Rechercher

L’Iran déploie un nouveau missile de croisière anti-navire

Le ministre de la Défense affirme que le missile Nasir ouvre "un nouveau chapitre" des capacités défensives du pays

Le ministère iranien de la Défense a livré la première unité d’un nouveau missile anti-navire à la marine iranienne, ont annoncé les médias publics.

Appelé Nasir, le missile de croisière a été testé au cours des essais militaires iraniens « Valayat 95 » dans le golfe Persique au mois de février 2017.

Le reportage diffusé sur Press TV samedi n’a pas donné de détails sur la portée du missile ou sur la taille de son ogive, indiquant seulement qu’il peut être tiré depuis le sol ou depuis des lanceurs placés sur des navires.

Le chef de la Défense iranienne, le général de brigade Hossein Dehqan, a affirmé que le missile ouvre « un nouveau chapitre » dans la technologie des missiles sophistiqués du pays.

Le ministre iranien de la Défense, Hossein Dehqan. (Crédit : capture d'écran YouTube/PressTV News Videos)
Le ministre iranien de la Défense, Hossein Dehqan. (Crédit : capture d’écran YouTube/PressTV News Videos)

Dehqan a vanté la capacité de ciblage rapide de l’engin et a déclaré qu’il possédait un système de radar avancé permettant de contrer des mesures de brouillage défensives de la part des vaisseaux cibles.

« Equiper les forces navales iraniennes avec ce missile marque une avancée effective vers l’amélioration de la capacité de défense du pays et sa puissance de dissuasion », aurait dit Dehqan selon le reportage.

Depuis l’investiture du président américain Donald Trump au mois de janvier, il y a eu une augmentation marquée des tensions entre les Etats-Unis et l’Iran.

La marine américaine est largement présente dans le golfe Persique où sa Cinquième flotte est stationnée, et l’Iran a menacé à de nombreuses occasions d’attaquer les vaisseaux américains qui opèrent dans la zone.

« Ce missile et les autres figurant dans l’arsenal des forces armées ne servent qu’à défendre le pays, a ajouté Dehqan. Ils ne frapperont que les agresseurs et seront utilisés pour protéger la paix, la sécurité et la stabilité de la région. »

Les missiles de croisière – comme le Nasir — ne sont pas couverts par la résolution 2231 des Nations unies qui a été adoptée peu de temps après la signature de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran en juillet 2015 et qui appelle Téhéran à « ne pas entreprendre une activité relative aux missiles balistiques créés pour être capable de livrer des armes nucléaires, comme lors de lancements utilisant une telle technologie de missiles balistiques ».

L’Iran affirme que son programme de missiles balistiques n’est également pas couvert par la résolution, parce qu’il n’englobe pas un programme d’armement nucléaire.

Au mois de janvier, l’Iran a testé un missile balistique et un missile de croisière – les deux ayant des capacités nucléaires. Le dernier essai a eu pour conséquence l’imposition de nouvelles sanctions américaines à l’égard d’un certain nombre d’entités impliquées dans le programme balistique iranien, le président américain Donald Trump avertissant par ailleurs que la république islamique a été « mise en garde » et que « rien n’est écarté » en termes de réponse militaire à apporter aux provocations iraniennes perçues.

L’Iran a revendiqué un autre essai de missile balistique au mois de mars, une semaine après qu’un vaisseau américain qui se trouvait dans le détroit d’Ormuz a été obligé de changer de trajectoire en raison du harcèlement déployé à son encontre par les bateaux rapides iraniens dans cette voie navigable stratégique.

L’Iran avait déjà harcelé des navires de la navy américaine dans le golfe Persique et autour du détroit d’Ormuz. Le cas le plus notable avait été la capture par l’Iran de dix marins américains au mois de janvier 2016, qui étaient passés dans les eaux territoriales iraniennes après avoir connu des problèmes d’ordre mécanique.

Le détroit d’Ormuz est une voie navigable étroite qui relie le golfe Persique à la l’Océan indien au travers duquel un cinquième de l’approvisionnement mondial en pétrole transite.

Des agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...