L’éviction de Netanyahu : Une opportunité pour Israël – si le gouvernement tient
Rechercher
Analyse

L’éviction de Netanyahu : Une opportunité pour Israël – si le gouvernement tient

Les dirigeants du monde entier sont impatients de travailler avec Bennett et Lapid, mais leur soutien est assorti de conditions et l'expérience de Netanyahu pourrait leur manquer

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (G) et le ministre des Finances de l'époque, Yair Lapid, lors d'une cérémonie de signature pour un nouveau port privé qui sera construit dans la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 23 septembre 2014. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (G) et le ministre des Finances de l'époque, Yair Lapid, lors d'une cérémonie de signature pour un nouveau port privé qui sera construit dans la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 23 septembre 2014. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Avec Benjamin Netanyahu au pouvoir pendant 12 ans, Israël a incontestablement fait des progrès importants sur la scène internationale. Mais beaucoup pensent qu’avec son départ, Israël pourrait accomplir beaucoup de choses impossibles auparavant.

Israël est désormais au centre d’une alliance énergétique émergente en Méditerranée orientale avec des partenaires arabes et européens. Les liens avec l’Inde, qui se targue d’être la plus grande démocratie du monde, se sont développés, Narendra Modi étant devenu le premier Premier ministre indien à se rendre en Israël et les deux parties ayant signé une série d’accords économiques et de défense. Les pays d’Europe centrale et de l’est ont évolué de manière spectaculaire vers Israël, tenant même tête aux grandes puissances de l’UE lorsque ces dernières poussaient à condamner Israël.

Des pays comme l’Éthiopie, le Ghana et le Kenya soutiennent la campagne d’Israël pour retrouver son statut d’observateur auprès de l’Union africaine, et la technologie israélienne est présente sur tout le continent. Netanyahu a réussi à maintenir un dialogue stratégique et tactique productif avec la Russie, dont les forces se sont déplacées dans la Syrie voisine.

Pendant les quatre années de l’administration Trump, les États-Unis ont soutenu Israël avec force dans les institutions internationales et sur des sujets de désaccord de longue date comme le plateau du Golan et le statut de Jérusalem. Les accords d’Abraham, négociés par les États-Unis sous Trump, ont normalisé les liens entre Israël et les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Maroc et le Soudan.

« Netanyahu a porté les alliances d’Israël à des sommets inimaginables auparavant, notamment en signant quatre accords de paix historiques avec des nations arabes », a déclaré un conseiller principal de Netanyahu au Times of Israel.

« Il a également cultivé de nouvelles relations israéliennes avec des dizaines de pays d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et d’Europe de l’Est, souvent en tant que premier Premier ministre israélien en exercice à visiter ces nations », a déclaré le conseiller.

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020 à Washington. (Crédit : Doug Mills/Pool/Getty Images/AFP)

Mais dans le même temps, certains des partenariats les plus vitaux d’Israël se sont sensiblement refroidis pendant les années Netanyahu. Dans certains cas, il semble que Netanyahu lui-même ait été un facteur de tensions croissantes entre les deux parties.

Avec la fin des fonctions de Netanyahu en tant que Premier ministre, et sa nouvelle place dans l’opposition, certains voient de nouvelles opportunités pour Israël sur la scène internationale, bien qu’elles devront être poursuivies sans son expérience considérable et son sens de la diplomatie.

L’avantage de ne pas être Bibi

Lorsque Naftali Bennett et Yair Lapid ont formé le nouveau gouvernement dimanche dernier, les dirigeants du monde entier n’ont pas tardé à leur adresser leurs félicitations. Les États-Unis ont ouvert la voie, avec des appels téléphoniques du président américain Joe Biden et du secrétaire d’État Antony Blinken. La Russie, la Grande-Bretagne, l’Inde, le Canada et l’Allemagne ont été parmi les pays les plus importants à tendre publiquement la main au nouveau gouvernement.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’exprime lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 25 mai 2021. (Crédit : Ronen ZVULUN / POOL / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed, s’est entretenu avec M. Lapid, et le prince héritier de Bahreïn, Salman bin Hamad bin Isa Al Khalifa, a publié une déclaration félicitant M. Bennett et M. Lapid pour la formation du nouveau gouvernement.

