Liban : des civils confisquent « l’équipement » d’une patrouille de l’ONU
Rechercher

Liban : des civils confisquent « l’équipement » d’une patrouille de l’ONU

Le convoi est reparti après l'intervention de l'armée libanaise mais "l'équipement n'a pas été rendu aux soldats de la paix", a déclaré la Finul

Les soldats de la paix de l'ONU défilent lors d'une cérémonie marquant le transfert d'autorité entre le chef de mission sortant et le nouveau chef de mission au quartier général de la FINUL dans la ville de Naqoura, au Liban, le 7 août 2018. (AP/Bilal Hussein)
Les soldats de la paix de l'ONU défilent lors d'une cérémonie marquant le transfert d'autorité entre le chef de mission sortant et le nouveau chef de mission au quartier général de la FINUL dans la ville de Naqoura, au Liban, le 7 août 2018. (AP/Bilal Hussein)

Du matériel d’une patrouille de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a été confisqué par des civils, a indiqué samedi dans un communiqué cette force de maintien de la paix dans le sud du pays, sporadiquement impliquée dans des incidents avec la population locale.

Le « convoi » onusien traversait vendredi le petit village de Kaouthariyet El-Saiyad, en regagnant l’une de ses bases, quand « un large groupe de civils (…) a dépossédé la patrouille de la Finul de son équipement », selon le communiqué, qui ne précise pas la nature de ce matériel.

Le convoi est reparti après l’intervention de l’armée libanaise mais « l’équipement n’a pas été rendu aux soldats de la paix », a poursuivi la Finul.

Une telle confiscation de matériel par des civils est rare mais la force onusienne connaît de temps en temps des incidents avec la population du sud du Liban, bastion du mouvement terroriste chiite du Hezbollah, poids lourd de la vie politique libanaise.

Les patrouilles onusiennes peuvent être prises à parti par des habitants, qui bloquent parfois leur passage.

Présente au Liban depuis 1978, la Finul compte quelque 10 500 Casques bleus. Elle surveille depuis 2006 la frontière israélienne en coordination avec l’armée libanaise et veille à l’application de la résolution 1701 du Conseil de sécurité, adoptée après la guerre ayant opposé Israël au Hezbollah.

En août, le Conseil de sécurité a prolongé d’un an son mandat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...