Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

L’Iran « répondra fermement » à toute attaque, prévient son président

Ebrahim Raïssi a lancé une sévère mise en garde contre toute attaque éventuelle des États-Unis en représailles à une frappe qui a tué trois soldats américains en Jordanie

Le président iranien Ebrahim Raïssi lors d'une interview avec la chaîne de télévision publique qatarie Al-Jazeera, à Téhéran, le 28 octobre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)
Le président iranien Ebrahim Raïssi lors d'une interview avec la chaîne de télévision publique qatarie Al-Jazeera, à Téhéran, le 28 octobre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a lancé vendredi une sévère mise en garde contre toute attaque éventuelle des États-Unis en représailles à une frappe qui a tué trois soldats américains en Jordanie, imputée par Washington à un groupe pro-Iran.

« Nous avons dit à maintes reprises que nous ne serions pas à l’origine d’une guerre, mais si un pays, une force cruelle veut intimider [l’Iran], la République islamique répondra fermement », a prévenu Raïssi lors d’un déplacement dans la province de Hormozgan, dans le sud.

La « puissance militaire de l’Iran dans la région n’a pas été et n’est pas une menace, quel que ce soit le pays, mais c’est un facteur de sécurité qui fait que les pays de la région peuvent compter sur les forces de la République islamique dans la région et leur faire confiance », a-t-il ajouté. « Aujourd’hui, l’ennemi n’est pas en mesure de faire quoi que ce soit contre nous, car il sait que nos forces sont puissantes », a encore dit le président iranien.

Ces déclarations interviennent après une attaque de drone le 28 janvier, qui a visé une base logistique américaine en plein désert jordanien, près de la frontière avec la Syrie et l’Irak, tuant trois soldats américains.

Washington l’a imputée à la « Résistance islamique en Irak », une nébuleuse de combattants issus de groupes armés pro-Iran, et promis une réponse, alors que Téhéran réfute toute implication.

Dans le même temps, les États-Unis et l’Iran ont maintes fois répété qu’ils ne cherchaient pas une « escalade » des tensions au Moyen-Orient, dans le contexte de la guerre à Gaza.

Cette guerre entre l’armée israélienne et le Hamas, déclenchée le 7 octobre, exacerbe les tensions entre Israël et les alliés du groupe terroriste palestinien, regroupés au sein de ce que l’Iran appelle « l’Axe de la Résistance ».

Celui-ci inclut, outre le Hamas, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, des milices irakiennes et les Houthis du Yémen.

Tout en insistant sur son « devoir » de soutenir ce qu’il appelle les « groupes de résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes anti-Israël] » dans la région, l’Iran affirme que ces derniers sont « indépendants » dans leurs décisions et leurs actions.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.