L’Iran se dit prêt à régler tous « les problèmes rencontrés » avec l’AIEA
Rechercher

L’Iran se dit prêt à régler tous « les problèmes rencontrés » avec l’AIEA

Téhéran "a poursuivi son engagement constructif (dans des discussions) avec l'agence ces deux derniers mois, en vue de parvenir à une compréhension mutuelle"

La centrale nucléaire de Bouchehr, en Iran, le 10 novembre 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)
La centrale nucléaire de Bouchehr, en Iran, le 10 novembre 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

L’Iran s’est dit prêt à régler tous « les problèmes rencontrés » avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), exprimant sa « profonde déception » après le dernier rapport de cette organisation faisant état du blocage par Téhéran de l’inspection de deux sites.

Dans une note adressée à l’AIEA datée du 8 juin et rendue publique jeudi par sa mission à Vienne auprès de cette agence, l’Iran souligne que se sont déroulées les 29 avril et 16 mai dans sa capitale des rencontres, suivies d’échanges écrits, avec des représentants de l’AIEA pour évoquer cette question.

Téhéran « a poursuivi son engagement constructif (dans des discussions) avec l’agence ces deux derniers mois, en vue de parvenir à une compréhension mutuelle » afin de « régler les problèmes rencontrés ».

L’Iran considère que les requêtes en vue d’un accès aux sites concernés reposent sur « des informations fabriquées », accusant les Etats-Unis et Israël de tenter « d’exercer des pressions » sur l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Dans un rapport diffusé le 5 juin, l’AIEA affirme que l’Iran continue à accumuler de l’uranium enrichi, dont le stock dépasse de presque huit fois la limite autorisée par l’accord nucléaire de 2015 conclu par Téhéran avec les grandes puissances, et bloque depuis plusieurs mois l’inspection de deux sites anciens.

L’accord international sur le nucléaire iranien (JCPOA) est menacé depuis que les Etats-Unis l’ont unilatéralement dénoncé en 2018. L’Iran, asphyxié par les sanctions, a riposté en s’affranchissant, depuis mai 2019, de plusieurs de ses engagements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...