L’Iran met en garde Washington contre un retrait de l’accord nucléaire
Rechercher

L’Iran met en garde Washington contre un retrait de l’accord nucléaire

Trump a menacé en janvier de sortir son pays de l'accord le 12 mai, à l'expiration d'un ultimatum qu'il a donné aux Européens pour durcir le texte

Le président iranien Hassan Rouhani durant une conférence de presse conjointe avec les leaders de Turquie et de Russie lors d'un sommet tripartite sur la Syrie à Ankara, le 4 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / ADEM ALTAN)
Le président iranien Hassan Rouhani durant une conférence de presse conjointe avec les leaders de Turquie et de Russie lors d'un sommet tripartite sur la Syrie à Ankara, le 4 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / ADEM ALTAN)

Le président iranien Hassan Rouhani a prévenu lundi que les Etats-Unis « le regretteront » s’ils se retirent de l’accord sur le nucléaire iranien comme le président Donald Trump menace de le faire.

« Nous ne serons pas les premiers à violer l’accord mais ils (les Etats-Unis, NDLR) doivent impérativement savoir qu’ils le regretteront s’ils le violent », a déclaré Rouhani lors d’un discours à l’occasion de la Journée nationale de la technologie nucléaire.

« Nous sommes bien plus préparés qu’ils le pensent, et ils verront que s’ils violent cet accord, en une semaine, en moins d’une semaine, ils en verront le résultat », a-t-il ajouté.

Si les Etats-Unis « se retirent (de l’accord), cela signifiera qu’ils ne tiennent pas parole. Cela ternirait leur réputation et leur dignité sur la scène internationale », a encore déclaré le président iranien.

L’accord sur le nucléaire iranien a été conclu en juillet 2015 entre la République islamique d’Iran et le Groupe des Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne).

Il est censé empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique mais Donald Trump estime qu’il n’apporte pas de garanties suffisantes pour la sécurité internationale.

Trump a menacé en janvier de sortir son pays de l’accord le 12 mai, à l’expiration d’un ultimatum qu’il a donné aux Européens pour durcir le texte.

Si les Etats-Unis se retirent, ils devraient alors réimposer contre l’Iran des sanctions économiques actuellement suspendues.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...