Les suprémacistes blancs coopèrent désormais par-delà les frontières – experts
Rechercher

Les suprémacistes blancs coopèrent désormais par-delà les frontières – experts

Les extrémistes forment des alliances, s'inspirent mutuellement dans une dynamique internationale similaire au jihadisme ; beaucoup reprochent aux Juifs de favoriser l'immigration

Le sang coule de la lèvre d'un homme portant un tee-shirt avec des croix gammées après avoir été frappé par un manifestant devant un auditorium de l'Université de Floride où le nationaliste blanc Richard Spencer se préparait à parler, le jeudi 19 octobre 2017 à Gainesville, en Floride. (Will Vragovic/Tampa Bay Times via AP)
Le sang coule de la lèvre d'un homme portant un tee-shirt avec des croix gammées après avoir été frappé par un manifestant devant un auditorium de l'Université de Floride où le nationaliste blanc Richard Spencer se préparait à parler, le jeudi 19 octobre 2017 à Gainesville, en Floride. (Will Vragovic/Tampa Bay Times via AP)

JTA – Peu avant de tuer 51 personnes, l’auteur de la fusillade de la mosquée de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a publié sur le site internet 8chan un manifeste dans lequel il faisait l’éloge d’un autre adepte de la suprématie blanche – l’extrémiste qui a tué 77 personnes en Norvège en 2011.

Quelques semaines plus tard, le tireur de Christchurch a été salué par un autre tireur – celui qui a perpétré la fusillade de la synagogue de Poway, en Californie. Quatre mois plus tard, un autre tireur, dans la fusillade d’El Paso, a affiché un manifeste similaire de la suprématie blanche sur 8chan.

Des attentats ont eu lieu dans le monde entier – en Europe, en Océanie et en Amérique. Mais ils suivaient les mêmes méthodes et partageaient les mêmes idées funestes.

En particulier, les tireurs de Christchurch, Poway et El Paso ont tous cité la théorie dite du grand remplacement – selon laquelle les pays occidentaux et leurs populations blanches sont attaqués par une immigration massive d’immigrés non blancs orchestrée par les Juifs. Le terme de « Grand Remplacement » a lui-même été inventé par Renaud Camus, un essayiste français.

Le lien entre ces massacres et leur idéologie n’est qu’un exemple de la façon dont les tenants de la suprématie blanche forment des alliances, travaillent ensemble et s’inspirent mutuellement par-delà les frontières. Si les tenants de la suprématie blanche se qualifient parfois de « nationalistes blancs », les experts estiment qu’il est plus juste de les considérer comme des membres d’un mouvement international qui vise à faire avancer un programme commun.

« Ils se considèrent comme faisant partie d’un collectif blanc qui est transnational et qui représente une race, la race blanche », a déclaré Heidi Beirich, qui a fondé le Global Project Against Hate and Extremism après une carrière de 20 ans au Southern Poverty Law Center. « L’une des grandes motivations de la violence aujourd’hui… est ce désir de rassembler les Blancs au-delà des frontières pour lutter pour le contrôle de ce qu’ils considèrent comme leur patrie historique ».

Des tenants de la suprématie blanche échangent des insultes avec des contre-manifestants alors qu’ils tentent de garder l’entrée du Emancipation Park à Charlottesville, en Virginie, le 12 août 2017. (Chip Somodevilla/Getty Images via JTA)

Un des principaux liens entre les suprémacistes blancs aux États-Unis et en Europe, a déclaré Marilyn Mayo, chercheur principal à l’Anti-Defamation League’s Center on Extremism, est la haine des Juifs pour leur prétendu contrôle des banques et des médias – ainsi que leur soutien supposé à l’immigration.

L’antisémitisme, a-t-elle dit, est « un fil très fort ». Ils pensent, tant en Europe qu’aux États-Unis, que les Juifs ont joué un rôle dans l’arrivée d’immigrants non blancs ».

Aujourd’hui, selon de récents rapports, des suprémacistes blancs de différents pays effectuent ensemble des entraînements militaires, assistent aux mêmes conférences et communiquent en ligne. En particulier, la longue guerre avec les séparatistes russes dans l’est de l’Ukraine a créé un terrain d’entraînement fertile pour les suprémacistes blancs.

La menace internationale des suprémacistes blancs est devenue si présente que Max Rose, un membre du Congrès démocrate de New York, fait pression pour que le Département de la sécurité intérieure « élabore une évaluation de la menace terroriste » concernant les menaces des « organisations extrémistes suprémacistes blanches violentes étrangères ».

