Israël en guerre - Jour 200

Rechercher
"Chacun peut se reconnaître dans son œuvre"

L’héritage de Maïmonide, rabbin, médecin et penseur du XIIe siècle, exposé à New York

"Le chemin d'or : Maïmonide à travers huit siècles", une exposition de la Yeshiva University, montre l'impact considérable de l'un des Sages les plus prolifiques du Moyen Âge

Dans le sens des aiguilles d'une montre, à partir de la gauche : Arthur Szyk, Maïmonide, New Canaan, 1950, aquarelle et gouache sur papier. (Collection du musée de l'université de Yeshiva, don de Louis Werner) ; Commentaire de Moïse Maïmonide sur la Mishna, Égypte, après 1168. (The Bodleian Libraries, University of Oxford) ; Guide des Egarés, Barcelone, 1347 ou 1348, par Moïse Maïmonide. (Bibliothèque royale du Danemark, Copenhague/ toutes les images proviennent de l'exposition du musée de la Yeshiva University "Le chemin d'or : Maïmonide à travers huit siècles")
Dans le sens des aiguilles d'une montre, à partir de la gauche : Arthur Szyk, Maïmonide, New Canaan, 1950, aquarelle et gouache sur papier. (Collection du musée de l'université de Yeshiva, don de Louis Werner) ; Commentaire de Moïse Maïmonide sur la Mishna, Égypte, après 1168. (The Bodleian Libraries, University of Oxford) ; Guide des Egarés, Barcelone, 1347 ou 1348, par Moïse Maïmonide. (Bibliothèque royale du Danemark, Copenhague/ toutes les images proviennent de l'exposition du musée de la Yeshiva University "Le chemin d'or : Maïmonide à travers huit siècles")

NEW YORK – En 1784, trois ans après la révolution américaine, le cantor new-yorkais Hendla Jochanan van Oettingen avait composé une prière au profit du général George Washington et du gouverneur DeWitt Clinton. Cette prière aurait pu, semble-t-il, se perdre dans l’Histoire si van Oettingen n’avait pas su relier les 13 principes de foi de Maïmonide à la liberté retrouvée des 13 États d’origine.

Ce parchemin est aujourd’hui exposé dans l’exposition « Le chemin d’or : Maïmonide à travers huit siècles », une nouvelle exposition du musée de la Yeshiva University au Centre d’histoire juive. À l’instar des nombreux manuscrits et objets exposés – certains pour la première fois – la prière illustre l’impact et l’influence considérables de l’un des érudits de la Torah les plus prolifiques du Moyen Âge.

Né en 1138 à Cordoue, dans l’actuelle Espagne, Moïse ben Maïmon, ou Maïmonide, était un rabbin, un médecin et un philosophe séfarade. Après l’exil forcé des Juifs de Cordoue en 1148, il avait travaillé et vécu au Maroc et en Égypte, où il avait été le médecin personnel du sultan Saladin. En matière d’érudition juive, de philosophie et de science, Maïmonide était un avant-gardiste. C’est pourquoi – bien que vénérés par beaucoup – ses travaux philosophiques avaient été considérés comme hérétiques par certains rabbins et interdits jusqu’au 19e siècle.

« Il est fascinant de voir la multiplicité de Maïmonide. Il était si prolifique et expansif que chacun peut se reconnaître dans son œuvre », déclare David Sclar, commissaire invité de l’exposition.

En parcourant les trois sections de l’exposition, « Luminaire », « Éclat » et « Prisme », il devient évident que Maïmonide est à la fois un miroir et un objectif pour les générations qui ont suivi sa mort en Égypte en 1204.

« C’était un véritable polymathe. Les gens peuvent relever l’aspect de lui auquel ils s’identifient le plus ; il y a le pouvoir de ses idées, le pouvoir de son identité et le pouvoir de ses mots écrits. On peut prendre une partie de lui et la rendre primordiale », analyse Gabriel Goldstein, directeur associé des expositions et des programmes du musée de la Yeshiva University.

