L’état de Louisiane interdit le commerce avec les sociétés boycottant Israël
Rechercher

L’état de Louisiane interdit le commerce avec les sociétés boycottant Israël

"Les Etats-Unis, et par affiliation la Louisiane, ont bénéficié de façon inestimable de notre profonde amitié avec Israël", a dit le gouverneur démocrate

Manifestation du mouvement BDS à New York, en octobre 2015. (Crédit : Facebook/BDS)
Manifestation du mouvement BDS à New York, en octobre 2015. (Crédit : Facebook/BDS)

La Louisiane est devenue le 25ème état à rendre illégal le commerce avec des entreprises qui boycottent Israël ou ses implantations.

Le gouverneur John Bel Edwards a signé une ordonnance exécutive mardi qui interdit à l’état de passer des contrats avec une entreprise qui participerait au boycott d’Israël ou « des territoires contrôlés par Israël ». L’ordonnance nomme spécifiquement le mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) contre l’Etat juif.

« Israël est l’allié le plus proche des Etats-Unis au Moyen-Orient et c’est un phare de la démocratie dans la région », a expliqué Edwards, un démocrate, dans un communiqué.

« Les Etats-Unis, et par affiliation la Louisiane, ont bénéficié de façon inestimable de notre profonde amitié avec Israël. Tout effort visant le boycott d’Israël est un affront à cette longue relation. Je suis heureux que la Louisiane rejoigne dorénavant ce qui est devenu une masse spectaculaire d’états qui soutiennent notre allié le plus proche ».

Les militants pro-Israël ont fêté la propagation de lois anti-BDS comme un coup porté aux efforts visant à isoler Israël par des boycott partiaux et discriminatoires.

Mais certains déplorent des lois qui entraveraient la liberté d’expression et l’ACLU a, l’an dernier, déposé plainte au niveau fédéral contre une loi anti-BDS en Arizona.

Les groupes libéraux pro-israéliens déplorent également l’échec de la majorité des ordonnances et des lois à faire la distinction entre le boycott d’Israël dans les frontières de 1967, qu’ils rejettent, et le boycott des produits fabriqués dans les implantations.

Sous l’ordonnance adoptée par la Louisiane, un vendeur doit certifier par écrit qu’il n’est pas engagé dans un boycott d’Israël et qu’il ne s’y prêtera pas pendant toute la durée de son contrat. L’ordonnance appelle également l’Etat à mettre un terme aux contrats existants avec les entreprises si elles boycottent Israël ou soutiennent ceux qui le font.

Au début de l’année, le conseil municipal de la Nouvelle Orléans a adopté, puis annulé, une résolution esquissée par des militants anti-israéliens qui auraient interdit les investissements auprès de contrevenants aux droits de l’Homme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...