L’Iran affirme avoir lancé un missile depuis un sous-marin
Rechercher

L’Iran affirme avoir lancé un missile depuis un sous-marin

Un missile à guidage laser a lui aussi été testé ; les Etats-Unis avaient imposé de nouvelles sanctions après des tests balistiques le mois dernier

Des missiles lancés lors d'exercices en Iran, le 21 février 2017. (Crédit : capture d'écran Iribnews via Tasnim)
Des missiles lancés lors d'exercices en Iran, le 21 février 2017. (Crédit : capture d'écran Iribnews via Tasnim)

En plein regain de tensions avec les Etats-Unis, l’Iran a annoncé lundi avoir testé deux missiles pendant des exercices navals dans le Golfe persique. L’un des missiles a été tiré depuis un sous-marin, a affirmé Téhéran.

Hossein Dehghan, le ministre iranien de la Défense, a déclaré que le missile Nasir, qu’il a décrit comme le dernier missile de croisière lancé depuis un sous-marin iranien, « a frappé sa cible avec succès » pendant le test, a indiqué l’agence de presse officielle IRNA.

L’agence de presse Tasnim a annoncé que le Dehlaviyeh, un missile à guidage laser, avait lui aussi été testé avec succès.

En 2012, il avait été annoncé que l’Iran avait construit le Dehlaviyeh en s’inspirant d’un missile anti-tank russe.

Hossein Dehghan, ministre iranien de la Défense.(Crédit : capture d'écran YouTube )
Hossein Dehghan, ministre iranien de la Défense.(Crédit : capture d’écran YouTube )

Les portées des deux missiles n’ont pas été précisées.

Fin janvier, l’Iran avait testé des lancements d’un missile balistique et d’un missile de croisière, tous deux à capacités nucléaires.

Le lancement du premier missile avait entraîné de nouvelles sanctions américaines contre plusieurs entités impliquées dans le programme balistique iranien, et une « mise en garde » officielle du président américain Donald Trump contre la République islamique. Trump avait ajouté que « rien n’est exclu » en termes de réponse militaire aux provocations iraniennes.

Les missiles de croisière, comme le Nasir, récemment tiré, n’entrent pas dans le cadre de la résolution 2231 des Nations unies, qui a été adoptée peu après la signature de l’accord nucléaire iranien en juillet 2015.

La résolution appelle Téhéran « à n’entreprendre aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir porter des armes nucléaires, notamment des lancements utilisant une telle technologie balistique. »

L’Iran affirme que son programme balistique n’entre pas dans le cadre de la résolution, puisqu’il ne possède pas de programme nucléaire militaire.

Un missile lancé des montagnes Alborz, en Iran, et portant l'inscription "Israël doit être effacé", le 9 mars 2016. (Crédit : Fars News)
Un missile lancé des montagnes Alborz, en Iran, et portant l’inscription « Israël doit être effacé », le 9 mars 2016. (Crédit : Fars News)

Ce test sera cependant probablement perçu par Israël et les Etats-Unis comme une autre manœuvre agressive de Téhéran pour étendre son programme balistique.

Depuis l’investiture de Trump en janvier, il y a eu une hausse marquée des tensions entre les Etats-Unis et l’Iran. Plusieurs responsables militaires iraniens ont mis en garde les Etats-Unis de ne pas prendre d’actes militaires contre le programme nucléaire de la République islamique.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...