Rechercher

L’Iran reproche aux EAU d’avoir reçu Bennett : « les Palestiniens n’oublieront pas »

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien dénonce "l'acceptation du Premier ministre du régime illégitime"

Le Premier ministre Naftali Bennett rencontre le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis Abdullah bin Zayed à Abu Dhabi le 12 décembre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett rencontre le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis Abdullah bin Zayed à Abu Dhabi le 12 décembre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

L’Iran a critiqué lundi les Émirats arabes unis (EAU) pour avoir accueilli le Premier ministre Naftali Bennett lors de la première visite officielle d’un Premier ministre israélien dans ce pays du Golfe, affirmant qu’il s’agissait d’une trahison à l’égard des Palestiniens.

Avant cette visite d’une journée, le bureau de Bennett a déclaré que ses entretiens avec le puissant prince héritier d’Abou Dhabi, Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, et d’autres responsables émiratis porteraient sur la menace commune que représente l’Iran.

« L’acceptation du Premier ministre du régime illégitime, qui est la cause de l’insécurité, des tensions et de l’incitation à la guerre dans les pays arabes et islamiques depuis plus de 70 ans, sera inscrite dans la mémoire historique du peuple palestinien, des peuples de la région et de tous les combattants de la liberté », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, selon l’agence de presse publique IRNA.

Khatibzadeh a souligné l’opposition de Téhéran à toute normalisation des liens avec Israël, et a déclaré que la lutte doit se poursuivre pour la libération de Jérusalem.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh pendant une conférence de presse à Téhéran, le 22 février 2021. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

« Le régime d’occupation de Qods est le premier ennemi du monde islamique et des pays arabes, et aucune action allant dans le sens d’une normalisation ne peut permettre de réaliser le noble idéal de [l’État de] Palestine », a-t-il déclaré, en utilisant le nom arabe de Jérusalem.

Bennett a rencontré lundi ben Zayed pendant environ quatre heures, dont plus de la moitié en tête-à-tête, a indiqué le bureau du Premier ministre.

Ce voyage intervient alors qu’Israël et ses alliés du Golfe s’inquiètent du programme nucléaire iranien. Les pourparlers entre l’Iran et les puissances mondiales sur le sauvetage de l’accord nucléaire ont de nouveau achoppé la semaine dernière.

Dans une déclaration avant son départ, Bennett a remercié ben Zayed « pour son hospitalité très chaleureuse » et a déclaré que les deux hommes avaient eu « des entretiens approfondis, sincères et significatifs ».

Israël et les Émirats arabes unis ont noué des liens dans le cadre des Accords d’Abraham négociés par les États-Unis l’année dernière, révélant au grand jour plus d’une décennie de contacts secrets. Leur relation s’est épanouie depuis lors. Par la suite, Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont également rejoint les Accords, et d’autres pays ont également fait l’objet de rumeurs de pourparlers, mais aucun n’a abouti jusqu’à présent.

De gauche à droite : Benjamin Netanyahu, alors Premier ministre, Donald Trump, alors président des États-Unis, et Abdullah bin Zayed Al-Nahyan, le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, à la signature des accords d’Abraham à la Maison Blanche le 15 septembre 2020. (Saul Loeb / AFP)

Les accords ont été considérés par certains comme une trahison de la cause palestinienne, l’Autorité palestinienne (AP) les décrivant comme un « coup de poignard dans le dos ».

En juin, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a officiellement inauguré l’ambassade d’Israël aux Émirats arabes unis.

L’ambassade des Émirats en Israël a été inaugurée un mois plus tard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...