Liban : le Hezbollah pro-iranien en passe de confirmer son emprise politique
Rechercher

Liban : le Hezbollah pro-iranien en passe de confirmer son emprise politique

Le Premier ministre sunnite Saad Hariri et son parti, le Courant du Futur, figurent parmi les perdants de ces législatives

  • Un partisan libanais du groupe terroriste du  Hezbollah jette son bulletin lors des premières élections législatives depuis 9 ans dans un bureau de vote de la ville majoritairement chiite de Baalbeck,dans l'est de la vallée de Bekaa, à proximité de la frontière avec la Syrie, le 6 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Haitham MOUSSAWI)
    Un partisan libanais du groupe terroriste du Hezbollah jette son bulletin lors des premières élections législatives depuis 9 ans dans un bureau de vote de la ville majoritairement chiite de Baalbeck,dans l'est de la vallée de Bekaa, à proximité de la frontière avec la Syrie, le 6 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Haitham MOUSSAWI)
  • Des partisans du Hezbollah parcourent la ville de Nabatieh, dans le sud du Liban, lors des premières élections parlementaires en neuf ans, le 6 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MAHMOUD ZAYYAT)
    Des partisans du Hezbollah parcourent la ville de Nabatieh, dans le sud du Liban, lors des premières élections parlementaires en neuf ans, le 6 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MAHMOUD ZAYYAT)
  • Un délégué du Hezbollah vérifie les listes des électeurs dans un bureau de vote d'un quartier du sud de Beyrouth, au Liban, lors des premières élections parlementaires en neuf ans, le 6 mai 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
    Un délégué du Hezbollah vérifie les listes des électeurs dans un bureau de vote d'un quartier du sud de Beyrouth, au Liban, lors des premières élections parlementaires en neuf ans, le 6 mai 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
  • Une femme chiite libanaise montre son doigt taché d'encre et brandit un drapeau du  Hezbollah après avoir voté dans la capitale de Beyrouth, au Liban, lors des premières élections parlementaires en neuf ans, le 6 mai 2018 (Crédit :  AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
    Une femme chiite libanaise montre son doigt taché d'encre et brandit un drapeau du Hezbollah après avoir voté dans la capitale de Beyrouth, au Liban, lors des premières élections parlementaires en neuf ans, le 6 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)

Le groupe terroriste chiite du Hezbollah, un des principaux alliés de l’Iran au Moyen-Orient, semble lundi en passe de confirmer son emprise sur la scène politique libanaise, au lendemain des premières législatives en près d’une décennie dans le pays.

Le scrutin a par ailleurs été marqué par un faible taux de participation – 49,2 %- ainsi que par l’émergence d’un mouvement de la société civile contestant les partis au pouvoir, qui devrait remporter deux sièges au parlement (128 sièges).

Le partage du pouvoir au Liban entre les différentes communautés religieuses empêche la suprématie d’un seul parti ou d’une communauté au sein de l’hémicycle. Le Hezbollah, très populaire dans ses bastions, devrait toutefois conforter sa position grâce aux alliances qu’il pourrait tisser ou renouveler.

Les estimations du parti chiite, quelques heures après le début du dépouillement, indiquent que le mouvement a raflé la mise quasiment partout où il était présent.

Si les résultats officiels sont attendus dans la journée, ces premières tendances laissent apparaître que le Hezbollah devrait, avec ses alliés, pouvoir forger plus facilement une majorité en sa faveur sur des questions clés telles que celle des armes, qu’il n’a jamais déposées après la guerre civile (1975-90).

Dans un contexte de fortes tensions régionales autour du rôle de l’Iran, principal parrain du mouvement chiite, « le Hezbollah est bien parti pour avoir une grande influence dans le processus décisionnel » au Liban, déclare à l’AFP le politologue, Karim el-Mufti.

Le courant Hariri perdant

Principale figure du camp rival, le Premier ministre sunnite Saad Hariri et son parti politique, le Courant du Futur, figurent en outre parmi les perdants de ces législatives.

Ce courant, soutenu par l’Arabie saoudite, « devrait perdre quelques sièges », affirme M. El-Mufti.

La reconduction au poste de chef de gouvernement n’est « pas menacée », poursuit l’analyste. Mais ce revers intervient six mois après le feuilleton de la démission surprise de M. Hariri depuis Ryad, qui avait suscité une vaste mobilisation populaire et diplomatique.

Mécontente des compromis du Premier ministre vis-à-vis du Hezbollah pro-iranien, l’Arabie saoudite avait finalement laissé le fils de l’ex-Premier ministre assassiné Rafic Hariri rentrer sous les vivats au Liban.

A Beyrouth, les nouveaux contours du parlement pourraient en parallèle laisser le parti chrétien du président Michel Aoun jouer le rôle d’arbitre auquel il prétend.

Saad Hariri salue ses supporters à Beyrouth, le 22 novembre 2017. (Crédit : AFP/Stringer)

« Le plus grand acteur sera le groupe du président Aoun, qui évoluera parmi les blocs non alignés, et le Hezbollah bénéficiera de ce fait de l’absence d’une large coalition » face à lui, explique le politologue Imad Salamey.

Créé au début des années 1980 dans la foulée de la Révolution islamique iranienne pour lutter contre Israël, le Hezbollah combat actuellement en Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad.

Il est considéré comme une organisation « terroriste » par les Etats-Unis, et cinq de ses membres ont été accusés dans l’assassinat en 2005 de Rafic Hariri.

« Nous croyons au changement »

Au Liban, les dernières législatives remontaient à 2009: le mandat du Parlement avait ensuite été prorogé à trois reprises en arguant des risques pour la sécurité du pays liés au débordement de la guerre en Syrie.

Un taux de participation plus élevé était ainsi prévu, mais la nouvelle loi électorale ainsi que les bulletins de vote pré-imprimés utilisés dimanche semblent avoir dérouté des électeurs.

Le nouveau code est basé sur un système proportionnel complexe, et « ni les électeurs ni les responsables de bureaux de vote ne sont encore familiers avec cette nouvelle loi », a déclaré dimanche soir le ministre de l’Intérieur, Nohad Machnouk.

Des partisans du groupe terroriste du Hezbollah, paradent, le jour des élections parlementaires, avec des drapeaux du parti et des portraits de son chef, Hassan Nasrallah, dans les rues de Baalbeck, à l’est de la vallée du Bekaa, près de la frontière avec la Syrie, le 6 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Haitham EL-TABEI)

D’autres ont été dissuadés par « l’absence de logique politique » en terme d’alliances électorales, fait valoir Karim el-Mufti.

Malgré cette participation décevante d’un électorat qui comptait environ 800 000 nouveaux électeurs, l’actuelle loi électorale, plus représentative, doit permettre à une liste de la société civile de faire son entrée au parlement.

Deux femmes, la journaliste de télévision Paula Yacoubian et l’auteure Joumana Haddad, devraient l’emporter, selon leur coalition « Koullouna Watani ».

Les deux militantes se sont engagées à « défier » l’establishment politique qu’elles jugent corrompu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...