« Il y a de plus en plus de preuves que la menace pour la patrie que représente l’extrémisme violent de la suprématie blanche ait des liens transnationaux », a déclaré la semaine dernière M. Rose, qui préside le sous-comité de la sécurité intérieure sur le renseignement et la lutte contre le terrorisme. « Je crois que la menace que représentent les groupes extrémistes suprémacistes blancs étrangers et leur lien avec l’activité intérieure est l’un des principaux défis que nous devons relever en termes de sécurité intérieure ».

Le coprésident de la sous-commission de la Chambre des représentants sur le renseignement et la lutte contre le terrorisme, le député Max Rose, D-N.Y., s’exprime lors d’une audition sur le thème « Relever le défi du terrorisme nationaliste blanc dans le pays et à l’étranger » au Capitole à Washington, le 18 septembre 2019. (AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

Les gouvernements ont historiquement considéré les suprémacistes blancs comme un phénomène national avec des objectifs spécifiques à chaque pays, a déclaré Mme Beirich. Mais, selon elle et d’autres chercheurs, il serait plus instructif de faire un parallèle avec les groupes terroristes islamiques comme ISIS ou Al-Qaïda, que les gouvernements traitent comme des terroristes étrangers et qu’ils combattent ensemble.

Vous avez entendu l’expression « toute politique est locale », et je dirais qu’à l’inverse, tout conflit est mondial », a déclaré Colin Clarke, chercheur principal au Centre Soufan qui a étudié l’ISIS et co-rédigé un rapport l’année dernière sur les activités transnationales de la suprématie blanche. « C’est bizarre parce qu’on ne penserait pas, à première vue, que les suprémacistes blancs chercheraient à imiter les jihadistes. Mais il y a en fait une étrange affinité entre eux et des gens comme Ben Laden et Al-Qaïda, qu’ils admirent pour ce qu’ils ont réussi à accomplir ».

Les suprémacistes blancs ont longtemps essayé de se connecter à travers les continents.

William Pierce, qui dirigeait un groupe américain de suprémacistes blancs appelé National Alliance, gagnerait de l’argent en enregistrant de la musique et de la littérature de suprémacistes blancs et en les vendant à des Européens partageant les mêmes idées, a déclaré Beirich. Mais l’internet et les médias sociaux ont élargi la diffusion de ces idées et ont permis aux extrémistes de se connecter plus facilement.

« Les organisations suprémacistes blanches étaient relativement locales en ce qui concerne leurs préoccupations », a déclaré M. Beirich. « Le KKK était une organisation très américaine qui s’intéressait à la politique américaine. Si vous vous préoccupez des minorités en Géorgie, vous n’allez pas parler de leurs problèmes à quelqu’un en Allemagne – jusqu’à ce qu’Internet transforme cela ».

Des partisans d’extrême droite et néo-nazis traversent Plauen, dans l’est de l’Allemagne, le 1er mai 2019. (Sebastian Willnow/DPA/AFP via Getty Images via JTA)

Mais Internet n’a pas seulement permis aux extrémistes de partager des idées et des stratégies sur des plateformes comme 8chan, qui a été fermée suite à la fusillade d’El Paso, et le réseau social Gab. Il leur a également permis d’héberger des sites haineux sur des serveurs étrangers – un site du KKK est hébergé au Belize, selon le Soufan Center – et de financer leurs activités par le biais du crowdfunding et de la cryptomonnaie.

Même si les suprémacistes blancs ont été chassés des principales plateformes de collecte de fonds sur Internet comme PayPal, Patreon et GoFundMe, le rapport du Centre Soufan indique qu’ils ont poursuivi cette activité sur les alternatives de la suprématie blanche avec des noms comme GoyFundMe et Hatreon. Andrew Anglin, qui publie le Daily Stormer, une publication néo-nazie, pourrait avoir accès à 25 millions de dollars en Bitcoin.

C’est comme un jeu de « whack-a-mole », [jeu de la taupe] a dit Clarke. « Chaque fois que nous découvrons quelle plateforme ils utilisent, les entreprises sont contraintes de les fermer, et à ce moment-là, ces types sont déjà passés à la suivante. »

Selon les experts, l’augmentation de la connectivité en ligne a également entraîné une augmentation des réunions dans la vie réelle. Depuis 2000, la publication suprémaciste American Renaissance invite des personnalités européennes d’extrême droite à ses conférences, selon un rapport de l’ADL. Au cours de la dernière décennie, elle a notamment invité des suprémacistes blancs de France, du Royaume-Uni, d’Allemagne et d’Estonie. Deux militants suédois d’extrême droite ont participé au rassemblement de 2017 des tenants de la suprématie blanche à Charlottesville, en Virginie.

