Les sirènes résonnent à Ashkelon, une fausse alarme
Rechercher

Les sirènes résonnent à Ashkelon, une fausse alarme

Selon l'armée, des roquettes ont été détectées à tort ; l'incident survient alors que les groupes terroristes de Gaza reprochent à Israël la mort de pêcheurs palestiniens

Photo d'illustration : Capture d'écran d'une vidéo d'automobilistes à côté de leurs véhicules sur une autoroute pendant une alerte à la roquette depuis la bande de Gaza, le 12 novembre 2019. (Capture d'écran : Twitter)
Photo d'illustration : Capture d'écran d'une vidéo d'automobilistes à côté de leurs véhicules sur une autoroute pendant une alerte à la roquette depuis la bande de Gaza, le 12 novembre 2019. (Capture d'écran : Twitter)

Les sirènes d’alerte à la roquette ont résonné dans la ville d’Ashkelon, dans le sud d’Israël, et dans la communauté voisine du Kibbutz Zikim, au nord de la Bande de Gaza, dans la soirée de jeudi. Les militaires ont fait savoir qu’il s’agissait d’une fausse alarme. L’incident est survenu dans un contexte d’inquiétudes portant sur d’éventuels attentats après les menaces de représailles proférées par les groupes terroristes palestiniens, au sein de l’enclave, suite aux décès mystérieux de trois pêcheurs palestiniens, en début de semaine.

Selon l’armée israélienne, un système de détection a indiqué, à tort, que des roquettes avaient été tirées vers Ashkelon et Zikim, activant les sirènes et amenant les forces aériennes à lancer deux missiles intercepteurs du Dôme de Fer.

Une fois qu’il a été déterminé qu’il n’y avait plus de roquettes à abattre, les opérateurs, sur le terrain, ont fait exploser les missiles conformément au protocole militaire, a noté l’armée.

Les résidents du secteur ont indiqué avoir entendu des explosions à peu-près au moment où résonnaient les sirènes. Elles auraient été causées par des missiles intercepteurs autodestructeurs.

Cet incident a eu lieu quelques heures après que le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont attribué à Israël la responsabilité de la mort de trois pêcheurs appartenant à la famille al-Lahham, dimanche, dans une explosion qui a eu lieu sur leur embarcation qui se trouvait au large de la côte de Gaza. Ils ont juré de venger les trois hommes après l’incident.

Les groupes terroristes ont affirmé que l’explosion avait été causée par un drone israélien rempli d’explosifs qui s’était écrasé en mer, le mois dernier, qui s’était ensuite mêlé au filet des pêcheurs et qui avait explosé. Les groupes ont aussi nié des informations initiales qui avaient fait savoir que les trois pêcheurs avaient été tués par une roquette du Hamas lancée en direction de la mer.

L’armée n’a pas répondu pour l’instant aux demandes de commentaires portant sur les accusations lancées par le Hamas concernant l’explosion, niant néanmoins toute implication de sa part. Elle a fait savoir qu’il n’y avait pas eu de « tirs israéliens » vers Gaza et qu’il s’agissait d’un « accident interne ».

Selon le ministre de l’Intérieur du Hamas, le drone soupçonné d’avoir explosé dimanche se serait trouvé là depuis le 22 février, à la suite d’un affrontement entre une unité navale du Hamas et l’armée israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...