Les technologies israéliennes lèvent 54 % plus de fonds au 3e trimestre avec 1,44 mds $
Rechercher

Les technologies israéliennes lèvent 54 % plus de fonds au 3e trimestre avec 1,44 mds $

Les données montrent qu’un “plus petit nombre de start-ups reçoit plus d’argent, tandis que les autres passent à côté”, selon des chercheurs

Dollars et shekels. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Dollars et shekels. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les entreprises de la technologie israélienne ont levé 1,44 milliard de dollars dans le troisième trimestre de l’année, en hausse de 54 % par rapport aux 933 millions de dollars levés sur la même période un an plus tôt, selon un rapport publié par le Centre de Recherche IVC et le cabinet juridique Tel Aviv Zysman Aharoni Gayer & Co (ZAG S&W).

Le nombre d’accords de levée de fonds pour le troisième trimestre de l’année, 144, était plus haut que les 140 accords sur le même trismestre il y a un an, mais bien en dessous des 202 accords engistrés dans le quatrième trimestre de 2015. Lors du deuxième trimestre de cette année, le nombre total d’accords se trouvait à 158.

La somme moyenne pour un accord d’investissement pour ce troisième semestre se situait à 10 millions de dollars, le montant moyen le plus haut depuis cinq ans, à comparer avec une moyenne de 6,7 millions de dollars sur la même période un an plus tôt.

Au cours de neuf premiers mois de 2017, les entreprises israéliennes de la haute technologie ont levé 3,8 milliards de dollars, l’équivalent du montant record sur la période correspondante de 2016. Le nombre d’accords – 457 au total – est descendu à son niveau de plus bas depuis cinq ans.

Le "Mobileye" monté sur un pare-brise. Illustration. (Crédit :  Shai/Flash90)
Le « Mobileye » monté sur un pare-brise. Illustration. (Crédit : Shai/Flash90)

« La plus grande partie de cette baisse provient des accords concernant des entreprises à un stade précoce, une baisse de 17 % en comparaison avec la moyenne des cinq années, a déclaré Marianna Shapira, directrice de recherche au Centre de Recherche IVC, dans un entretien téléphonique. Concrètement, cela signifie d’un plus petit nombre de start-ups reçoit plus d’argent, tandis que les autres passent à côté ».

Pour que d’autres projets puissent réussir, un renversement de cette tendance est nécessaire dans le quatrième semestre, a-t-elle expliqué.

Les accords supérieurs à 20 millions de dollars ont pris la plus grosse part des investissements, a précisé le rapport, représentant environ 60 % du montant total en dollars pour ces neuf mois.

Les investissements de fonds israéliens ont augmenté au troisième semestre, avec 277 millions de dollars investis, 16 % du capital total, à comparer avec les 139 millions de dollars, 15 % du capital total sur la même période un an plus tôt. Les fonds israéliens ont préféré investir dans des entreprises plus développées au cours du semestre, avec une majorité du capital, environ 91 %, allant pour des entreprises au stade moyen et avancé de développement.

« Nous voyons encore un autre rapport qui atteste de la confiance et du statut dans la haute technologie israélienne », Shmulik Zysman, partenaire principal chez Zysman Aharoni Gayer & Co., précisait le communiqué. L’impact de la vente de l’entreprise de technologie automobile Mobileye à Intel Corp en mars pour 15,3 milliards de dollars se fait encore ressentir sur le marché dans la logique d’intérêt accrue pour la technologie israélienne.

Zysman a déclaré que la directive d’août par les autorités chinoises autorisant des investissements en dehors dans la Chine dans plusieurs secteurs, y compris la technologie, aidera à « doper l’intérêt chinois pour les entreprises israéliennes de la haute technologie à l’avenir. »

Presque la moitié, 43 %, du capital total levé lors du troisième semestre de 2017 a été investi dans des entreprises en stade avancé, pour parvenir à un record de 618 millions de dollars, a annoncé le rapport.

« La tendance à investir des sommes plus importantes dans moins d’entreprises indique que les investisseurs ont un appétit pour des risques plus grand », a déclaré Zysman.

Alors que le domaine informatique a continué à se trouve en tête pour la levée des capitaux pendant ce semestre, sa part a été réduite à 25 % du capital total, en dessus de la moyenne sur deux ans de 35 %, suivi de près par les technologies des sciences de la vie avec 24 %, selon le rapport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...