Les déclarations officielles ont mis l’accent sur le fait que les pays entretiennent des relations avec l’État d’Israël, et non avec un Premier ministre en particulier. « Les relations personnelles ont une certaine influence, mais nous continuerons à soutenir Israël dans les instances internationales, quel que soit le Premier ministre en poste », a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères dans une interview accordée à Israel Hayom, journal souvent considéré comme un porte-parole du Likud et de son leader Netanyahu.

Néanmoins, les messages de félicitations étaient des gestes importants, a noté Micky Aharonson, chercheur principal au Jerusalem Institute for Strategy and Security et ancien directeur de la politique étrangère au Conseil national de sécurité d’Israël. « Il ne s’agit pas d’un simple acte technique, mais d’un acte symbolique. »

Les appels téléphoniques et les déclarations indiquent « une poussée d’optimisme », a expliqué M. Aharonson. « On a le sentiment qu’il y a des processus positifs. Je ne sais pas si c’est justifié, mais c’est le sentiment. »

« Les gens ont appris à ne pas aimer Bibi [le surnom de Netanyahu] », a déclaré Danielle Pletka, chargée d’études en politique étrangère et de défense à l’American Enterprise Institute, « et le nouveau gouvernement bénéficiera donc simplement de ne pas être Bibi. »

Danielle Pletka. (Crédit : AEI, autorisation)

Mais ceux qui attendent de Bennett et Lapid qu’ils ouvrent une nouvelle voie sur des questions telles que l’Iran, les Palestiniens ou Jérusalem peuvent s’attendre à être frustrés.

« Pour ce qui est de la substance, a déclaré M. Pletka, je pense qu’il y aura probablement une certaine déception face à l’absence d’un changement radical de politique. Après tout, il existe un large consensus sur la politique étrangère en Israël. Donc, à part quelques petits gestes sur la question palestinienne – limités par le fait que la balle est vraiment dans le camp palestinien – et un changement de ton, nous ne sommes pas susceptibles de voir le genre de transformation en Israël que certains espéraient dans un monde post-Bibi. »

De plus, la composition de la nouvelle coalition contraint ses options politiques.

« Lorsque vous avez un gouvernement aussi polarisé idéologiquement, en se basant sur la règle de la majorité, alors vous ne pouvez pas faire grand-chose, vous ne pouvez pas prendre de mesures drastiques », a déclaré Gil Murciano, directeur général de Mitvim – l’Institut israélien pour les politiques régionales étrangères.

« Les changements sont plus susceptibles de se produire au niveau professionnel, et non au niveau idéologique. »

Un changement de ton

Même sans un changement majeur de politique, certaines opportunités claires existent si les dirigeants israéliens sont capables de les reconnaître et sont prêts à les poursuivre.

La conséquence immédiate de l’éviction de Netanyahu est qu’Israël n’est plus identifié aux alliances étroites qu’il a construites au fil des ans.

Aux États-Unis, les Démocrates percevaient de plus en plus Netanyahu comme un allié du Parti républicain et de Donald Trump. De nombreux dirigeants européens ont estimé qu’il avait pris position de l’un des côtés de la principale ligne de fracture qui domine la politique européenne, en se liant d’amitié avec des dirigeants mondiaux antilibéraux comme le Hongrois Viktor Orban ou le Brésilien Jair Bolsonaro.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (G) et son homologue hongrois Viktor Orban tiennent une conférence de presse conjointe au Parlement de Budapest, en Hongrie, le 18 juillet 2017. (Crédit : Haim Zach/GPO)

« Netanyahu en a fait une affaire personnelle », a déclaré Murciano. « Maintenant, c’est lié au type de désaccords que vous avez au sein de la sphère européenne. »

« Quand on détache le gouvernement du poids de toutes ces alliances, il y a déjà une opportunité », a-t-il ajouté.

Le ton de Netanyahu a également entravé les relations d’Israël avec les États de l’UE à certains moments, a déclaré Murciano.

Le président Reuven Rivlin, lui aussi un loyal Likudnik, est perçu de manière plus positive dans de nombreuses capitales européennes. « En raison du discours qu’il utilisait, en raison de son engagement envers les valeurs libérales, il a trouvé dans une certaine mesure un niveau de discours partagé avec les Européens », a déclaré Murciano.

