L’exigence des tests COVID-19 pour les arrivants prolongée en Israël
Rechercher

L’exigence des tests COVID-19 pour les arrivants prolongée en Israël

Jusqu'au 4 mai au moins, les voyageurs devront présenter à leur arrivée un résultat négatif datant de moins de 72 heures

Des employés du secteur médical dépistent les passagers au coronavirus à l'aéroport international Ben-Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Crédit : Flash90)
Des employés du secteur médical dépistent les passagers au coronavirus à l'aéroport international Ben-Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Crédit : Flash90)

Les ministres du gouvernement ont voté, lundi, la prolongation de l’exigence de la présentation d’un test à la COVID-19 lors de l’entrée sur le territoire israélien pour tous les voyageurs.

Un communiqué gouvernemental a établi que la directive restera en vigueur au moins jusqu’au 4 mai.

Les passagers devront se soumettre à un test de dépistage au coronavirus dans les 72 heures qui précèdent leur arrivée dans le pays, et ils devront se soumettre à un autre à leur débarquement de l’avion.

L’entrée en Israël est lourdement restreinte depuis la fin janvier. Le gouvernement avait alors ordonné la fermeture de l’aéroport Ben-Gurion, notamment pour les citoyens israéliens, citant l’inquiétude suscitée par l’arrivée, dans le pays, de variants résistants au vaccin.

Ces restrictions sur le trafic aérien avaient été ultérieurement allégées pour les citoyens avant les élections du 23 mars, mais la limitation quotidienne de l’accès sur le territoire à seulement 3 000 personnes avait été considérée comme inconstitutionnelle par la Haute cour de justice.

Aujourd’hui, l’entrée continue à être restreinte aux « capacités effectives » de l’aéroport.

La semaine dernière, l’État juif a rouvert le poste-frontière de Taba avec l’Égypte pour permettre à un nombre limité d’Israéliens vaccinés de se rendre dans la péninsule du Sinaï à l’occasion de Pessah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...