Le Livre des commandements, ou Sefer Hamitzvot, de Moïse Maïmonide ; Yémen, 1492. (Collection de la famille Hartman / Exposition du musée de l’université de Yeshiva « Le chemin d’or : Maïmonide à travers huit siècles »/ Photo d’Ardon Bar Hama)

Les amateurs de sciences et les universitaires pourraient être intéressés par la manière dont Sir Isaac Newtown avait consulté les lois sur la nouvelle lune établies par Maïmonide lorsqu’il avait réformé le calendrier julien. Pour les artistes, il y a le portrait de Ben Shahn, réalisé en 1957, de « Science and the Humanities » de Maïmonide, qui avait servi de modèle à la mosaïque murale qui orne aujourd’hui le lycée William E. Grady Career and Technical Education High à Brooklyn.

D’autres pourront s’intéresser à la ménorah dessinée à la main par Maïmonide, dont le design anguleux, plutôt que courbe, a été adopté par le mouvement Habad pour les célébrations publiques de Hanoukka. Et les amateurs de culture pop trouveront un étui pour iPhone et une grenouillère rose, tous deux à l’effigie du Sage.

Panneau d’une porte d’arche de la Torah, Égypte, XIe siècle, avec sculpture et peinture postérieures. (The Walters Art Museum, Baltimore [fonds fournis par le W. Alton Jones Foundation Acquisition Fund, 2000] et Yeshiva University Museum [fonds fournis par la Jesselson Foundation]/ De l’exposition du Yeshiva University Museum « The Golden Path : Maïmonide à travers huit siècles ». Photo de Susan Tobin)
Grâce à un partenariat avec des collections internationales, l’exposition, qui se tiendra jusqu’en décembre, présente la plus impressionnante collection de manuscrits et d’objets de Maïmonide jamais réunie, selon Sclar.

Parmi les pièces prêtées figurent des manuscrits yéménites du XIIIe siècle et des livres imprimés anciens provenant des archives d’État italiennes. Des textes produits par et pour des publics chrétiens proviennent de la collection Hartman, basée à Chicago, la plus importante collection privée de manuscrits et de livres rares de Maïmonide. Les Bodleian Libraries d’Oxford ont prêté deux manuscrits enluminés, qui portent tous deux sa signature. En outre, des fragments de la Genizah du Caire ont été prêtés par la bibliothèque du Séminaire théologique juif.

Outre les manuscrits, la synagogue Ben Ezra du Caire possède une porte sculptée de l’arche de la Torah datant du XIe siècle. Bien que Maïmonide n’ait pas été membre de cette synagogue, il l’aurait vue lorsqu’il y vivait, a expliqué Goldstein.

Le « Moreh Nevukhim », ou « Guide des Égarés », principal ouvrage philosophique de Maïmonide, est également exposé pour la première fois au public. Achevé en 1349, ce manuscrit richement enluminé est prêté par la Bibliothèque royale de Copenhague.

Guide des Egarés, Barcelone, 1347 ou 1348, par Moïse Maïmonide. (Bibliothèque royale du Danemark, Copenhague/ Exposition du musée de l’université Yeshiva « Le chemin d’or : Maïmonide à travers huit siècles »)

Aujourd’hui encore, la feuille d’or qui orne les marges n’a pas perdu de son éclat et le paon bleu se détache toujours de la page. Considéré comme l’un des plus beaux exemples des traditions d’enluminure de l’époque, l’état quasi parfait du manuscrit témoigne de la vénération que les gens avaient, et continuent d’avoir, pour les idées de Maïmonide.

« C’est absolument époustouflant », s’exclame Goldstein, ajoutant qu’il ressent un lien personnel avec l’œuvre depuis qu’il l’a vue pour la première fois il y a plusieurs décennies, alors qu’il travaillait comme stagiaire, l’été.

Sclar, qui est également professeur de lycée à la Frisch School dans le New Jersey, note qu’il était important pour lui que l’exposition soit accessible aux collégiens, aux universitaires sérieux et à tous les autres.

« Voir ces pièces de ses propres yeux est important car cela nous permet de voir que Maïmonide était une personne. Mon souhait le plus cher est que les gens regardent ces objets, s’assoient, discutent et apprennent les uns des autres », ajoute Sclar.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.