Rechercher

Liban: 3 membres du Hamas tués par des coups de feu dans un camp palestinien

Ces morts surviennent lors des funérailles d'un membre du mouvement terroriste islamiste près de Tyr où une explosion a tué vendredi soir Hamza Shaheen

Cortège funèbre pour Hamza Ibrahim Shahin, membre du mouvement terroriste du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, dans le camp de Burj al-Shamali pour réfugiés palestiniens près de la ville côtière de Tyr, dans le sud du Liban, le 12 décembre. 2021. (Crédit : Mahmoud ZAYYAT / AFP)
Cortège funèbre pour Hamza Ibrahim Shahin, membre du mouvement terroriste du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, dans le camp de Burj al-Shamali pour réfugiés palestiniens près de la ville côtière de Tyr, dans le sud du Liban, le 12 décembre. 2021. (Crédit : Mahmoud ZAYYAT / AFP)

Trois membres du Hamas ont été tués dimanche par des tirs lors des funérailles d’un membre du mouvement terroriste islamiste dans un camp palestinien près de Tyr dans le sud du Liban, a indiqué à l’AFP un responsable de la formation palestinienne.

Raafat al-Murra a accusé dimanche « des militants du [mouvement palestinien rival] Fatah d’avoir tiré en direction du convoi funèbre » d’un Palestinien qui avait été tué vendredi dans une explosion dans ce même camp de Bourj al-Chemali.

Un des habitants du camp a indiqué à l’AFP qu’un accrochage armé avait eu lieu dimanche après les tirs.

Hamza Shaheen a été tué après l’explosion, vendredi soir, d’un dépôt d’armes présumé du Hamas, caché sous une mosquée du camp, situé près de la ville portuaire de Tyr.

La semaine dernière, le journal Yedioth Ahronoth a rapporté que le Hamas avait discrètement créé ces dernières années une branche libanaise de son groupe terroriste basé à Gaza afin d’ouvrir un front supplémentaire contre Israël lors de futurs conflits.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a affirmé, samedi, que l’explosion survenue dans un camp de réfugiés du sud du Liban, avait été entraînée par un court-circuit électrique dans un entrepôt où se trouvaient des bouteilles d’oxygène utilisées pour soigner les malades atteints par le coronavirus.

L’agence de presse d’État libanaise National News Agency (NNA) avait fait savoir que des armes appartenant au Hamas avaient explosé vendredi dans le camp de Burj al-Shamali, faisant un certain nombre de morts et de blessés. Un responsable de la sécurité avait confirmé que l’explosion avait fait des victimes, sans donner de détails.

Le Hamas a expliqué que les bouteilles d’oxygène et les conteneurs de détergents stockés dans le camp devaient être distribués dans le cadre du programme d’aide du groupe terroriste.

« Le Hamas condamne la campagne médiatique mensongère et la propagation de fausses informations qui ont accompagné cet incident », a noté l’organisation dans sa déclaration, avant d’ajouter que les informations sur l’origine de l’explosion ainsi que celles portant « sur la mort de dizaines de personnes » étaient sans fondement.

Ce démenti a eu lieu après qu’une source du Hamas a confié à un journal libanais que les armes dissimulées qui avaient explosé étaient « défensives ». Elle avait aussi confirmé que l’explosion avait été entraînée par un incendie.

Les vitres brisées et les murs noircis d’une mosquée endommagée dans une explosion à l’intérieur du camp de réfugiés palestiniens de Burj al-Shemali à proximité de la ville de Tyre, au sud du Liban, le 11 décembre 2021. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Selon des informations initiales, un incendie s’était déclaré dans une réserve de carburant avant de se propager dans une mosquée voisine, contrôlée par le Hamas. Les flammes auraient été à l’origine de l’explosion d’armes qui auraient été stockées dans la mosquée, selon les résidents.

Immédiatement après l’explosion, les troupes libanaises auraient été déployées autour du camp et elles auraient brièvement empêché les gens d’en sortir ou d’y entrer.

Selon l’agence NNA, le procureur de l’État, dans le sud du Liban, aurait demandé aux agences de sécurité et aux experts en armement d’inspecter l’entrepôt d’armes du Hamas à l’intérieur du camp.

Il y a des dizaines de milliers de réfugiés palestiniens et de leurs descendants au Liban. Un grand nombre vivent dans les douze camps de réfugiés qui sont éparpillés dans ce petit pays méditerranéen.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...