Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

L’hôpital souterrain fortifié de Haïfa se prépare à la guerre

L’établissement situé dans le parking de Rambam peut accueillir 8 000 patients et être complètement autonome trois jours en cas de guerre non conventionnelle

Du personnel soignant préparant l'hôpital d'urgence souterrain fortifié Sammy Ofer au centre hospitalier Rambam de Haïfa après le déclenchement de la guerre, le 11 octobre 2023. (Crédit : Rambam)
Du personnel soignant préparant l'hôpital d'urgence souterrain fortifié Sammy Ofer au centre hospitalier Rambam de Haïfa après le déclenchement de la guerre, le 11 octobre 2023. (Crédit : Rambam)

Cela ressemble à un garage, mais c’est bien plus que cela. L’endroit où les patients, les visiteurs et le personnel du Rambam Health Care Campus à Haïfa garent habituellement leur voiture est aussi un hôpital souterrain fortifié capable d’accueillir 2 000 lits en temps de guerre, comme c’est le cas en Israël aujourd’hui.

Pour la première fois depuis son ouverture en 2014, l’hôpital d’urgence souterrain fortifié Sammy Ofer a été entièrement converti cette semaine en cas de déclenchement des hostilités avec le Hezbollah et d’autres groupes terroristes aux frontières nord d’Israël.

Étant le seul hôpital de soins tertiaires dans le nord (fournissant des soins à certains spécialistes) et un centre de traumatologie de niveau 1, Rambam doit être prêt.

Peu après l’assaut meurtrier et le barrage de missiles sur Israël lancés par les terroristes du Hamas depuis Gaza, qui ont commencé samedi et ont jusqu’à présent coûté la vie à plus de 1 300 Israéliens et fait plus de 3 000 blessés, le ministère de la Santé a demandé à la direction de Rambam de mobiliser le personnel et l’armée israélienne pour transformer le parking de 1 500 véhicules en hôpital.

La tâche n’a duré que 36 heures et, maintenant que tout est prêt, dès que les autorités l’ordonneront, il sera possible de transférer les patients depuis les services en surface.

En 2006, lors de la deuxième guerre du Liban, Rambam fonctionnait entièrement en surface et n’était pas suffisamment protégé lorsque 60 roquettes sont tombées dans un rayon de 800 mètres autour de l’hôpital.

« La direction de l’hôpital a alors décidé qu’une telle situation ne pouvait plus se reproduire », a expliqué le professeur Michael (Miki) Halberthal, PDG et directeur général de Rambam.

Michael Halberthal, directeur général et PDG du Rambam Health Care Campus, octobre 2023. (Crédit : Autorisation/Rambam)

« Conformément à notre engagement à soigner les patients dans tous les cas de figure, il était nécessaire de construire une zone où nous pourrions le faire durant une confrontation militaire, qu’elle soit conventionnelle ou non conventionnelle », a-t-il déclaré.

Il a fallu huit ans pour collecter des fonds, concevoir et construire l’établissement le plus innovant et le plus grand d’Israël. Il dispose de 24 salles d’opération et de tous les services et équipements nécessaires pour soigner les patients.

Des milliers de touristes et de professionnels de la santé du monde entier sont venus le voir.

Depuis son ouverture en 2014, des exercices sont régulièrement organisés pour préparer le personnel à un événement réel, comme c’est le cas actuellement.

Depuis, certains membres du personnel ont déjà eu l’occasion de travailler dans la zone fortifiée.

« Pendant le COVID, nous avons utilisé l’hôpital souterrain pour traiter les patients du COVID et les isoler du reste des patients de l’hôpital en surface. Mais il s’agissait d’une utilisation limitée des installations », explique Halberthal.

Cette semaine, les trois niveaux, d’une superficie de 20 000 mètres carrés chacun, ont été aménagés pour accueillir les patients déjà traités à Rambam, ainsi que d’autres qui arriveraient par ambulance ou par hélicoptère.

Selon Halberthal, la plupart des blessés civils et militaires nécessiteront les soins de Rambam en matière de traumatologie.

Les patients ayant des problèmes de santé seraient transférés dans les hôpitaux communautaires d’autres villes du nord, telles que Nahariya, Safed et Tibériade. Ces hôpitaux ont déjà annoncé qu’ils avaient déplacé leurs services sous terre ou dans des zones fortifiées en surface.

Il a indiqué que Rambam avait déjà reçu 50 patients victimes des attaques odieuses du Hamas dans le sud, dont 11 sont encore à l’hôpital. Ils souffrent principalement de blessures par balles et d’éclats d’obus.

À partir du moment où Halberthal en recevra l’ordre, les patients et le personnel auraient huit à dix heures pour être déplacés au sous-sol en cas d’ordre d’évacuation des bâtiments situés en surface.

« Cela doit être très rapide. Ce sont nos ordres », a-t-il expliqué.

Plusieurs escarmouches ont eu lieu à la frontière nord ces derniers jours, et le processus de transfert de l’hôpital a été déclenché mercredi soir lorsque des alertes ont été lancées pour ce que l’on pensait être un raid de drone en provenance du Liban. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une fausse alerte et Rambam a interrompu le transfert des patients et a annoncé que tous les services et activités normaux se dérouleraient comme d’habitude le jeudi.

Dans des conditions de guerre intenses, et fonctionnant à plein régime, l’hôpital souterrain fortifié pourrait accueillir jusqu’à 8 000 personnes – patients et personnel. Il y aurait même une crèche pour les enfants du personnel.

« En cas de guerre biologique ou chimique, nous pouvons fermer les portes et être totalement autosuffisants pendant trois jours, sans aucune aide extérieure. Nous avons suffisamment d’électricité, d’eau, de nourriture, de gaz et d’oxygène pour trois jours », a expliqué Halberthal.

Il a ajouté que Rambam préfèrerait que les renseignements lui donnent suffisamment de temps pour déplacer tous les patients sous terre, plutôt que d’avoir à le faire à la suite d’une attaque surprise de missiles.

« Mais nous préférerions ne pas avoir à y recourir du tout. Espérons que nous n’aurons pas à le faire », a conclu Halberthal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.