaient été levées. L’armée a également déclaré que le service ferroviaire entre Ashkelon et la ville frontalière de Gaza de Sdérot reprendrait.

Les habitants de la périphérie de la frontière de Gaza sont toutefois restés en état d’alerte, les agriculteurs n’étant pas autorisés à travailler dans les champs et toutes les activités de campement devant se dérouler dans des zones protégées.

La trêve précaire a été établie très tôt vendredi à Gaza, il n’y a eu ni attaques à la roquette ni frappes aériennes depuis qu’un cessez-le-feu apparent est entré en vigueur à minuit.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a déclaré qu’un cessez-le-feu avait été conclu « sur la base d’un calme mutuel ». Il a déclaré que l’accord a été négocié par l’Égypte et d’autres acteurs régionaux.

Israël a nié l’existence d’une trêve, mais un haut fonctionnaire israélien a déclaré à la radio israélienne que « le calme serait accueilli par le calme ». Aucun cas de violence n’a été signalé le long de la frontière le lendemain.

Un haut responsable du Hamas, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a déclaré que l’accord était officiellement entré en vigueur à minuit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...