Les suprémacistes blancs américains, à leur tour, ont participé à des conférences en Suède, en Finlande, en Russie et au Royaume-Uni. Richard Spencer, un adepte de la suprématie blanche qui a pris la parole sur des campus américains et dans d’autres lieux, devait s’exprimer à Budapest et à Varsovie, mais s’est vu interdire à plusieurs reprises de se rendre dans une grande partie de l’Union européenne.

Le nationaliste blanc Richard Spencer, au centre, et ses partisans lors d’un affrontement contre la police de Virginie pendant un rassemblement d’extrême-droite à Charlottesville, le 12 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Une partie de l’interaction entre les extrémistes américains et européens a impliqué des membres de partis politiques européens d’extrême droite. Selon Mayo de l’ADL, ces politiciens, et leur popularité croissante en Europe, ont inspiré leurs alliés américains. Les suprémacistes blancs américains admirent en particulier le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui s’est opposé à l’immigration et a également été accusé d’antisémitisme.

« Ils sont convaincus que des gens comme Poutine et Orban font la promotion d’une société chrétienne blanche où ils évitent les influences comme les immigrants du Tiers-Monde », a déclaré Mayo. « Poutine est considéré comme la grâce salvatrice de la culture chrétienne blanche. Il n’y a pas énormément d’immigration en Europe de l’Est et les tenants de la suprématie blanche la considèrent comme une référence ».

Des groupes militants s’associent également. L’Atomwaffen Division, un groupe suprémaciste blanc, a donné naissance à des ramifications au Royaume-Uni, en Allemagne et ailleurs. Et les suprémacistes blancs se sont rendus en Ukraine pour se lier, s’entraîner et, dans certains cas, se battre avec le bataillon Azov, une unité paramilitaire ukrainienne comportant des éléments ultranationalistes. En 2017, des membres du Rise Above Movement, un groupe de suprémacistes blancs de Californie, ont rencontré des dirigeants du bataillon Azov en Ukraine.

Aujourd’hui, selon le rapport du Centre Soufan, l’Ukraine remplit la même fonction pour les tenants de la suprématie blanche que les zones de conflit du Moyen-Orient ont servi aux groupes terroristes islamiques. Dans les deux cas, les groupes extrémistes profitent de l’anarchie et des possibilités de combat d’une zone de guerre pour recruter, radicaliser et former des adeptes du monde entier.

Si l’on exclut les personnes originaires de Russie, plus de 2 000 étrangers ont voyagé pour combattre en Ukraine, bien que les experts ne sachent pas combien d’entre eux ont rejoint des groupes extrémistes. Ce nombre comprend des dizaines de personnes venant des États-Unis.

Des militaires ukrainiens gardent un poste de contrôle près de la nouvelle ligne de contact avec les séparatistes à Zolote, dans la région de Louhansk, à l’est de l’Ukraine, le 2 novembre 2019. (Evgeniy Maloletka/AP)

« L’Ukraine est en train de devenir une plaque tournante dans le réseau plus large de l’extrémisme transnational de la suprématie blanche, attirant des recrues étrangères du monde entier », indique le rapport. « Là où les jihadistes se déplacent pour combattre dans des endroits comme la Syrie, les suprémacistes blancs ont maintenant leur propre théâtre pour apprendre le combat ».

Selon les experts, pour combattre ces tendances, les géants de la technologie doivent prendre des mesures plus agressives pour éliminer les extrémistes de leurs plateformes. Et ils disent que le gouvernement américain doit commencer à traiter les suprémacistes blancs comme il traite l’ISIS et Al-Qaïda. Cela signifie qu’il faut partager les renseignements avec d’autres pays, suivre leurs financements et surveiller leurs communications.

« Si vous regardez ce qui s’est passé à la synagogue de Pittsburgh, son slogan sur Gab était ‘Les Juifs sont les enfants de Satan’ et il possédait une vingtaine d’armes à feu », a déclaré Clarke. « Et si ce type était de couleur brune, qu’il s’appelait Mohammed, qu’il avait prononcé le mot  » jihad  » une fois et qu’il détenait ne serait-ce qu’un lance-pierre, il aurait probablement été arrêté ».

Le gouvernement américain a bien investi dans des ressources pour combattre le terrorisme international après le 11 septembre, a déclaré M. Clarke, « mais c’était pour un autre type de menace. Nous en avons maintenant besoin pour les suprémacistes blancs, alors qu’est-ce que nous attendons ?

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...