Rechercher

L’Iran acheminerait clandestinement des armes au Yémen – ONU

De petites embarcations en bois et des moyens de transport terrestres ont été utilisés pour tenter de faire passer illégalement au Yémen des armes fabriquées en Russie, en Chine et en Iran

Des armes illicites saisies sur un navire de pêche apatride dans le nord de la mer d'Arabie, en provenance d'Iran et à destination du Yémen ravagé par la guerre, sont triées pour être inventoriées à bord du pont d'envol du destroyer lance-missiles USS O'Kane (DDG 77), sur une photo publiée 21 décembre 2021. (Crédit : Spécialiste de la communication Seaman Elisha Smith/US Navy via AP)
Des armes illicites saisies sur un navire de pêche apatride dans le nord de la mer d'Arabie, en provenance d'Iran et à destination du Yémen ravagé par la guerre, sont triées pour être inventoriées à bord du pont d'envol du destroyer lance-missiles USS O'Kane (DDG 77), sur une photo publiée 21 décembre 2021. (Crédit : Spécialiste de la communication Seaman Elisha Smith/US Navy via AP)

Des milliers d’armes, dont des lance-roquettes et des mitrailleuses, saisies ces derniers mois par la marine américaine en mer d’Arabie venaient probablement d’un même port iranien, à destination notamment du Yémen, a rapporté samedi le Wall Street Journal citant un projet de rapport confidentiel de l’ONU.

Le quotidien américain, citant ce texte préparé par un groupe d’experts du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Yémen, affirme que de petites embarcations en bois et des moyens de transport terrestres ont été utilisés pour tenter de faire passer illégalement au Yémen, ravagé par la guerre civile depuis 2014, des armes fabriquées en Russie, en Chine et en Iran.

Les auteurs du projet de rapport, qui se fondent sur des entretiens avec des membres d’équipage yéménites de ces embarcations ainsi que sur les données d’instruments de navigation, révèlent que les navires utilisés pour transporter les armes sont partis du port de Jask, (sud-est de l’Iran), sur la mer d’Oman, selon le Wall Street Journal.

L’Arabie saoudite, à la tête d’une coalition militaire qui appuie depuis 2015 le gouvernement yéménite dans sa guerre contre les rebelles Houthis soutenus par l’Iran, et les Etats-Unis accusent depuis longtemps l’Iran de fournir des armes aux Houthis, ce que dément Téhéran.

Dans cette photo publiée le 20 décembre 2021 par l’US Navy, des membres du service de patrouille du navire côtier USS Typhoon font l’inventaire d’un envoi illicite d’armes à bord d’un navire de pêche apatride transitant par les eaux internationales dans le nord de la mer d’Arabie. (Crédit : US Navy via AP)

L’ONU a imposé un embargo sur les armes aux rebelles Houthis en 2015.

L’Iran a affirmé au groupe d’experts de l’ONU que ses armes n’étaient ni vendues, ni acheminées ni exportées au Yémen, écrit le journal.

Selon le quotidien, le vice-ministre de l’information des Houthis, Nasr al-Din Amir, a démenti que l’Iran transporte des armes au Yémen, une « illusion » selon lui.

Le conflit au Yémen, déclenché en 2014, s’intensifie, la coalition menée par l’Arabie saoudite multipliant les raids aériens ces derniers jours sur la capitale Sanaa, tenue par les rebelles.

L’ONU estime que la guerre au Yémen a tué 377 000 personnes, dont une grande majorité de décès dus aux conséquences indirectes du conflit, en particulier le manque d’eau potable, la faim et les maladies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...