« En changeant simplement de ton, on peut changer les relations. »

L’importance de l’investissement dans la question palestinienne

Mais la bonne volonté en Europe, aux États-Unis et dans le monde arabe ne durera pas éternellement, et un changement de ton ne suffit pas.

« Ils accordent un certain crédit à ce gouvernement, mais ce crédit s’accompagne également d’une attente », a déclaré Aharonson.

Le ministre israélien des Infrastructures nationales, Yuval Steinitz (cravate rouge), et le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Rami Hamdallah, ont coupé le ruban pour marquer le tout premier accord commercial entre les sociétés d’énergie israéliennes et palestiniennes visant à accroître l’approvisionnement dans la région de Jénine, en Cisjordanie, le 10 juillet 2017. Yoav Mordechai, coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, se tient derrière Steinitz, avec, à l’extrême droite, Yiftach Ron Tal, chef de la Société électrique israélienne. (Crédit : Yossi Weiss)

L’une des principales attentes est qu’Israël fasse des progrès avec les Palestiniens. Personne ne s’attend à ce qu’un accord de paix définitif soit conclu de sitôt, mais il existe un fort désir de mesures visant à instaurer la confiance. L’amélioration des conditions en Cisjordanie et la réhabilitation de Gaza pourraient être la clé du renforcement des principales alliances d’Israël.

L’administration Biden n’a aucune envie de se concentrer sur le Moyen-Orient, car les questions intérieures comme le redressement suite à la pandémie et l’immigration occupent le devant de la scène. Les États-Unis souhaitent avant tout que le calme règne dans la région afin d’éviter d’être à nouveau accaparés, et des gestes tangibles de la part d’Israël envers les Palestiniens contribueraient à préserver ce calme et à encourager la bonne volonté du camp Biden.

Des Palestiniens inspectent les dégâts d’une maison détruite par une frappe aérienne israélienne dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Yousef Masoud)

Mais il va de soi que Biden, comme ses prédécesseurs, se tournera un jour ou l’autre vers Israël et les Palestiniens.

« Malgré les divergences d’opinion connues des membres de la coalition, Israël dispose encore d’une grande marge de manœuvre pour faire des suggestions à l’administration qui pourraient au moins améliorer la situation actuelle », a déclaré Oded Eran, chargé de recherche à l’Institut d’études de sécurité nationale de Tel Aviv.

Eran a suggéré des initiatives dans les domaines du tourisme, de l’agriculture, de l’énergie et des transports en Cisjordanie, ainsi que la reconstruction de la bande de Gaza après le conflit de 11 jours entre Israël et le Hamas en mai.

Les liens naissants avec Bahreïn et les Émirats arabes unis pourraient également être renforcés par ces mesures. « Il existe une sensibilité régionale à l’égard de la coopération avec Israël », a déclaré M. Aharonson, surtout après l’opération « Gardien des Murs » du mois dernier. Faire appel aux nouveaux partenaires israéliens du Golfe pour financer des projets en Cisjordanie et à Gaza serait une étape importante pour donner un contenu tangible aux accords d’Abraham.

Le roi de Jordanie Abdallah II prononce le discours d’inauguration de la 19e session extraordinaire du Parlement, à Amman, en Jordanie, le 10 décembre 2020. (Crédit : Yousef Allan / The Royal Hashemite Court via AP)

La coopération régionale en Cisjordanie pourrait également être utilisée pour surmonter les tensions avec la Jordanie. L’hostilité personnelle entre Netanyahu et le roi Abdallah de Jordanie a conduit à plusieurs crises diplomatiques. Abdallah a déclaré en 2019 que les relations entre Israël et la Jordanie étaient « au plus bas » après une série d’incidents qui ont incité Amman à rappeler son ambassadeur en Israël. En mars, la Jordanie a rechigné à approuver le trajet de vol de Netanyahu au-dessus du pays vers les Émirats arabes unis pour un voyage prévu, ce qui a entraîné son annulation.

En donnant à la Jordanie un rôle significatif dans les projets régionaux en Cisjordanie et à Jérusalem, Israël montrerait qu’il souhaite tourner la page.

Israël peut encore réhabiliter la relation en renforçant la position de la Jordanie sur le mont du Temple, et en rassurant le royaume sur le fait qu’il ne sera pas remplacé par les Saoudiens ou les Turcs en tant que protecteur des sanctuaires musulmans de Jérusalem.

