Les « soldats seuls » récemment démobilisés recevront une prime de 4 000 shekels
Rechercher

Les « soldats seuls » récemment démobilisés recevront une prime de 4 000 shekels

Une aide au logement sera versée aux "soldats seuls" dans le contexte de la crise du coronavirus, car ils n'ont pas le droit aux allocations chômage

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens à la gare routière israélienne à Jérusalem, le 10 mai 2020.(Olivier Fitoussi/Flash90)
Des soldats israéliens à la gare routière israélienne à Jérusalem, le 10 mai 2020.(Olivier Fitoussi/Flash90)

Mercredi, le gouvernement a approuvé une aide spéciale, versée en une seule fois, de 4 000 shekels (1 045 euros) pour les « soldats seuls » récemment démobilisés, qui n’ont pas de famille en Israël ou qui ne sont pas aidés financièrement par leur famille. L’objectif du gouvernement est de les aider à traverser la crise du coronavirus, a indiqué le ministère de la Défense.

Des mesures strictes de confinement sont en vigueur depuis deux mois et ont conduit des centaines de milliers d’Israéliens à perdre leur emploi ou à être placés en congé sans solde, l’économie ayant connu un arrêt presque total. Pour aider la population frappée par ce chômage de masse, le gouvernement a élargi les allocations chômage, en les accordant aux employés en poste depuis au moins 6 mois, au lieu de 12 habituellement.

Pourtant, certains « soldats seuls » récemment démobilisés se sont plaints qu’ils n’étaient pas éligibles à cette aide, car ils sont entrés dans le monde du travail il y a moins de six mois. Étant donné qu’ils ne sont pas aidés financièrement par leurs familles, ces anciens soldats n’ont pas pu compter sur le soutien de leurs parents, comme beaucoup d’autres soldats récemment démobilisés ont pu le faire.

« À cause de la crise du coronavirus, la population de soldats seuls récemment démobilisés a été confrontée à des difficultés particulières. Ils doivent entrer dans la vie civile sans le soutien familial pendant cette crise financière très dure », a expliqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

Dans ce contexte difficile, le gouvernement a décidé de leur offrir une aide au logement de 4 000 shekels (1 050 euros). La proposition a été approuvée par le Bureau du Premier ministre, le ministère de la Défense et celui des Finances.

L’argent sera distribué à travers la Fondation des soldats démobilisés du ministère de la Défense. Seuls les soldats démobilisés l’année dernière y sont éligibles. Ceux qui souhaitent déposer une demande doivent fournir une copie de leur contrat de location, en attestant qu’ils ont effectivement payé un loyer entre mars et le 31 mai 2020.

Le ministère a déclaré que les fonds seraient « bientôt » versés.

En outre, le gouvernement envisage de donner aux soldats récemment démobilisés un accès à une somme d’argent qui leur est remise à la fin de leur service militaire. Habituellement cette somme est uniquement disponible pour payer des frais universitaires, financer un projet de logement, ouvrir un commerce, après le mariage, ou cinq ans après la fin de la mobilisation des soldats.

La modification des règles concernant ce versement nécessitera l’approbation du cabinet. Il faudra également amender la loi qui fixe les modalités du versement, en fonction de la durée et du type du service.

A la lumière de la crise actuelle, les « soldats seuls » actifs, qui doivent bientôt être démobilisés, ont reçu la possibilité de rester dans l’armée israélienne, qui leur garantit un logement et d’autres aides.

Selon Tsahal, environ 7 000 soldats seuls servent actuellement dans l’armée.

Environ la moitié de ces soldats sont nés à l’étranger et sont arrivés en Israël sans leurs familles. L’autre moitié est née en Israël et, pour une raison ou une autre, n’est pas soutenue financièrement par leurs parents. Beaucoup d’entre eux sont issus de familles ultra-orthodoxes qui n’approuvent pas leur décision de servir dans l’armée.

Plus tôt ce mois, environ « 100 soldats seuls » démobilisés ont manifesté devant le quartier général de Tsahal à la base militaire de Kirya à Tel Aviv. Ils voulaient attirer l’attention sur leur situation difficile.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...