Rechercher

L’imam de Lod inculpé pour incitation à la violence au Mont du Temple

Cheikh Yusuf Albaz a été inculpé pour un message sur Facebook et des propos encourageant les émeutes. Il est déjà jugé pour des propos similaires il y a un an

Sheikh Yusuf Albaz comparaît devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 28 octobre 2021. (Crédit : Flash90)
Sheikh Yusuf Albaz comparaît devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 28 octobre 2021. (Crédit : Flash90)

Les procureurs ont déposé vendredi matin deux actes d’accusation contre le cheikh Yusuf Albaz, 63 ans, de Lod, accusant l’imam d’incitation à la violence.

Le département du cyberespace du bureau du procureur de l’État a déposé ces accusations en raison du soutien public qu’Albaz a témoigné aux émeutiers qui s’en sont pris à la police sur le Mont du Temple pendant le Ramadan.

Albaz a été arrêté en avril et interrogé par la police sur ses positions et « la publication de contenus… soupçonnés d’avoir incité à la violence contre les forces de l’ordre et soutenu de violents troubles à l’ordre, entre autres choses », indique la police.

Le premier acte d’accusation concerne des propos publiés par Albaz sur son compte Facebook saluant les « jeunes, les courageux, les assiégés, les défenseurs de la liberté » qui avaient pris part aux émeutes.

« C’est le tableau d’honneur djihadiste, qui a écrasé l’occupation israélienne dans le sang et l’a empêchée de diviser la mosquée Al-Aqsa », avait-il ajouté, parlant des émeutiers comme des « héros ».

Le deuxième acte d’accusation concerne un discours prononcé par Albaz lors d’une conférence donnée à proximité de la Grande Mosquée de Lod, où cours de laquelle il aurait fait l’éloge des émeutiers.

« Ces jeunes porteurs de masques défendent la bienheureuse mosquée Al-Aqsa de leurs seuls corps, avec pour armes quelques pierres, du fer et du bois face à une machine de guerre israélienne… Nous devrions leur baiser le visage et les pieds, car sans eux Israël aurait vidé la mosquée Al-Aqsa il y a longtemps », aurait déclaré Albaz suivant l’acte d’accusation.

Policiers lors d’affrontements avec des Palestiniens sur le mont du Temple, le 5 mai 2022. (Crédit : Capture d’écran Twitter)

Les procureurs ont demandé qu’Albaz soit détenu jusqu’à la fin de la procédure judiciaire, évoquant les conséquences « réelles et substantielles » causées par ses propos.

« Ce sont des déclarations provocatrices faites par un individu très influent, dans une période des plus tendues que reflètent les graves émeutes et nombreux attentats terroristes qui ont coûté la vie à 19 Israéliens dans tout le pays », peut-on lire dans l’acte d’accusation.

Ce n’est pas la première fois qu’Albaz fait face à des accusations d’incitation à la violence. Un autre procès est en cours contre lui devant le tribunal de première instance de Ramle pour des propos tenus par l’imam lors de l’opération « Gardien des murs » en 2021.

Dans l’un de ses messages au moment des faits, Albaz avait publié [sur ses réseaux sociaux] un extrait du film australien « Wolf Creek » donnant à voir l’assassinat de deux policiers, assorti du commentaire, « la meilleure façon de régler les injustices ».

Dans un autre message, Albaz aurait menacé l’adjoint au maire de Lod, Yossi Harush. « Je vous conseille de cesser les intimidations parce que vos provocations nous conduiront de nouveau [aux émeutes] et vous en paierez le prix », aurait écrit Albaz. « Et pour ce qui est de la guerre dont vous nous menacez, Yossi Harush, soyez assuré que nous sommes prêts à donner notre vie pour faire cesser vos intimidations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...