La coopération en matière d’eau avec la Jordanie est un autre domaine de collaboration potentielle. Le projet conjoint « Mer Rouge-Mer Morte » entre la Jordanie, Israël et l’Autorité palestinienne pour un canal reliant la mer Rouge et la mer Morte s’est effondré la semaine dernière, Amman ayant finalement mis fin au projet.

L’usine de dessalement de Sorek A, située à environ 15 km au sud de Tel Aviv. (Crédit : Yossi Zamir/FLASH90)

Israël pourrait impliquer la communauté internationale dans le pompage de l’eau dessalée de la Méditerranée vers la Jordanie, certains pipelines allant également vers l’Autorité palestinienne.

Dans le même temps, Israël devrait indiquer clairement qu’il attend de la Jordanie qu’elle soit un partenaire. « Nous devons également exiger des Jordaniens qu’ils cessent de participer à la campagne internationale contre Israël », a insisté Eran.

Un nouveau depart

Il existe d’autres opportunités pour Lapid et Bennett de poursuivre une nouvelle relation avec l’administration Biden.

« Nous voyons déjà un désir de Washington pour un nouveau départ dans la relation avec le gouvernement israélien après les années Bibi », a déclaré Natan Sachs, directeur du Centre pour la politique du Moyen-Orient à Brookings. « En termes de politique, peu de choses vont changer sur l’accord de Vienne (sur le nucléaire iranien), où les deux pays sont en désaccord, et sur la question palestinienne, où Bennett est plus éloigné de l’administration Biden que ne l’était Netanyahu. Mais l’administration Biden n’a pas l’intention de reprendre les négociations sur le statut final, de sorte que les divergences sur ce point pourraient occuper une place moins importante, tant que les événements sur le terrain le permettront. »

Abbas Araghchi (au centre, à droite), adjoint politique au ministère iranien des Affaires étrangères, et Helga Schmid (au centre, à gauche), secrétaire générale du Service d’action extérieure de l’UE (SEAE), participent à une réunion de la Commission mixte du Plan d’action global conjoint (JCPOA) à laquelle participent l’Allemagne, la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et l’Iran, le 28 juillet 2019 au Palais Coburg à Vienne, en Autriche. (Crédit : ALEX HALADA / AFP)

Bennett et Lapid ont indiqué vouloir éviter l’opposition très publique à l’accord nucléaire que Netanyahu a affichée lors de la préparation de l’accord en 2015. « Les événements à venir peuvent changer la dynamique rapidement, mais pour l’instant, on peut s’attendre à une relation facilitée », a déclaré Sachs.

Il existe également une opportunité d’améliorer le dialogue avec le Parti démocrate. Netanyahu a été critiqué pour s’être aligné trop étroitement avec les Républicains, et de nombreux Démocrates ont estimé qu’ils avaient un compte à régler avec Netanyahu, surtout après son opposition publique à l’accord sur le nucléaire iranien.

Lapid en a fait l’une de ses tâches primordiales dans son discours inaugural au ministère des Affaires étrangères.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères Yair Lapid (à gauche) et le ministre sortant Gabi Ashkenazi, lors de la cérémonie de passation de pouvoirs qui s’est tenue au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 14 juin 2021. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)

« La gestion de la relation avec le Parti démocrate aux États-Unis a été imprudente et dangereuse », a-t-il déclaré. « Les Républicains sont importants pour nous, leur amitié est importante pour nous, mais pas seulement l’amitié du Parti républicain. »

« Nous nous retrouvons avec une Maison Blanche, un Sénat et une Chambre démocrates et ils sont en colère. Nous devons changer la façon dont nous travaillons avec eux. »

Une opportunité avec la France

La relation avec la France, qui a été un partenaire problématique pour Israël, pourrait également changer sous le nouveau gouvernement.

Lapid et le président français Emmanuel Macron semblent avoir une estime mutuelle l’un pour l’autre. Quatre jours seulement avant les élections d’avril 2019, Macron a rencontré Lapid en privé à Paris.

Le numéro 2 du parti Kahol Lavan, Yair Lapid, rencontre le président français Emmanuel Macron à Paris, le 5 avril 2019. (Capture d’écran Facebook)

La Douzième chaîne israélienne a suggéré que la réunion était une démarche initiée par Macron pour « aider Lapid à gagner les élections ».

