Rechercher

L’Interview d’un ministre taïwanais dans le Jerusalem Post mécontente la Chine

Selon le rédacteur en chef du journal, un diplomate chinois à Tel Aviv a menacé de boycotter le journal et dégrader les relations avec Israël si l’interview n’était pas retirée

Le ministre des Affaires étrangères de Taïwan, Joseph Wu, prononce un discours lors de sa visite au Sénat tchèque à Prague, en République tchèque, le mercredi 27 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Petr David Josek)
Le ministre des Affaires étrangères de Taïwan, Joseph Wu, prononce un discours lors de sa visite au Sénat tchèque à Prague, en République tchèque, le mercredi 27 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Petr David Josek)

Le rédacteur en chef du Jerusalem Post a déclaré avoir reçu l’appel d’un diplomate chinois en colère, après la publication d’une interview du ministre taïwanais des Affaires étrangères. Le diplomate aurait agité la menace d’une dégradation des relations avec Israël.

Yaakov Katz a publié, mercredi, l’interview de Joseph Wu, mettant en garde Israël contre un rapprochement excessif avec la Chine, se faisant l’écho d’avertissements américains. Il a rapidement reçu l’appel d’un diplomate de haut rang, en poste à l’ambassade de Chine à Tel Aviv, a-t-il confié à la JTA.

« Il a dit que si je ne retirais pas cette publication, ils rompraient toute relation avec le Jerusalem Post et que cette décision nuirait gravement aux relations entre l’État d’Israël et la Chine », a précisé Katz, sans donner le nom du diplomate.

Katz a évoqué cet échange sur Twitter, et l’ambassade de Chine a, dans la foulée, rendu publiques ses objections. Dans une déclaration adressée à Katz, que ce dernier a publiée sur Twitter, l’ambassade a émis un avertissement assez général. Le sous-entendu est néanmoins assez clair s’agissant de l’effet qu’aurait sur les relations sino-israéliennes le maintien de la publication.

« L’ambassade de Chine en Israël condamne l’attitude du Jerusalem Post qui a publié une « interview exclusive » de Joseph Wu, séparatiste favorable à l’indépendance de Taiwan. Cela contribue à répandre des bruits séparatistes au mépris total des objections de l’ambassade », indique le communiqué.

« Nous demandons au Jerusalem Post de respecter les intérêts fondamentaux de la Chine et les sentiments nationaux du peuple chinois, veiller à ne pas se faire manipuler par les forces indépendantistes taïwanaises ou les forces étrangères anti-chinoises, et prendre des mesures concrètes pour résorber les impacts négatifs de l’interview et ainsi contribuer au maintien de bonnes relations sino-israéliennes. »

Katz a refusé de se plier à l’injonction.

« Le Jerusalem Post est le porte-parole des histoires qui comptent, pour ses lecteurs et pour le monde », a rappelé Katz à la JTA. « Cela passe par des entretiens avec de hauts responsables gouvernementaux, dont ceux de Taïwan. Nous sommes déterminés à continuer à faire notre travail, au service d’un journal israélien de premier plan. »

Wu a également pris la parole, déclarant sur Twitter: « J’ai du mal à imaginer quel diplomate malhonnête ose menacer le grand état d’#Israel, son indépendance et la liberté de sa presse. »

Dans l’interview, M. Wu a déclaré que les dirigeants chinois retiraient une « mauvaise leçon » de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, en semblant envisager d’attaquer Taïwan.

« Il semble que la Chine ait tiré une mauvaise leçon, et qu’elle étudie ce qui n’a pas fonctionné dans le cas de la guerre russe contre l’Ukraine afin de faire mieux », a déclaré Wu. « Et si tel est le cas, je pense que leur détermination à s’en prendre à Taïwan n’en sera que plus grande. »

M. Wu a confié que les relations naissantes d’Israël avec la Chine constituaient une menace pour les intérêts de sécurité d’Israël.

« Ils utilisent parfois le commerce à la manière d’une arme. Nous les avons vus développer des relations commerciales militarisées avec de nombreux pays », a-t-il conclu .

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...