Les synagogues allemandes se préparent à rouvrir, mais avec des précautions
Rechercher

Les synagogues allemandes se préparent à rouvrir, mais avec des précautions

Le Conseil central des Juifs d'Allemagne a émis des règles pour effectuer la transition, notamment en interdisant accolades et poignées de mains et en imposant le port du masque

Des centaines de fidèles Juifs ont dansé sur l'ancienne rue Adolf Hitler, dans la ville de Freiburg im Breisgau en Allemagne,, à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau sefer Torah au sein de leur communauté, le 15 décembre 2019. (Capture d'écran YouTube)
Des centaines de fidèles Juifs ont dansé sur l'ancienne rue Adolf Hitler, dans la ville de Freiburg im Breisgau en Allemagne,, à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau sefer Torah au sein de leur communauté, le 15 décembre 2019. (Capture d'écran YouTube)

JTA – Quand les synagogues allemandes rouvriront dans les semaines à venir, ce sera sans poignées de mains, sans accolades et sans défilé du Sefer Torah, élément phare de l’office du Shabbat.

C’est en tout cas ce qu’a fait savoir le Conseil central des Juifs d’Allemagne, le groupe qui réunit une centaine de synagogues et quelque 100 000 membres des communautés juives de l’ensemble du pays.

Le groupe a élaboré ces règles après que des responsables du gouvernement ont annoncé qu’au regard de la diminution du nombre de coronavirus dans le pays, les synagogues et autres lieux de cultes pourraient rouvrir à partir du 5 mai.

Mais les offices ne ressembleront pas à ce que l’on connaît. La distanciation sociale reste de mise, pour garder le virus à distance, et certains éléments clés des prières ne seront pas possibles, et cela donne un avant-goût de la forme que prendront les offices dans le reste du monde, quand les rassemblements y seront de nouveau autorisés.

« En tant que Juifs, c’est la première fois que nous subissons une entrave à la liberté religieuse depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Josef Schuster, directeur du conseil central, dans une tribune publié jeudi dans l’hebdomadaire Juedische Allgemeine. Les portes rouvriront peut-être, a-t-il écrit, mais « nous devrons changer. A long-terme, nos offices seront différents de ce que l’on a connu ».

Les règles, rédigées avec la participation des conférences rabbiniques orthodoxes et libérales, ainsi qu’avec des associations juives et d’importantes communautés sont les suivantes :

  • Maintenir une distance de deux mètres entre les fidèles. Seuls les membres d’un même foyer pourront s’asseoir ensemble.
  • Seuls le cantor et le rabbin seront dispensés de masques lorsqu’ils seront sur la bimah et à distance des fidèles ; les fidèles doivent porter un masque.
  • Il n’y aura ni poignées de main ni accolades et embrassades. « Il n’y a aucun commandement halakhique requérant de se serrer la main pendant Shabbat », indique le texte, en référence à la loi juive.
  • Il ne faudra embrasser ni le rouleau de la Torah ni les mezouzot apposées sur les linteaux de portes, comme c’est la coutume. Par ailleurs, le Sefer Torah ne devra pas être porté par les fidèles.
  • Ceux qui « montent » à la Torah devront se tenir à distance de la bimah.
  • Les livres de prière et les Bibles devront être désinfectés avant et après les offices.

Le conseil a également recommandé aux fidèles de s’inscrire auprès de leurs communautés en amont, et qu’une liste des fidèles soit établie pour pouvoir retracer la chaîne de contamination si une personne venait à tomber malade.

« Il est important de ne pas s’insurger ni de se plaindre de ces restrictions », a déclaré Schuster dans sa chronique de l’hebdomadaire juif. « Il vaut mieux pouvoir écouter le cantor dans la synagogue d’une petite communauté muni d’un masque que de rester seul chez soi. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...