Lapid a déclaré qu’il considérait Macron comme un « ami » et l’a même soutenu lors de l’élection présidentielle française de 2017.

« Même si ce n’est pas dans mes habitudes de m’immiscer dans les élections d’autres pays, je ferai une exception cette fois-ci », a écrit Lapid dans un post Facebook en français à l’époque.

Les relations entre la France et Israël revêtent une importance accrue alors que la France s’apprête à assumer la présidence de l’UE en 2022 et pourrait choisir de placer la paix israélo-palestinienne au centre de son programme étranger.

La France a également rejoint le forum EastMed Gas en mars, ajoutant une nouvelle variable au dialogue Macron-Bennett/Lapid dans les mois à venir.

Le ministère des Affaires étrangères à la barre

M. Netanyahu a été accusé de minimiser le rôle du ministère des Affaires étrangères tout au long de son mandat, déplaçant des questions qui étaient du ressort du ministère vers son propre bureau ou vers des ministères nouvellement créés.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, le vice-ministre des Affaires étrangères Idan Roll et le directeur général du ministère des Affaires étrangères Alon Ushpiz à côté du drapeau nouvellement installé le 21 juin 2021. (Crédit : Ministère des affaires étrangères)

« Nous parlons d’un véritable travail de réhabilitation de l’ensemble du dispositif des affaires étrangères après des années de négligence », a déclaré M. Murciano.

Le gouvernement Bennett-Lapid a exprimé sa détermination à redonner au ministère des Affaires étrangères une place centrale dans la planification stratégique et l’engagement global d’Israël sur les principaux défis internationaux du pays.

« Ces dernières années, Israël a abandonné son service extérieur, et abandonné la scène internationale. Et nous nous sommes réveillés un matin en constatant que notre position internationale était affaiblie », a dénoncé Lapid la semaine dernière.

Lapid et Bennett se sont mis d’accord pour réhabiliter le ministère des Affaires stratégiques, qui a mené la lutte contre le BDS et la délégitimation, au sein du ministère des Affaires étrangères.

Le ministre des Affaires stratégiques Gilad Erdan s’exprime lors de la Conférence internationale des juristes à Jérusalem, le 5 février 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère des Affaires étrangères est bien placé pour diriger l’interaction d’Israël avec le monde. Pour la première fois depuis que Tzipi Livni a été ministre des Affaires étrangères pendant le mandat d’Ehud Olmert, Israël a, en la personne de Lapid, une figure dominante à la tête de la diplomatie israélienne.

Une lune de miel très courte

Le potentiel d’amélioration des liens diplomatiques s’accompagne de dangers.

« Si, en quelques mois, il n’y a pas de changement de politique, il y aura une déception au sein de la communauté internationale », prédit Aharonson.

« La période de lune de miel sera très courte. »

En outre, il y a un « plafond de verre » avec les États-Unis, limitant toute mesure prise par Israël, a déclaré Murciano.

Et tout le monde ne croit pas qu’une coalition aussi peu maniable soit en mesure de relever les défis les plus pressants d’Israël, surtout sans un homme d’État ayant fait ses preuves comme Netanyahu au pouvoir.

Abbas Araghchi, adjoint politique au ministère iranien des Affaires étrangères, quitte le « Grand Hotel Wien » après les négociations nucléaires à huis clos de Vienne, le 16 avril 2021, où les diplomates de l’UE, de la Chine, de la Russie et de l’Iran tiennent leurs discussions. (Crédit : JOE KLAMAR / AFP)

« Les experts du dimanche qui font de grandes prédictions sur les nouvelles opportunités de diplomatie sous la coalition Bennett-Lapid peuvent revenir me voir dans quelques mois – si le gouvernement idéologiquement incohérent dure aussi longtemps – et nous verrons s’ils font avancer les intérêts critiques de la politique étrangère israélienne, en particulier sur la menace iranienne », a déclaré un conseiller principal de Netanyahu.

« La politique étrangère de Netanyahu a toujours été guidée par une idéologie visant à renforcer Israël et il a eu raison à de maintes reprises. Il a fait valoir que les alliances internationales d’Israël seraient élargies en faisant d’abord de l’État juif une superpuissance économique et militaire régionale encore plus grande. Il l’a fait et les résultats sont clairs », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...